Témoignage. "Même non payée, je le ferais quand même". Ambre garde des chiens pour arrondir ses fins de mois et se faire plaisir

Publié le Écrit par Laurence Postic

Les services de gardes d'animaux deviennent une vraie tendance sociétale. Garder un animal pour de l'argent n'empêche pas de les aimer. C'est même souvent la motivation première des "pet-sitters", comme on les appelle. À l'image d'Ambre Le Fur, une étudiante de 19 ans originaire de Saint-Malo, qui garde des chiens depuis juin 2022.

    En cette période d’inflation, de nombreuses applications dédiées aux services de garde de chats ou de chiens apparaissent comme une solution intéressante pour mettre du beurre dans les épinards, tout en profitant de la compagnie des animaux.

    C'est vers l'une d'elles que s'est tournée Ambre Le Fur, étudiante de 19 ans originaire de Saint-Malo : "J'ai commencé en juin 2022. Je cherchais un moyen de gagner un peu d'argent et j'ai toujours adoré les animaux, raconte-t-elle. J'ai grandi avec une chienne et deux chats. Comme j'habitais toujours chez mes parents à l'époque, dans une maison avec un jardin, j'ai facilement proposé mes services. Et ça a fonctionné tout de suite".

    Cela fait deux Noël que je garde Nana, une femelle lévrier. Il y a une fidélité qui se crée et des liens avec les propriétaires de l'animal et le chien. Ils me donnent même régulièrement de ses nouvelles par WhatsApp.

    Ambre Le Fur

    dog-sitter à Saint-Malo

    Sa première mission de dog-sitter, elle s'en souvient très bien : "C'était une chienne beauceronne, une jeune de 6 mois. C'était intéressant de garder un chiot. J'étais contente".

    L'expérience se passe très bien. En suivront d'autres, plus concentrées sur les vacances scolaires car la jeune femme part étudier la psychologie à Toulouse. "Ça n'a pas posé de problème. Par exemple, cela fait deux Noël que je garde Nana, une femelle lévrier. Il y a une fidélité qui se crée et des liens avec les propriétaires de l'animal et le chien. Ils me donnent même régulièrement de ses nouvelles par WhatsApp" témoigne l'étudiante. Elle est consciente d'avoir de la chance.

    Être pet-sitter est un travail sérieux. Il faut prendre soin des animaux et ne pas le faire juste pour l’argent. Pas besoin d’avoir beaucoup d’expérience, mais c’est une responsabilité, cela demande du temps et de l’attention. Il ne faut donc pas prendre les choses à la légère. 

    "La plupart du temps, la rencontre se fait au moment du dépôt du chien. Mais cela dépend des propriétaires. Certains préfèrent une rencontre en amont pour voir si ça matche. Moi je m'adapte" poursuit Ambre.

    Savoir s'adapter est sans doute la clé car à chaque animal, ses habitudes. "C'est pratique car sur l'application, chaque animal a sa petite fiche d'identité renseignée par ses maîtres, avec son poids, sa taille et ses spécificités, ses goûts alimentaires, son rythme de vie etc"

    400 euros en une dizaine de gardes 

    Ambre n'a pas choisi de garder des chats ou des chiens, mais "il y a davantage de demandes pour des chiens" explique-t-elle. Côté rémunération, "avec l'application il y a un barème : en moyenne de 20 euros par jour, un peu plus élevé pour un chiot. Et s'il y a plusieurs animaux à garder en même temps, c'est dégressif".

    En seulement une dizaine de gardes pendant les vacances scolaires, elle a déjà pu gagner 400 euros, mais précise-t-elle, "même si ça n'était pas payé, je le ferais quand même". Car prendre soin des animaux est devenu une véritable affaire de famille. "En ce moment, ce sont mes parents à Saint-Malo qui gardent Nana, la petite femelle lévrier" sourit l'étudiante. Preuve que l'amour des animaux se partage. 

    Qu’avez-vous pensé de ce témoignage ?
    Cela pourrait vous intéresser :
    L'actualité "Nature" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
    Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
    choisir une région
    Bretagne
    France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité