CARTE. Casino menacé de faillite : quels magasins vendus en Bourgogne et Franche-Comté ?

Depuis les déboires financiers de Casino, de nombreux hypers et supermarchés du groupe sont revendus pour changer d'enseigne. À l’issue d'une nouvelle réunion entre l'intersyndicale de Casino et les représentants du consortium de repreneurs, on sait désormais qu'Intermarché reprendra deux tiers des 313 magasins encore à vendre et Auchan le tiers restant.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Casino toujours menacé de faillite. Le groupe stéphanois est engagé dans la restructuration de sa dette, qui dépasse les huit milliards d'euros. À l’issue d'une réunion entre l'intersyndicale et des représentants de repreneurs ce jeudi 04 janvier 2024, on sait désormais que deux tiers des 313 magasins encore à vendre seront repris par Intermarché et un tiers par Auchan. 

Pour connaître avec précision quelle enseigne reprendra quel magasin, il faudra attendre le 24 janvier 2024 et la tenue d'un comité social et économique central.

En Bourgogne-Franche-Comté, on compte déjà dix hypers et supermarchés qui ont dû être vendus et changer d'enseigne : 

La liste des établissements déjà concernés en Bourgogne et en Franche-Comté

Première vague en Bourgogne (fermeture le 29 septembre) :

  •  Géant Chalon-sur-Saône, Géant Fontaine-lès-Dijon, Supermarché Dijon Clemenceau,  supermarché Chagny

Première vague en Franche-Comté : 

  • Géant Besançon Châteaufarine, Géant Lons-le-Saunier, Supermarché Corbenay, Supermarché Pontarlier, Supermarché Rioz, Supermarché Luxeuil-les-Bains

Deuxième vague en Bourgogne (d'ici un à trois ans) : 

  •  Dijon, rue d'Auxonne

Deuxième vague en Franche-Comté : 

  •  Arc-lès-Gray

► À LIRE AUSSI -  "C’est vraiment moins cher" : en Bourgogne, quatre supermarchés Casino repris par l’enseigne Intermarché

L'incertitude pour le Casino d'Auxerre

Mais les difficultés de Casino n'ont pas cessé et d'autres enseignes sont sur la sellette. L'avenir de la centaine de salariés de Casino #Hyper Frais d'Auxerre, dans la zone des Clairions (Yonne) est en suspend.

Frédéric Pereira de Relende, délégué syndical Unsa du site se veut optimiste: "A ce jour, tout le personnel devrait être repris. Jusqu'à présent, toutes les cessions précédentes de l'enseigne se sont faites sans casse sociale. Il n'y a aucunes raisons que ça se passe différemment pour nous, je l'espère en tout cas".

La plateforme Easydis d'Auxerre, filiale logistique du groupe Casino dédiée à l’entreposage des marchandises, à la préparation de commande et à la livraison des magasins est aussi dans l'incertitude.

Quand Casino devient un Intermarché

À Fontaine-les-Dijon (Côte-d'Or), le supermarché Casino a fermé ses portes en septembre 2023. À la réouverture en octobre, le nouvel Intermarché attire les premiers clients : "Je reviens avec plaisir sur la zone !". Depuis quelques années, la grande surface se vidait peu à peu. Implanté depuis 1983, le magasin était jugé trop cher en période d’inflation.

La fréquentation des commerces de la galerie marchande en pâtissait. Certains ont vu leur chiffre d’affaires baisser de 25% ces dernières années. Ils espèrent que le changement d'enseigne va redynamiser le commerce.

► À LIRE AUSSI -"Ne faisons pas de cette restructuration une catastrophe sociale", les députés inquiets pour les salariés du groupe Casino à Besançon

L'inquiétude pour les emplois

Les deux députés du Doubs, Eric Alauzet et Laurent Croizier, expriment leur ”vive inquiétude" concernant la restructuration du Groupe Casino et ses conséquences sur l’avenir des salariés et ceux de sa filiale Easydis à Besançon. Dans un courrier, ils sollicitent l'action du ministre de l'Economie.

"Il y a un fort attachement des salariés envers leur groupe, un fort attachement de Besançon envers Casino. Ne faisons pas de cette restructuration une catastrophe sociale", défend le député bisontin Modem, Laurent Croizier.