Yonne : les habitants de Tonnerre manifestent contre la fermeture des urgences

Les urgences de nuit ne seront pas fermées, mais il n'y aura plus qu'un médecin urgentiste la nuit, au lieu de 2
Les urgences de nuit ne seront pas fermées, mais il n'y aura plus qu'un médecin urgentiste la nuit, au lieu de 2

Après Clamecy, dans la Nièvre, c’est au tour de la ville de Tonnerre, dans l’Yonne, d’organiser une manifestation pour demander le maintien de son service d’urgences de nuit.

Par B.L.

Les habitants de Tonnerre sont appelés à descendre dans la rue 

L’ARS (Agence régionale de santé) est en train de préparer le projet régional de santé 2018-2022 (qui va réorganiser l’offre de santé en Bourgogne-Franche-Comté).

Lors de cette réorganisation, le service des urgences de nuit de l’hôpital de Tonnerre pourrait disparaître. L’ARS justifie cette mesure en invoquant le manque de médecins urgentistes.

La fermeture des urgences de nuit est redoutée par la population : en cas de problème, les malades devront se rendre à Auxerre, Sens, Troyes... ce qui entraînerait une perte de temps dans la prise en charge des urgences vitales (douleurs thoraciques, AVC, etc).

Au-delà, "cette situation pourrait engendrer un scénario catastrophe, comme la désertification de notre ville de Tonnerre ainsi que des communes environnantes", alerte le personnel du centre hospitalier de Tonnerre. A long terme, cela pose même la question du maintien du centre hospitalier de Tonnerre, craint l’équipe médicale et paramédicale des urgences de Tonnerre.



Un rassemblement est organisé devant le Sémaphore


Les manifestants ont rendez-vous à partir de 15 heures lundi 26 février 2018.
 Ils se rendront ensuite au centre hospitalier de Tonnerre, où une réunion est prévue avec le directeur de l’Agence régionale de santé.


Plusieurs services des urgences pourraient disparaître prochainement : outre Tonnerre, Avallon craint aussi de disparaître de la carte, tout comme Decize et Clamecy dans la Nièvre. Il y a quelques jours, trente maires de la Nièvre et de l'Yonne ont démissionné pour protester contre la réorganisation du schéma de santé. Ils refusent que leur territoire soit "sacrifié sur l’autel de la rationalisation des choix budgétaires".

Le reportage de Sébastien Kerroux et Claude Heudes
Intervenants :
  • Jocelyne Maurer, Tonnerroise
  • Fernando Da Costa Ferreira, Ambulancier au CH de Tonnerre
  • Christian Langard, Maire de Bernon (Aube)



A lire aussi

Sur le même sujet

Dijon : derniers préparatifs au lycée Montchapet pour les épreuves du bac

Les + Lus