Propos racistes, complotistes, insultes : ces candidats du RN qui posent question en Bourgogne-Franche-Comté

Plus sur le thème :

Insultes, messages à caractère raciste ou complotistes... Plusieurs candidats représentant le Rassemblement National ou ses alliés en Bourgogne-Franche-Comté ont été au centre de polémiques. L'un d'entre eux s'est même présenté alors qu'il est placé sous curatelle renforcée.

"Il peut arriver" qu'il y ait des "brebis galeuses" au sein du Rassemblement National. C'est Jordan Bardella, le président du RN, qui le dit ce mercredi 3 juillet, invité sur France Bleu.

"Lorsqu'il y a des brebis galeuses - il peut arriver qu'il y en ait d'ailleurs - je n'ai pas la main qui tremble. Effectivement, j'ai souhaité retirer l'investiture à des gens dont je n'avais pas connaissance" de certains agissements ou déclarations passés - faisant notamment référence à la candidate du Calvados ayant posé avec une casquette nazie.

Mais "dans 99,9 % des cas, il n'y a absolument aucune difficulté", assure le président du RN. Pourtant, en Bourgogne-Franche-Comté, plusieurs cas continuent de poser question.

Daniel Grenon (première circonscription de l'Yonne) : "Les Maghrébins n'ont pas leur place dans les hauts lieux" 

Le député RN sortant de la première circonscription de l'Yonne, qualifié au second tour de ces élections anticipées, a fait parler de lui dans l'entre-deux tours, après un entretien au quotidien l'Yonne Républicaine. Il y déclare : "Des Maghrébins sont arrivés au pouvoir en 2016, ces gens-là n’ont pas leur place dans les hauts lieux."

► À LIRE AUSSI : "Les Maghrébins n'ont pas leur place dans les hauts lieux" : un candidat RN aux législatives accusé de racisme

Signalé au parquet de l'Yonne par le Parti socialiste local, Daniel Grenon s'est défendu dans un communiqué. Il affirme que ses propos ont été déformés. Mais l'Yonne Républicaine a enregistré l'intégralité de l'entretien ; le journal nous a fait parvenir sa retranscription exacte, que voici.

"Sur une trentaine ou une quarantaine de postes en France, où il y a des choses dangereuses, militaire ou pas militaires, où on ne peut pas se permettre d’avoir des binationaux. Des Maghrébins sont arrivés au pouvoir en 2016, ces gens-là n’ont pas leur place dans les hauts lieux. Le binational, il a sa place, mais pas dans les hauts lieux."

Daniel Grenon

à l'Yonne Républicaine, 1er juillet 2024

Mercredi 3 juillet, nouvel épisode : le président du RN, Jordan Bardella, désavoue Daniel Grenon sur BFM TV. "Je n'aime pas ces propos et je les condamne (...). Je les trouve abjects. Je vais avoir une explication avec lui et la commission des conflits sera saisie". Et Jordan Bardella d'assurer que Daniel Grenon, s'il est élu, ne représentera pas le RN à l'Assemblée Nationale.

Sophie Dumont (4e circonscription de Côte-d'Or) : "Pour les nazis, allez en Ukraine"

Toujours en Côte-d'Or, Sophie Dumont est qualifiée au second tour dans la quatrième circonscription face à Hubert Brigand, des Républicains. Cette Francilienne de 55 ans possède une résidence secondaire à Saulieu et est salariée de l'Assemblée nationale. Elle a été auparavant conseillère de Marine Le Pen.

 

Sur son compte X, elle a posté plusieurs messages aux relents antisémites et complotistes. Les posts ont été supprimés, mais Libération y a consacré un article en juin 2024. Un extrait de l'article est visible ci-dessous. Sophie Dumont soutient la thèse affirmant que Brigitte Macron serait un homme, ou encore que l'Ukraine fournirait les "réseaux pédophiles" en enfants.

D'autres messages, non supprimés, subsistent sur son compte X (ex-Twitter). Ici, en réponse à une photo postée lors d'un meeting du RN où l'on voit des militants affublés de croix de l'ordre des Templiers et du message "Deus vult", un symbole courant dans l'idéologie raciste et islamophobe. Sophie Dumont affirme pourtant qu'ils sont "très loin des Nazis, plutôt le contraire". Et ajoute : "Pour les Nazis, allez en Ukraine". Cette théorie affirmant que le régime ukrainien est nazi a été utilisée par Vladimir Poutine pour justifier l'invasion russe et le début de la guerre en 2022.

Thierry Mosca (2e circonscription du Jura) : sous curatelle, inéligible... et pourtant candidat 

Dans le Jura, un candidat investi par le RN est au centre d'une situation invraisemblable : Thierry Mosca, qualifié pour le second tour face à la députée sortante LR Marie-Christine Dalloz, maintient sa candidature... Alors que la presse a révélé, récemment, qu'il était placé sous curatelle renforcée depuis novembre 2023. Ce qui le rend, de facto, inéligible. 

► À LIRE AUSSI : Inéligible, ce candidat RN confirme sa candidature au second tour des législatives. Récit d'une journée "ubuesque" dans le Jura

Selon Le Progrès, Thierry Mosca a même échappé à une condamnation pour travail dissimulé... parce qu'il "ne semble pas jouir de toutes ses facultés mentales", d'après le parquet de Besançon. 

Contacté par France 3 Franche-Comté après son dépôt de candidature, Thierry Mosca reste pourtant déterminé. "La curatelle, c'est uniquement pour des raisons financières, comme beaucoup d'artisans, j'ai des problèmes financiers". "J'aurais dû potasser plus assidûment le Code électoral", concède-t-il toutefois. Mais "un problème comme celui-là ne va pas m'empêcher d'aller au bout de l'élection", affirme-t-il.

Pourtant, le Code électoral prévoit très clairement (article 129) que les personnes sous tutelle ou sous curatelle sont inéligibles. En cas de victoire, il pourrait donc y avoir une nouvelle élection organisée dans la deuxième circonscription du Jura...

René Lioret (cinquième circonscription de Côte-d'Or) : "racailles d'Afrique", "ta gueule, sac à merde !"

Dans la cinquième circonscription de Côte-d'Or, René Lioret est qualifié au second tour face au député sortant de la majorité Didier Paris. 

Représentant départemental du RN, conseiller régional depuis 2021 (chargé notamment de l'apprentissage, des lycées et de l'enseignement supérieur), René Lioret affiche sur ses réseaux sociaux de très nombreux messages criant à l'envahissement de la France par "l'Afrique" et les "racailles".

En octobre 2023, il fait un lien entre la prolifération des punaises de lit (dont les médias se sont fait l'écho à cette période), et "les arrivées massives de tous les pays d'Afrique". Rappelons pourtant que les punaises de lit sont présentes depuis 40 000 ans... et qu'elles étaient notamment mentionnées chez les Poilus pendant la Première guerre mondiale.

Dans ce post en juillet 2022, René Lioret ironise sur les noms à consonnance maghrébine de plusieurs mis en cause pour trafic de drogue. "Pas un seul Pierre, Paul, Jacques. (...) Il faut appeler un chat un chat !" écrit-il en qualifiant les coupables de "chances pour la France", une expression couramment utilisée par les milieux nationalistes pour qualifier les immigrés.

À plusieurs reprises en 2023, René Lioret s'en prend violemment à Louis Boyard, député de la France Insoumise élu en 2022. En réponse à une intervention de Louis Boyard contre la réforme des retraites : "Dégage petit dealer de merde !" (En interview, Louis Boyard avait déclaré avoir ponctuellement vendu de la drogue pour payer ses études). 

"Ta gueule, sac à merde !" assène encore René Lioret au sujet de la grève dans les universités début 2023. Il qualifie dans un autre post le député de "petit goret élu par la racaille". 

Thomas Lutz (1ere circonscription du Doubs) : "Untermensch"

Thomas Lutz est qualifié pour le second tour dans la première circonscription du Doubs, où se déroulera une triangulaire Modem-NFP-RN. Conseiller à la Région Bourgogne-Franche-Comté (commission emploi, économie solidaire, agriculture et tourisme), Thomas Lutz a fait parler de lui en avril 2024, lors d'une séance particulièrement mouvementée au Conseil régional.

Alors que des élus RN (dont Julien Odoul) ont brandi des pancartes "Violeurs étrangers dehors" en plein hémicycle, Thomas Lutz a traité une élue de "untermensch". Ce terme qui signifie "sous-homme" en allemand, était utilisé par les nazis pour qualifier les races qu'ils jugeaient inférieures, non-aryennes. La présidente de Région Marie-Guite Dufay a porté plainte.

Thomas Lutz, lui, a dit regretter cette expression, et a été "rappelé à l'ordre" par le groupe RN régional. Pour autant, il n'a pas été sanctionné par son parti... et a pu se présenter aux législatives. 

► À LIRE AUSSI : Le conseiller régional Thomas Lutz prononce le mot "sous-homme" : le RN ne le suspend pas mais déplore des "propos regrettables"

Eric Fusis (2e circonscription du Doubs) : "insulte aux trisomiques", "sous merde"

En lice pour le second tour dans la deuxième circonscription du Doubs, Eric Fusis est un ancien militaire, ex-membre de la sécurité de Marine Le Pen, et adepte d'un humour discutable sur les réseaux sociaux.

En 2015, il relaie un montage dans lequel le footballeur Franck Ribéry est comparé à un trisomique... et d'ajouter : "C'est une insulte au trisomique (sic) plutôt ce type."

En août 2022, au sujet de l'économie de la Chine, il relaie une photo retouchée de Bruno Le Maire grimé en Asiatique, les yeux bridés et affublé d'un chapeau traditionnel.

En 2022, Franck Fusis verse dans l'insulte : il traite de "sous merde" un militant LFI "et la fange de la nation qu'il représente", après que ce militant Insoumis a critiqué les orientations politiques extrémistes d'un membre du RN récemment décédé.

L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Bourgogne-Franche-Comté
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité