Tour de France : au bonheur des Slovènes et de la Haute-Saône, un samedi à la Planche des Belles Filles

Ce samedi 19 septembre, la 20e étape du Tour de France relie Lure à la station de la Planche des Belles Filles en Haute-Saône. Malgré la Covid, la montée fait le plein de spectateurs.

Sandrine, maillot à pois sur les épaules et vélo richement décoré.
Sandrine, maillot à pois sur les épaules et vélo richement décoré. © S.Courageot et P. Sulocha / France Télévisions
Certains ont dormi la nuit dans leur tente au bord de la route. D’autres ont fait sonner le réveil de bonne heure, pour espérer trouver la meilleure place le long des 5 km de la montée de la Planche des Belles Filles. Dès 9h, au sommet, un ballet de vélos s’orchestre. Les plus costauds sont montés en vélo de route, d’autres avec le VTT du dimanche. Et le final de La Planche ça grimpe. Tout le monde n’a pas les jambes de Thibaut Pinot !



Sandrine, fière du Tour en son pays des Vosges Saônoises

Elle respire le bonheur Sandrine Eggenspiller. Son vélo arbore les couleurs tricolores. Une poupée à l’arrière a revêtu le maillot jaune de la Planche des Belles Filles. A chaque fois que le Tour vient ici, cette habitante de Plancher-Bas, à quelques kilomètres de l’arrivée, met le paquet sur la déco du vélo. « Je suis fière, on était un département inconnu, on nous méprisait souvent du côté des départements voisins en disant, vous venez du 70. Là, avec cette arrivée du Tour, on a réussi à faire quelque chose » dit-elle. Elle est touchée, émue presque, que la petite station de Haute-Saône soit depuis plusieurs années au firmament de la grande boucle. Paul, son mari a préféré lui une tenue plus classique pour aller voir le contre la montre : le maillot de la Française des Jeux-Groupama. « Je voulais supporter Thibaut Pinot » nous explique-t-il. Le couple savoure ce samedi ce petit coin du parc naturel du ballon des Vosges. Il vient y courir, faire du vélo, skier l’hiver. C’est jour de fête, une nouvelle fois, de voir le site sur toutes les télévisions du monde entier. 
 
Les cyclistes amateurs à l'assaut de la Planche des Belles Filles


« On est montés encouragés par les spectateurs, c’était super cool » 

Marine Karcher et Lothair Cuny ont accrochés leurs vélos en bordure de l’arrivée. Ces deux jeunes viennent de Saverne en Alsace. C’est leur première « Planche » comme on dit ici. « On est montés en vélo depuis Plancher-Bas, 6 kilomètres encouragés par les spectateurs, c’était super cool » explique la jeune femme. « Je viens surtout pour l’ambiance et parce que La Planche des Belles Filles c’est un peu iconique comme étape, et symbolique car nous sommes du secteur ». « On est venus encourager nos Français restants, et puis on s’est déplacés pour ce contre la montre, car on va les voir sur un volume horaire plus important….Thibaut Pinot, c’est le local de l’étape, je pense qu’il a à coeur de faire bien aujourd’hui. C’est pas le meilleur Tour de France  pour lui, on verra s’il arrive à se rattraper aujourd’hui », espère Lothair qui patiente le long des balustrades sous un ciel gris. 
 
Marine et Lothair habillés du maillot de l'ex-équipe Sky pour elle, et du maillot à pois pour lui.
Marine et Lothair habillés du maillot de l'ex-équipe Sky pour elle, et du maillot à pois pour lui. © S.Courageot et P.Sulocha / France Télévisions
 

Une famille venue au dernier moment de Slovénie voir Roglic

Non loin de la ligne d’arrivée, cette famille en jaune ne passe pas inaperçue. La famille Vetter vient de Slovénie. Miha, Juka, Luka, Janez et Petra se sont décidés au dernier moment à venir ici. Car la Slovénie menaçait de classer en rouge la France en raison de l’épidémie de coronavirus. Ils ont fait 700 km en voiture puis sont montés à pied au sommet. « On n’a pas pris nos vélos car on n’était pas certains de pouvoir monter jusqu’à l’arrivée », explique le père de famille. Ils sont bien sûr venus encourager le Slovène Primoz Roglic. L’ancien sauteur à ski, passé au cyclisme, porte le maillot jaune et devrait le garder jusqu’à Paris. « Tous les ans, on vient en vacances en France, c’est la première fois qu’on vient ici à la Planche des Belles Filles » ajoute le papa. Très vite, la famille ne se sent pas dépaysée, car des Slovènes ont fait le déplacement comme eux en Haute-Saône. 
 
Les Slovènes sont nombreux sur les pentes de la Planche des Belles Filles pour supporter le maillot jaune Primoz Roglic.
Les Slovènes sont nombreux sur les pentes de la Planche des Belles Filles pour supporter le maillot jaune Primoz Roglic. © P.Sulocha et S.Courageot / France Télévisions

 

Une étape en famille pour les fans de vélo

À la Planche des Belles Filles, Serge Keller est aux premières loges. Plus près que lui de la ligne d’arrivée, c’est impossible. Cet Alsacien de 65 ans est venu de Sélestat en voiture avec son petit fils Robin. Ils se sont levés à 3 heures du matin pour avoir la place tant convoitée. « C’est la première fois que nous venons à la Planche des Belles Filles, on aime le vélo, ça fait 45 ans que j’en fait », explique Serge. Le grand-père est fier de son petit fils qui roule tous les dimanches avec lui. Ils vont passer un bon moment ensemble, à savourer l’ambiance. 
 
Un grand-père et son petit-fils qui forment un beau duo de pratiquants de vélo de route.
Un grand-père et son petit-fils qui forment un beau duo de pratiquants de vélo de route. © S.Courageot et P.Sulocha / France Télévisions

Dans la grande famille du vélo, voici une jeune pousse. Pauline Leherle, 10 ans. La jeune fille est championne du Doubs de cyclisme sur route. Au milieu du final de l’étape, ses parents ont tendu quelques rubans de plastique pour délimiter leur petit pré carré le long des balustrades. Ils sont ravis d’être là. Pauline encouragera Julian Alaphilippe et Pinot. Son père Vincent attend la course en connaisseur : « Il va y avoir du spectacle je pense, le parcours du jour est exigeant, les rythmes changeants. Ça va rouler fort jusqu’au pied de la Planche des Belles filles et ensuite, ce sera chacun pour soi. C’est ça le vélo » dit-il. « Je pense que Thibaut Pinot fera un Top 10, malgré le mal au dos, il va donner tout, il aura le public avec lui et il aura vu ses bêtes peut-être s’il a eu un droit de sortie pour aller dans sa ferme » lance amusé le papa. 
 
De Pauline, 10 ans, à papa Vincent, chacun y va de son pronostic pour le vainqueur d'étape sur la Planche des Belles Filles.
De Pauline, 10 ans, à papa Vincent, chacun y va de son pronostic pour le vainqueur d'étape sur la Planche des Belles Filles. © P.Sulocha et S.Courageot
 

Du bleu, du vert et de la bonne humeur

Eux ont fait une bonne heure de route. Yannick (en bleu), Loïc (en vert) arrivent du Locle en Suisse. Leur maillot du jour, une combinaison intégrale qui attire les curieux dans le final de la Planche. Ils sont montés en vélo, et les jambes de Yannick s’en souviennent encore. Mais ils comptent bien profiter du spectacle. « C’est un contre la montre, c’est top, on va les voir plus longtemps, on a préféré venir dans cette étape plutôt que d’aller cette année dans un col » explique Loïc. L’objectif de la journée : « Voir Tadej POGACAR reprendre au classement Primoz Roglic, mais ça va être dur » concède le supporter suisse.
Ces deux supporters suisses espéraient la victoire de Pogacar.
Ces deux supporters suisses espéraient la victoire de Pogacar. © Pascal Sulocha - France Télévisions


Pogacar nouveau maillot jaune après ce contre la montre, coup de théâtre


Et dans son costume bleu, Loïc est reparti avec le sourire. Son voeux exaucé avec cet incroyable dans la 20e étape. Au sommet de la Planche des Belles Filles, le slovène Primoz Roglic perd son maillot jaune. Il a perdu dans ce contre la montre plus d’une minute sur son compatriote Tadej Pogacar.
Tadej Pogacar (UAE Emirates), 21 ans, a réalisé une des performances les plus mémorables de l’histoire récente du Tour de France en remportant à la surprise générale le contre-la-montre finale entre Lure et la Planche des Belles Filles. Deuxième à 57 secondes de Primoz Roglic au départ, Pogacar termine la journée avec plus d’une minute d’avance au classement général et s’empare du maillot jaune à la veille de l’arrivée sur les Champs-Elysées. 

Thibaut Pinot a réalisé dans une ambiance de folie, le 19e meilleur temps du contre la montre en 01h 00' 04’.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
tour de france cyclisme sport thibaut pinot