Vifs émois en Bourgogne-Franche-Comté après le décès de Jean Piret, président des Scènes du Jura

Le président des Scènes du Jura et maire de la commune de Suin, en Saône-et-Loire est décédé ce dimanche 14 février, à lâge de 74 ans. Réactions en Bourgogne-Franche-Comté.

Jean Piret est décédé à l'âge de 74 ans.
Jean Piret est décédé à l'âge de 74 ans. © Les Scènes du Jura

"C’est avec la plus grande tristesse que nous, les membres de l’association et le personnel des Scènes du Jura, avons appris le décès, ce dimanche 14 février 2021, de Jean Piret notre président à l’âge de 74 ans" indique ce lundi 15 février la communication des Scènes du Jura, sur les réseaux sociaux. L'homme de culture et d'engagement a succombé à une crise cardiaque.

Après un début de carrière à la direction de plusieurs théâtres, comme Beauvais, Creil et Auxerre, Jean Piret se lança en politique. Il fut Directeur Général adjoint Culture, Sport, Lycées, Jeunesse et Tourisme au Conseil régional de Bourgogne jusqu’à sa retraite en décembre 2007. Depuis 2011, il présidait les Scènes du Jura.

"Son sourire, son attention individuelle à chacun d’entre nous et son intelligence à trouver le consensus, l’endroit juste de discussions et d’échanges constructifs pour le développement de la Scène nationale vont profondément nous manquer. Nous avons une pensée émue pour sa famille et en particulier pour sa femme Christine et ses enfants" poursuivent les Scènes du Jura.

Il fut également maire de la commune de Suin (Saône-et-Loire) et vice-président du Grand Charolais, jusqu'en 2020. "Jean Piret avait à coeur de promouvoir son territoire. Il était toujours très impliqué. C'est avez beaucoup d'émotion que nous avons appris son décès" détaille un communiqué diffusé par le Grand Charolais.

"Un homme de coeur" 

Catherine Clerc, membre qualifiée de l'association les Scènes du Jura dresse le portrait d'un "homme de culture, de conviction et de cœur, qui quitte la scène brutalement nous laissant dans une profonde tristesse. Passionné et engagé, c’était un rassembleur d’idées et de personnes" explique-t-elle.

"Sensible, diplomate et toujours à nos côtés, Jean avait le don de nous faire partager ses expériences tout en restant ouvert et curieux sur le monde d’aujourd’hui. Jean fait partie de ces belles personnes qui vous pousse à vous dépasser. Ces derniers temps, nous échangions, nous débattions 2 à 3 fois par semaine. Aujourd’hui, je perds un être cher, son regard complice, ses précieux conseils, ses joyeux fous rires… " écrit quant à lui Cédric Fassenet, directeur des Scènes du Jura.

Gérald Gordat, président de la Communauté de communes du Grand Charolais exprime également sa tristesse, sur les réseaux sociaux : "Nous garderons de lui l’image d’un homme engagé et d’un élu local investi. Jean était particulièrement apprécié de tous, élus, agents et habitants de notre territoire. Une terrible nouvelle vient à nouveau endeuiller notre territoire" écrit-il, en référence au décès de Michel Lassot, maire de la commune de Chassenard (Saône-et-Loire), décédé une semaine plus tôt, à l'âge de 76 ans. 

"Permettre au plus grand nombre de s’émanciper"

De son côté, Christophe Perny, ex-Président du Conseil Général du Jura a également réagi : "La grande Région Bourgogne Franche-Comté perd un ardent défenseur de la ruralité, de l'excellence et de notre République." 

"Le timbre de ta voix va me manquer. Jean ton départ... on n’a pas encore acheté le rideau rouge du théâtre de Dole... Il n’était pas prévu que le rideau tombe sur une nouvelle pièce que nous devions écrire ensemble" écrit quant à lui, avec une vive émotion, Jean-Philippe Lefèvre, vice-président Culture à la communauté d'Agglomération de Dole.

Danielle Brulebois, députée du Jura a elle aussi souhaité rendre hommage à cet homme "d'exception". "Nous perdons un ami, un homme d’exception, artiste, militant, acteur, passionnément engagé pour la culture exigeante et populaire. Dans le Jura il a déployé durant des années une très grande énergie pour permette au plus grand nombre de s’émanciper par la rencontre de l’art, de l’écriture contemporaine et par le contact avec des artistes, pour forger l’esprit critique et le goût du beau" témoigne-t-elle.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
décès faits divers