"Les chiens sont des chasseurs", jusqu'à 750 euros d'amende pour une promenade sans laisse en forêt

Du 15 avril au 30 juin, il est interdit de promener son chien sans laisse dans les bois et forêts. Une interdiction méconnue qui date de 1955. L'amende peut être salée.

"Dans les bois et forêts, il est interdit de promener des chiens non tenus en laisse en dehors des allées forestières pendant la période du 15 avril au 30 juin." L'arrêté date du 16 mars 1955 et porte de manière générale sur l'interdiction de divagation des chiens. "C’est ancien mais ce n’est pas quelque chose de connu," regrette Mickaël Ouisse, de l'Office national des forêts (ONF) Bretagne.

À LIRE : "On crée des espaces où l'homme n'intervient plus". Ils achètent des forêts pour les rendre à l'état sauvage

Malgré la communication annuelle et répétée des agents de l'ONF, peu de propriétaires de chien sont au courant. "À l’origine, c’était pour protéger la mise bas des chevreuils en particulier, précise Michaël Ouisse. Aujourd'hui, avec la baisse drastique de la biodiversité, cette interdiction est bénéfique pour tous les animaux qui sont en période de reproduction et de mise bas."

"Les chiens sont des chasseurs"

Les oiseaux qui nichent au sol ou bien les petits mammifères, comme le blaireau, sont des cibles pour le meilleur ami de l'homme. "Les chiens sont quand même des chasseurs, rappelle Mickaël Ouisse, même si c'est un jeu pour eux, ils fouillent, ils cherchent, ils vont déranger la faune, les jeunes dans les nids ou les adultes qui préparent la reproduction."

"Le dérangement par les chiens, c'est un vrai sujet, ajoute Olivier Retail, président de la Ligue de protection des oiseaux Bretagne (LPO). Il y a plusieurs périodes sensibles. En ce moment, c'est la saison de reproduction qui va commencer. Il va y avoir du dérangement voir de la prédation. Cela concerne les mammifères mais aussi certains oiseaux comme les busards par exemple."

"On prévient, on sensibilise, on explique"

Les policiers de l'environnement font de la surveillance dès qu'ils sont en forêt. "On prévient, on sensibilise, on explique. La verbalisation vient en dernier recours si on a des comportements pas adéquats." L'amende peut grimper jusqu'à 750 euros.

Sur les allées forestières, les agents de l'ONF peuvent se montrer conciliants. "Le chien doit répondre aux ordres du maître. Il faut qu’il revienne tout de suite. En revanche, s’il rentre dans les parcelles, la laisse est obligatoire."

À LIRE : Les gravelots de plus en plus présents en Bretagne après des années de déclin : "on est à 249 couples"

Les forêts mais aussi le littoral

"Il n'y a pas que les chiens, les hommes aussi sont concernés, avance Olivier Retail. La pratique de certains loisirs doit être questionnée."

D'autres espaces que la forêt sont également ciblés par l'arrêté de 1955 qui interdit la divagation de chien dans tous les milieux naturels. Des arrêtés municipaux peuvent aussi restreindre les promenades dans certains espaces, comme les plages par exemple.

Des oiseaux nichent sur le littoral, à l'image du gravelot à collier interrompu dont les œufs souffrent du passage des hommes et des chiens. Des campagnes de protection sont mises en place depuis des années pour faire de la pédagogie auprès des promeneurs.

Le printemps est une période importante pour prendre soin des oiseaux mais ce n'est pas la seule. L'hiver aussi est sensible. "Sur la grève, la plage, il y a des oiseaux hivernants, développe Olivier Retail. C’est l’hiver, il n’y a pas de touristes. On laisse son chien courir après les oiseaux. C'est beau, ils s'envolent. Mais ce sont des dépenses importantes pour eux."

À LIRE : "C'est un déclin généralisé". Sternes de Dougall, hirondelles, reptiles. Quelles sont les espèces menacées en Bretagne

Certains de ces oiseaux sont en repos après une longue migration. La prudence est donc de mise tout au long l'année avec les chiens.