Douze bretons ont fait le déplacement jusqu'à Dijon en Bourgogne pour soutenir leurs six camarades Faucheurs volontaires d'OGM jugés aujourd'hui à la cité judiciaire. Ils souhaitaient également être jugés pour les même faits qui se sont déroulés en 2017 dans un champs de Colza en Côte-d'Or. En vain, ils resteront spectateurs.

Six Faucheurs Volontaires sont jugés mercredi 14 décembre à la Cité Judiciaire de Dijon pour avoir fauchés un champs de Colza (une plate-forme d’essais de colza mise en place par la firme semencière KWS) à Villy-le-Moutier le 15 avril 2017. Des militants de toute la France sont venus les soutenir et ... pour demander à être jugés à leurs côtés. Parmi eux douze bretons qui ont parcouru quelques 700 kilomètres pour être condamnés. En vain ! Le tribunal ne veut rien entendre et ils sont restés simples spectateurs !

"Sur l'action de 2017 nous étions 120 et quelques mais seulement six faucheurs ont été mis en examen, nous explique Jil Quillevere, un faucheur breton. On veut aussi être jugés pour expliquer notre action. On est là par solidarité pour nos camarades mais aussi pour avoir un procès qui dure plus longtemps. Ainsi on parle un peu plus de notre action."

Le tribunal n'a pas été sensible à leurs arguments et ils ont reçu une fin de non recevoir. Ils ne seront pas jugés pour cette action collective. 

Les militants Faucheurs volontaires avaient menés cette action à Villy-le-Moutier en Côte d'Or (Bourgogne) le 15 avril 2017 pour protester contre la firme semencière KWS qui cultivait dans des champs du Colza OGM. Les Faucheurs volontaires demandent à l'Etat Français de se conformer à la directive européenne 2001-18 limitant la mise sur le marché d'organisme génétiquement modifiés. Explications en images par nos confrère de France 3 Bourgogne à l'époque de fait :

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité