Procès des attentats de Paris : six Bourguignons sont morts au Bataclan et sur les terrasses le 13 novembre 2015

Alors que débute ce mercredi 8 septembre le procès des attentats de Paris, l'heure est aux souvenirs de cette tragique soirée. En Bourgogne, six personnes ont perdu la vie, sur des terrasses de café et au Bataclan. Voici leur portrait.
© France 3 Bourgogne

C'est un procès tristement inédit qui s'ouvre ce mercredi 8 septembre 2021 au palais de justice de Paris, presque six ans après les attentats qui ont coûté la vie à 130 personnes, dont six Bourguignons.

Des terrasses parisiennes au Bataclan

En effet, ils résidaient ou étaient originaires de la région, comme Yannick Minvielle, 39 ans, qui vivait à Paris mais qui était originaire d'Epervans (Saône-et-Loire) où sa famille réside. Il travaillait dans la publicité et chantait dans un groupe de rock. Il s'était rendu au concert de rock des Eagles of Death Metal, au Bataclan.

Lui aussi présent dans la salle, Mayeul Gaubert venait de fêter son 30e anniversaire. Il résidait également dans la capitale où il était juriste. Sa famille est originaire de Morey, près de Givry, en Saône-et-Loire. Il est décédé à l'hôpital militaire de Paris des suites de ses blessures.

"La vie a continué malgré un grand vide et des tas de question"

Egalement présent au Bataclan pour le concert des Eagles of Death Metal, Baptiste Chevreau est mort à 24 ans. Originaire de Tonnerre, dans l'Yonne, il vivait à Paris. Le samedi 28 octobre 2017, un kiosque à musique portant son nom a été inauguré à Tonnerre. L'oeuvre d'un travail de réhabilitation de plusieurs bénévoles.

"Cinq ans sont passés, ponctués par de nouvelles barbaries, expliquaient ses parents à l'occasion d'une cérémonie d'hommage, le 13 novembre 2020. La vie a continué, malgré un grand vide et des tas de questions. Le procès à venir va peut-être nous apporter quelques réponses. Pour ce qui est du vide, il sera en nous pour toujours."

Fabian Stech, avait 51 ans et vivait à Dijon. Cet enseignant d'allemand au lycée privé Les Arcades et critique d'art était une figure du milieu culturel dijonnais. Le 18 novembre 2015, ses collègues et élèves lui avaient rendu hommage au lycée

"Il avait un charisme extraordinaire si bien qu'il était fédérateur à sa façon, décrivait une de ses collègues en amont de cet hommage. Tous les gens d'ici qu'ils soient germanistes ou pas, le connaissaient forcément, on l'entendait parler d'une salle à l'autre, on l'entendait rire avec cette voix grave et cette stature qui faisait de lui un être inimitable."

"Je ne les oublierai jamais"

Originaire de la cité du tennis au Creusot (Saône-et-Loire), deux soeurs attablées à la terrasse du restaurant la belle équipe, rue de Charonne ont également perdues la vie sous les balles des terroristes. Halima (34 ans) et Hodda Saadi (33 ans) ont été tuées sous les yeux de leur frère, Khaled, alors qu'elles célébraient un anniversaire.

Inconsolobale, Bachir, le grand frère de cette fratrie, témoignait"il [Khaled] avait ses deux soeurs à ses pieds, il les a vu partir. Il les a extrait des corps entassés des uns sur les autres. Il a été les chercher pour les poser à la vue des services de secours pour qu'elles partent. Elles sont belles, généreuses, fortes. On va s'occuper de ceux qui restent(...), mais ces deux soeurs là on ne les oubliera jamais. C'est mes deux soeurs."

Neuf mois de procès

Le procès des attentats de Paris s'ouvre ce mercredi 8 septembre et devrait durer neuf mois. Seul membre présumé du commando de terroristes encore en vie, Salah Abdeslam sera jugé.

De nombreuses personnes se sont déjà constituées partie civile et témoigneront à la barre, à l'instar de l'ancien président de la République, François Hollande, de celui qui était son ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve ou encore l'ex Procureur de la République, François Molins.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
attentat faits divers terrorisme attentats de paris