Loïg Chesnais-Girard réélu à la tête de la région Bretagne sans majorité absolue

Le président sortant, Loïg Chesnais-Girard, est reconduit à la tête du Conseil régional de Bretagne. Le socialiste a été désigné par les nouveaux conseillers régionaux, vendredi après-midi, après trois tours de scrutin et à la majorité relative.

Vendredi après-midi, le nouveau Conseil régional de Bretagne issu des élections des 20 et 27 juin, se réunissait pour la première fois. 

Présidée par le doyen du Conseil, Gérard de Mellon (RN) et le plus jeune conseiller, Benjamin Flohic, 20 ans (liste "Bretagne ma vie" emmenée par Daniel Cueff), la nouvelle assemblée devait se choisir un président ainsi que les postes exécutifs de vice-présidents.

 

Issue incertaine

 

Un troisième tour à l'issue incertaine. Avec 40 conseillers régionaux de sa liste sur 83, le président sortant socialiste, Loïg Chesnais-Girard, ne disposait que d'une majorité relative. Il devait donc obtenir le soutien d’au moins deux élus d’une autre formation politique pour être reconduit.

 

Quatre candidats

 

Face à lui, trois autres conseillers régionaux briguaient la présidence : Claire Desmares-Poirrier (EELV), Isabelle le Callennec (LR) et Gilles Pennelle (RN). Le groupe composé des centristes et des marcheurs, emmené par Thiery Burlot, ayant choisi de ne pas présenter de candidat et de s'abstenir.

A l'issue du premier tour, qui se déroulait à bulletin secret, les résultats étaient les suivants:

 

Desmares-Poirrier et Pennelle se retirent du 2e tour

 

Aucune majorité absolue ne se dégageant, un second tour est alors annoncé. Claire Desmare-Poirrier puis Gilles Pennelle font alors savoir qu'ils retirent leurs candidatures.

Mais le report de voix ne permet toujours pas de dégager une majorité absolue. Avec 40 voix, comme au premier tour, Loïg Chesnais-Girard ne récupère visiblement aucune voix EELV tandis qu'Isabelle Le Callennec comptabilise 17 voix (+3). 26 conseillers ont voté blanc ou nul.

 

Loïg Chesnais-Girard élu par 40 voix sur 83

 

Un troisième tour est donc organisé, laissant cette fois peu de place au doute, puisque la majorité relative seule suffit à élire un président. En toute logique, Loïg Chesnais-Girard arrive en tête avec 40 voix, sans gagner de voix face à Isabelle Le Callennec qui atteint 18 voix. Les votes nuls et blancs s'élèvent à 25.

Le président sortant est donc reconduit pour six ans et neuf mois à une majorité relative et sans avoir bénéficié du soutien des écologistes d'EELV. Le divorce avec la liste de Claire Desmares-Poirrier semble consommé après le refus de Loïg Chesnais-Girard de tendre lui tendre la main entre les deux tours des 20 et 27 juin."LCG"  avait préféré fusionner avec l'ancien maire anti-pesticides Daniel Cueff.

 

Consensus

 

Néanmoins, dans son discours, Loïg Chesnais-Girard s'est dit convaincu de pouvoir "régulièrement trouver des consensus" pour faire avancer sa région.

En 2015, Jean-Yves Le Drian l'avait emporté avec 51,41% des suffrages exprimés et 53 sièges, à l'issue d'une triangulaire avec LR et le FN.

 

13 vice-présidents 

 

Dans la commission permanente, le président s'entoure de 26 membres et de 13 vice-présidents. Cette commission remplace le conseil entre ses réunions.

Michaël Quernez, maire de Quimperlé (29), prend le fauteuil de premier vice-président, délégué au climat et aux mobilités.... histoire de donner le ton du deuxième mandat de Loïg Chesnais-Girard. À noter aussi la nomination d'Olivier David, 9e vice-président en charge de la vie étudiante, l'enseignement supérieur et la recherche. Il a démissionné de la présidence de Rennes 2 le 30 juin.

Christian Troadec, fondateur du festival des Vieilles Charrues, devient le 11e vice-président des langues de Bretagne et des Bretons du monde. 

La fondatrice du festival des Transmusicales à Rennes, Béatrice Macé, 12e vice-présidente, sera chargée de la culture, des droits culturels et de l’éducation artistique. "Dans cette période de crise où la Culture a compté parmi les principales victimes, Béatrice Macé aidera la Bretagne à refaire du bruit et à rayonner par sa créativité", est-il expliqué dans un communiqué du Conseil régional.

 

Les dossiers brûlants et les dossiers clivants

 

Plusieurs dossiers urgents attendent la nouvelle assemblée. Dès la première session plénière, programmée le 21 juillet, il lui faudra se pencher sur un menu copieux dont les questions affairant à la Brittany Ferries, la Fonderie de Bretagne à Caudan (Morbihan) et la réunification de la Bretagne. Sur ce dernier point, Loïg Chesnais-Girard dit voir prévu de rencontrer son homologue ligérienne, Christelle Morançais, elle aussi reconduite dans ses fonctions.

Viendront ensuite les débats sur des dossiers plus clivants tels que la Politique Agricole Commune et la transition énergétique.

Pour revoir l'élection du président, c'est ici:

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique élections régionales 2021 élections