Féminicide dans l'Yonne : 200 personnes se rassemblent devant la mairie en hommage à la victime

Ce lundi 14 juin, plus de 200 personnes se sont rassemblées sur le parvis de la mairie de Monéteau (Yonne) pour rendre hommage à la victime de 32 ans, assassinée en pleine rue vendredi par son ex-compagnon. Une minute de silence a été observée. 

Plus de 200 personnes se sont réunies à 12h30 sur le parvis de la mairie de Monéteau pour rendre hommage à la victime. Une minute de silence a été respectée.
Plus de 200 personnes se sont réunies à 12h30 sur le parvis de la mairie de Monéteau pour rendre hommage à la victime. Une minute de silence a été respectée. © Baziz Djaouti

Après avoir mis les drapeaux en berne ce week-end, la municipalité de Monéteau a décidé d'organiser une minute de silence à 12h30 ce lundi "en hommage à la victime décédée sous les balles de son ex-compagnon et en soutien à toutes les femmes victimes de violences", a -t-elle indiquée sur ses réseaux sociaux. Plus de 200 personnes se sont rassemblées devant l'hôtel de ville pour observer une minute de silence et rendre hommage à cette jeune femme de 32 ans, tuée de plusieurs coups de feu par son ex-compagnon vendredi 11 juin.

Certains ont choisi d'être présent en hommage à la victime, en marque de soutien à sa famille mais aussi pour "toutes les femmes victimes de violences conjugale, les enfants et toutes les violences en général", témoigne une jeune femme. Beaucoup d'entre eux ne connaissait pas la victime mais ont été très émus par ce drame. Certaines mères de famille ont une pensée forte aujourd'hui pour les deux enfants de la victime.  "Je suis maman aussi et je n'imagine même pas la peine de ces pauvres enfants." L'émotion était en tout palpable au sein de l'assemblée. "C'est ignoble," témoigne un autre habitant. "Ce drame touche tout le monde ici."

Une minute de silence a été respectée à 12h30 sur le parvis de l'hôtel de ville.
Une minute de silence a été respectée à 12h30 sur le parvis de l'hôtel de ville. © Baziz Djaouti

Beaucoup d'élus étaient également présents parmi lesquels Mafhoud Aomard, président des maires ruraux de l'Yonne, la sénatrice Dominuque Vérien et la maire de Monéteau, Armanda Guiblain. "Il n'y a pas de mots pour exprimer autant de colère, de tristesse et en même temps nous avons le devoir d'éveiller les consciences pour lutter contre ce fléau que sont les violences faites aux femmes", a déclaré l'élue pendant un disours prononcé devant la mairie. S'en est suivi une minute de silence. 

Une marche blanche si la famille de la victime est d'accord

La maire souhaite éventuellement organiser une marche blanche mais il lui faut l’accord de la famille. "Nous allons nous rapprocher de sa famille et ses proches pour connaître leur volonté et nous communiquerons ici si besoin de le faire sur une éventuelle organisation", indique la municipalité sur les réseaux sociaux. 

L'ex-compagnon mis en examen 

L'auteur présumé, âgé de 34 ans, a été interpellé et placé en garde à vue après avoir fait une tentative de suicide. Selon les dernières infromations du parquet, il est mis en examen pour assassinat. Il a été placé en détention provisoire à la prison d'Auxerre ce dimanche 13 juin. Lors de sa garde à vue, le suspect n'a donné que "très peu d'explications" aux enquêteurs, indique Hugues de Phily, le procureur de la République d'Auxerre. 

D'après les premiers éléments de l'enquête, l'homme aurait prémédité son geste, explique le procureur de la République d'Auxerre: "l'auteur présumé était venu retrouver sa victime", dit-il. Les faits ont eu lieu à proximité du domicile de la mère de famille, sur le parking, alors qu'elle sortait de son véhicule. Mais le suspect ferait preuve d'amnésie face aux enquêteurs. "Le mis en examen dit ne plus se souvenir de ce qu'il s'est passé et des faits qu'ils lui sont reprochés," ajoute le procureur. 

Une cellule d'écoute à l'école

La victime, âgée de 32 ans, était mère de deux enfants en bas-âge qu'elle avait eu avec son meurtrier présumé. Elle habitait dans le centre-ville de Monéteau, à deux pas du lieu du drame, dans un virage en face du parking. Ce lundi, dès 8h, une cellule d'écoute a été mise en place à l'école communcale où était inscrite sa fille en présence de la rectrice. Une cellule d'écoute a également été mise en place à la mairie comme indiquée sur les réseaux sociaux. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
féminicide société femmes faits divers justice hommage