Localisation, puissance, visibilité... Que sait-on du futur parc éolien flottant de Bretagne-sud

Ce mercredi 15 mai au soir, le gouvernement a annoncé le lauréat de l’appel d’offres du premier des parcs éoliens en mer de Bretagne sud. Il s'agit de Pennavel, consortium créé par le belge Elicio et l'allemand BayWa r.e. Mais qu'en est-il de ce premier parc éolien flottant au large du Morbihan, sa localisation, sa puissance.

Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique, et Roland Lescure, ministre délégué chargé de l’Industrie et de l’Énergie ont annoncé en début de soirée l'attribution à Pennavel, société du consortium composé d’Elicio et BayWa r.e, de l’appel d’offres du projet du premier parc éolien en mer flottant situé au sud de la Bretagne. Ils ont insisté sur le fait qu'il s'agissait "du premier parc éolien flottant commercial au monde à se voir attribuer un tarif d’achat".

Les ministères précise également que "l’offre proposée par le consortium formé par Elicio, producteur international d’énergie éolienne, et BayWa r.e., développeur d’énergies renouvelables et fournisseur de solutions, s’élève à 86,45 €/MWh".

Un projet de deux parcs pour alimenter 1,3 million d'habitants

Avec les vents réguliers qui soufflent au large de ses 2730 km de côtes, la Bretagne dispose d’un potentiel éolien en Europe, que les éoliennes soient posées à même le fond ou flottantes. La programmation pluriannuelle de l’énergie prévoit qu’en 2030, 40% de l’électricité provienne de sources renouvelables, en particulier par le développement de l’éolien en mer. C'est dans ce cadre que le littoral de la Bretagne du sud a été identifié comme une zone particulièrement favorable pour développer l'éolien flottant. 

À LIRE : Éoliennes en mer. La France épinglée par la cour des comptes. Les objectifs ne sont pas atteints

Un premier parc éolien en mer de 62 mâts posés au fond de l'eau, étalé sur 75 km2, est en cours de finition au large de la baie de Saint-Brieuc. Il devrait fournir, une fois terminé, 496 mégawatts de puissance totale. Les premières éoliennes ont commencé à fournir de l'électricité en mars dernier. À terme, il pourrait couvrir 10% des besoins électriques de la région.

À LIRE AUSSI : Éoliennes de la baie de Saint-Brieuc. La ministre de la Transition énergétique veut "un renforcement de la production électrique"

Les deux futurs parcs en mer de Bretagne sud devraient permettre de fournir à terme 750 mégawatts de puissance totale grâce à 60 mâts flottants de 260 mètres de haut, installées à 20 km au large des côtes.

L'appel d'offre du premier parc a été lancé en 2021. Il prévoit une vingtaine d'éoliennes produisant 450 mégawatts, soit l'équivalent de la consommation de 450 000 habitants. 10 candidats ont été retenus, le choix du lauréat devant donc être imminent. La date prévisionnelle de début des travaux est envisagée sur 2028-2029 et la mise en service en 2031.

Le second parc, prévu dans un deuxième temps, est envisagé avec une quarantaine de mats flottants pouvant produire 500 mégawatts, soit l'équivalent de la consommation de 900 000 habitants.

Au total, ce serait donc 750 mégawatts et l'équivalent de la consommation électrique (hors chauffage) de plus de 1,3 million d'habitants qui pourraient être produits, couvrant ainsi les besoins de près d'un tiers de la population bretonne.

Une localisation au large de Belle-Ile

Les deux parcs éoliens de Bretagne sud vont utiliser des éoliennes flottantes, une technologie qui permet d'installer les mats de 200 mètres de haut sur des plateformes, ce qui permet de les positionner en zones profondes et donc plus au large, réduisant ainsi les nuisances visuelles. Les éoliennes seront raccordées au sol par des câbles.

Une zone de 130 km² au sud-ouest de Belle-Île a été dévoilée fin 2002. Une partie de cette zone fera l’objet d’une vigilance particulière au regard des enjeux paysagers depuis Belle Île.

Des projets contestés

Comme de nombreux projets éoliens, ces deux projets connaissent leur lot de contestations. Des associations environnementales ou locales s'inquiètent des impacts des parcs sur la faune et la flore. Elles craignent également la pollution visuelle engendrée malgré le fait que cette technologie flottante permet d'éloigner les mats.

Des montages vidéos de l'impact visuel de ces parcs éoliens depuis différents lieux ont été réalisésen 2023 pour la Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DREAL) Bretagne.

Pour profiter pleinement de l’expérience, cliquez sur l’image de la vidéo, maintenez et tournez vers la droite ou vers la gauche, vers en haut ou en bas, zoomez…