Accueil des réfugiés : "On ne peut pas culpabiliser les Français", dit Guillaume Larrivé

Publié le Mis à jour le
Écrit par B.L.

Le député de la 1re circonscription de l'Yonne est aussi l'un des deux secrétaires nationaux à l'Immigration du parti Les Républicains. Il refuse l’instauration de quotas d’accueil de réfugiés. Il l’a dit à France 3 Bourgogne mercredi 16 septembre 2015.


Que s'est-il dit lors du débat sur les réfugiés à l'Assemblée nationale ?

Un débat sur l'accueil des réfugiés était organisé à l'Assemblée Nationale mercredi 16 septembre 2015.
L’Europe fait face à un afflux de migrants fuyant la guerre dans leur pays, en Syrie et en Irak notamment. La France va accueillir 24 000 réfugiés sur deux ans.

Le Premier ministre Manuel Valls a annoncé le déblocage de fonds supplémentaires pour financer l'accueil et des hébergements d'urgence.
Il a aussi affirmé que la France "n'hésitera pas" à rétablir temporairement le contrôle aux frontières, comme elle l'a déjà fait à la frontière franco-italienne et comme vient de le faire l'Allemagne, "si nécessaire dans les prochains jours ou prochaines semaines".



Comment répondre au défi migratoire posé à l’Europe ?

Le même jour, Les Républicains ont organisé une matinée de travail sur l'immigration. Le député Guillaume Larrivé, qui y a participé, était l’invité du JT de 19 heures sur France 3 Bourgogne.

"Le défi migratoire qui est posé à l’Europe et à  la France est immense", a-t-il déclaré.
"Comment y répondre ? Eh bien en gardant à l’esprit et au cœur l’intérêt de la France et des Français. Ça veut dire que bien sûr, on a un cœur. Ces questions de réfugiés, d’immigration sont des questions qui parlent d’êtres humains, hommes et de femmes.

Mais, il faut bien comprendre aussi que notre capacité d’accueil, d’intégration n’est pas illimitée. En France, en Bourgogne, il faut penser aussi à ces personnes françaises ou immigrées déjà présentes en France, qui sont au chômage. Il faut penser aux artisans, aux agriculteurs, aux retraités qui ont du mal à vivre. On ne peut pas culpabiliser les Français. L’année dernière, il y a deux milliards d’euros qui ont été consacrés à l’accueil des réfugiés et des demandeurs d’asile", a dit l’élu bourguignon. 



Que propose le parti Les Républicains ?

"Première proposition : il faudrait qu’une initiative soit prise par la France pour qu’au niveau européen et méditerranéen on crée des centres d’accueil des demandeurs d’asile, non pas en Europe, mais près de la zone irako-syrienne avant toute traversée de la Méditerranée.

Deuxième proposition : nous comprenons qu’il faut sans doute accueillir un petit nombre de réfugiés de guerre et notamment de victimes de l’islamisme de Daech qui martyrise des femmes, des enfants… Mais, il faut les accueillir de manière extrêmement provisoire", a dit le député bourguignon qui a réaffirmé son hostilité à l’instauration de quotas d’accueil de réfugiés entre les pays de l’Union européenne.
.