Ségur de la santé : la grève “illimitée” des praticiens hospitaliers se poursuit à l’hôpital de Trévenans

Les praticiens hospitaliers sont en grève illimitée depuis le 11 janvier, une grève nationale pour dénoncer la réforme qui va accélérer les carrières des nouveaux médecins, mais pas celles de ceux déjà en poste.
<p>Les praticiens hospitaliers sont en grève illimité depuis le 11 janvier. Le mouvement est national.</p>
Les praticiens hospitaliers sont en grève illimité depuis le 11 janvier. Le mouvement est national. © MICHAEL DESPREZ / MAXPPP

Il est gréviste. Mais assigné au chevet des patients. Le Dr Luc Sengler, médecin chef aux urgences de l'hôpital de Trévenans se bat contre une des mesures du Ségur de la Santé qui a redessiné les échelons de carrière des praticiens.

“On va mettre quatre ans de plus pour atteindre les échelons de fin de grille, à 67, 68 ou 69 ans ! résume-t-il. 

Actée

"contrairement à ce qui nous avait été annoncé, il n'y a pas eu la compensation de cette mesure pour les anciens, donc il y a une coexistence de deux grilles d'ancienneté", a-t-elle expliqué. "L'ironie, c'est que des médecins se retrouvent alors doublés par les internes qu'ils ont formés."

Le syndicat SNPHARE lancé une pétition pour soutenir les praticiens hospitaliers

“En pratique, le Ségur entérine une grille d’ancienneté à deux vitesses, les avancées étant réservées aux nouveaux nommés, il refuse de reconnaître les compétences et l’investissement de plusieurs générations de praticiens hospitaliers, ceux-là mêmes qui maintiennent l’hôpital public en vie depuis plusieurs décennies” résume la pétition. Le syndicat réclame à travers cette pétition que la mesure octroyée aux jeunes soit appliquée à tous, pour rétablir l’égalité qui a toujours existé dans leur corps de métier : une seule et même grille d’ancienneté.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé covid-19