General Electric : l’intersyndicale dépose une plainte sur l’état psychologique des salariés de Belfort

Publié le Mis à jour le

Une plainte contre la direction va être déposée par l’intersyndicale au tribunal de grande instance de Belfort pour entrave au fonctionnement du Comité social et économique, l’instance qui remplace le CHSCT, face au risque croissant de risques psychosociaux dans l’entreprise.
 

Le message des syndicats se veut clair : ce n'est pas le moment d'en rajouter. Alors que les salariés de General Electric voient les semaines passer sans nouvelles de la restructuration d’ampleur annoncée depuis des mois, les instances syndicales déplorent leur absence des discussions sur la sécurité des salariés, lors des réunions du CSE.

Les syndicats (CFE-CGC-Sud-CGT) estiment que leur absence du CSE peut stresser encore plus des salariés en plein doute.

« Les principales causes de mal-être au travail sont la charge de travail et la pression importante […] sans oublier la désorganisation complète et le sentiment d’aller droit dans le mur », ont alerté les médecins du travail dans un courrier que le journal "Aujourd'hui en France" s'est procuré.

Ecoutez la réaction de Michel Prévot, délégué CFE-CGC.
durée de la vidéo: 00 min 37
General Electric : l’intersyndicale dépose une plainte sur l’état psychologique des salariés de Belfort