VIDÉO. “Pouvez-vous citer 10 communes de votre circonscription ?” : ce candidat parachuté par le Rassemblement National botte en touche

Invité mercredi 19 juin sur France 3 Franche-Comté, Guillaume Bigot, candidat aux élections législatives 2024 dans la 2e circonscription du Territoire de Belfort a fait le buzz malgré lui sur les réseaux sociaux et les médias nationaux. Invité de notre débat télévisé, il a été petit à petit conduit dans une délicate impasse par les autres candidats.

La totalité de la séquence dure près de deux minutes. Elle a été partagée près de 500 fois sur le compte X (ex-Twitter) de notre présentateur Jérémy Chevreuil et celui de France 3 Franche-Comté. Sur le plateau des législatives, se trouvent les quatre principaux candidats : Guillaume Bigot, candidat RN, Florian Chauche, député sortant Nupes-LFI, Didier Vallverdu pour les Républicains et Josée Martinez du modem.

Tout doucement, le débat aborde le parachutage du candidat RN dans le fief historique de Jean-Pierre Chevènement


“Il n’est pas loin que du chevènementiste, il est aussi loin de Paris ! Il faut le rappeler” lance le candidat républicain”. “Ça y est, c’est le coup du parachutage ! Moi, je veux bien qu’on parle du parachutage. Je suis très à l’aise. Moi, j’ai choisi volontairement le Territoire de Belfort” explique Guillaume Bigot, 54 ans. Le candidat d'extreme droite est politologue, éditorialiste dans plusieurs médias dont CNews, et ancien directeur d'une école de commerce. Lire son portrait. 

Je ne me serais jamais présenté à des élections locales. Soyons bien clair, là, il s’agit de représenter 1/577e de la souveraineté nationale, et de représenter des Terrifortains et Terrifortaines qui sont pour beaucoup, pas nécessairement natifs.

Guillaume Bigot, candidat RN aux élections législatives dans la 2e circonscription du Territoire de Belfort

 “Pouvez-vous citer 10 communes de votre circonscription ?”


Sur le plateau, l’agacement monte chez les autres candidats, estimant qu’un député doit être au plus proche des citoyens et électeurs. “Est-ce que vous connaissez les associations locales ? Est-ce que vous pouvez nous citer 10 communes de votre circonscription” lance calmement Florian Chauche, candidat du Nouveau Front populaire. 
La question est éludée une première fois. Mais quand notre journaliste la lui repose : “Pouvez-vous citer 10 communes de votre circonscription ?”

Non. Je ne suis pas là pour répondre à un interrogatoire. C’est normal, je viens d’arriver. On m’a posé la question de savoir où je voulais être candidat. J’aurais pu être candidat dans une autre circonscription, plus facile à gagner. J’ai voulu aller là, car le Territoire de Belfort me paraît vraiment résumer toutes les problématiques françaises. Il y a Alstom, il y a le Lion de Belfort, il y a Jean-Pierre Chevènement.

Guillaume Bigot, candidat RN, 2e circonscription du Territoire de Belfort

Sur les réseaux sociaux, les commentaires fusent suite à la diffusion de cet extrait du débat. Ils sont partagés, à l’image de l’électorat. Dans le département du Territoire de Belfort, aux dernières élections européennes, le Rassemblement national est arrivé en tête avec 36,85% des voix.


“Je vis dans cette circonscription. Comment pourrais-je vous voter pour un individu qui ne connaît pas le territoire sur lequel il va devoir défendre les valeurs, les spécificités, les attentes des citoyens !” estime un électeur du Territoire de Belfort.

“Il a complètement raison, cette élection est NATIONALE, et non locale...Les députés ont trop fait depuis longtemps du clientélisme local, et se sont désintéressés des grands problèmes nationaux…” déclare un internaute.

Aux législatives 2022, une candidate RN mise en difficulté dans cette circonscription


En 2022, au second tour des précédentes législatives, Florian Chauche candidat de la Nupes-La France Insoumise l'avait emporté avec 51,37% des suffrages exprimés, devant Sophie Carnicer du RN, 48,63%. 
La candidate, alors du RN, s’était pliée, elle aussi, à l’exercice du débat télévisé. Elle n’avait pas réussi à répondre à certaines questions. 

Je connais pas trop (...) Je n'ai pas préparé (...) Je n'ai rien à dire, désolée.

Sophie Carnicer (RN) sur le plateau de France 3 Franche-Comté

2022


La vidéo avait largement été partagée. La candidate RN avait reconnu s’être trouvée en difficulté dans un débat pour autant respectueux alors. ”Les autres candidats ont fait preuve de bienveillance à son égard. "C'est vrai, assure l'intéressée, j’ai bien senti que personne ne m’enfonçait plus que je ne l’étais…" avait-elle déclaré quelques jours après son passage sur notre plateau estimant :"J’ai eu le courage d’y aller à ce débat, mais j’ai été plus que nulle".

L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Bourgogne-Franche-Comté
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité