Un village privé d'eau potable depuis 9 ans : "on nous dit de ne pas boire, on ne boit pas"

Depuis le 22 août 2014, Chemilly-sur-Serein, un village de 150 habitants dans l'Yonne, est privé d'eau potable. La consommation de l'eau du robinet est en effet interdite. Elle contient des résidus d'un pesticide utilisé auparavant dans les vignes et proscrit depuis 2003.

C’est un geste du quotidien, presque mécanique. Ouvrir le robinet de sa cuisine pour remplir son verre d’eau ou sa carafe. Mais à Chemilly-sur-Serein (Yonne), les habitants ne peuvent pas boire l’eau de leur robinet.

Depuis le 22 août 2014, il y a plus de neuf ans, l’eau de cette commune de 150 âmes est impropre à la consommation. En cause : des résidus de terbuméton-déséthyl, un pesticide interdit depuis 2003 et anciennement utilisé dans les vignes, car le petit village est situé dans le Chablisien.

Des habitants qui s'adaptent

Une décision prise par l’Agence régionale de la Santé (ARS) qui force les habitants à s’adapter. C’est le cas de Kenza, arrivée à Chemilly quelques mois seulement après le début des restrictions de consommation d’eau.

"L’eau, on l’utilise pour nettoyer les légumes et se laver. Pour nos animaux, on récupère l’eau de pluie. Et on achète des packs d’eau à chaque fois qu’ont fait les courses. Ce n’est pas une contrainte, ce n’est vraiment pas compliqué. La contrainte, c’est de faire 7 km pour aller faire ses courses, mais je consommais déjà de l’eau en bouteille avant d’habiter ici".

Personne n’a été malade en buvant l’eau de Chemilly.

Gérald Vilain, maire SE de Chemilly-sur-Serein

Jean-Luc Droin, un autre habitant de la commune, est né et a toujours vécu à Chemilly-sur-Serein. "On achète notre eau au supermarché local. J’achète 6 à 7 packs d’eau par mois. Nous sommes un petit village, on suit les consignes. On nous dit de ne pas boire l’eau, on ne la boit pas", confie le retraité au micro de Lounis Khelaf.

Le retour de l'eau potable prévu pour octobre 2024

Contactée, l’ARS nous indique que la mesure restera en vigueur tant que la dangerosité du pesticide n’est pas évaluée. Dans le même temps, la commune a été mise en demeure par la préfecture de l’Yonne afin de régler le problème.

Des filtres à charbons vont être installés. Coût de l’opération : 450 000 euros, financés à hauteur de 80% par des subventions de l’Agence de l’eau. "Le reste à charge sera financé par un emprunt de la commune. On n’a pas le choix, il faut en passer par là. Un emprunt sur 15-20 ans, de 90 000 euros, ce sera supportable en augmentant le prix de l’eau", détaille Gérard Vilain, le maire (SE) de Chemilly-sur-Serein.

Un appel d’offre va être lancé dans les prochaines semaines afin de trouver la société qui réalisera l’installation des filtres à charbon. Ceux-ci devraient être mis en place en octobre 2024. L’eau potable va pouvoir enfin recouler dans les robinets de Chemilly.