Semaine du Golfe 2023. Découvrez la yole de Bantry, embarcation du XVIIIe siècle remise à l'honneur par des passionnés

durée de la vidéo : 00h02mn08s
Les yoles de Bantry ont fait partie de la fête du Golfe 2023, il n'y en aurait que 80 dans le monde, construites par des passionnés qui ont voulu reproduire ces embarcations mythiques du XVIIIe siècle. ©France Télévisions - Stéphane Soviller

La Semaine du Golfe permet de mettre à l'honneur différents voiliers du patrimoine. C'est le cas de la yole de Bantry, qui est reconstruite dans les mêmes conditions qu'au XVIIIe siècle par des passionnés aux quatre coins du globe depuis les années 80.

Dans la matinée du vendredi 19 mai, la flotille des yoles quitte le port de Larmor-Baden pour la semaine du Golfe.

Avec les courants et un nombre important d’embarcations, sortir du port est une opération périlleuse. Peu de temps après le départ, déjà une première petite collision, et une rame en moins pour l’An Erminig.

Un départ mouvementé

Pas de quoi décourager l'équipage, les onze rameurs avancent, ils ne voient pas la direction dans laquelle ils avancent, il faut donc des ordres précis du chef de bord et surtout, les yeux de la vigie : "Bateau à moteur à11 heures dans 50 m !"

Cette embarcation était utilisée par les officiers de la Marine pour se déplacer d'un navire à un autre ou pour se rendre sur le rivage.

Un bateau utilisé par un amiral de Groix en 1796

Elle s'appelle yole de Bantry après un épisode de l'histoire en 1796. L'amiral Nielly aurait été en Irlande pour soutenir la population locale, alors en pleine lutte contre l'Angleterre.

Après un accident, l'amiral originaire de Groix débarque sur une plage et se serait fait capturer par des irlandais pro-britanniques.

Une capture qui a lieu dans la baie de Bantry, qui a donné son nom à cette yole, qui est désormais exposée dans le musée maritime national d'Irlande. 

Pour guider cette yole pendant la Semaine du Golfe, les gestes doivent être précis, harmonieux. La coordination est essentielle : "C'est un bateau exigeant car il faut à la fois régler la gîte, c'est à dire l'inclinaison du bateau, et les bancs de sable", explique Thibaut Marty, à la barre.

Une compétition internationale pour les yoles de Bantry

La moitié de l’équipage a moins de 30 ans. Des sportifs qui s’entraînent pour l’ACI, l’Atlantic challenge international, une compétition internationale créée exclusivement pour faire revivre les yoles de Bantry.

Cet événement a lieu tous les deux ans, les années paires et se déroulera en 2024 aux États-Unis, après avoir été annulée en 2020 et en 2022. Onze pays sont membres de l'organisation actuellement.

On veut redonner une vie à ces bateaux en les faisant naviguer. Avec cette compétition, on a un gros potentiel pour former des jeunes sur de nouveaux bateaux. On est là aussi pour s’améliorer et transmettre notre passion à d’autres personnes.

Kylian Jones, équipier Yole 27

Sur ces embarcations, pas de moteur, tout est naturel et mécanique. Il faut donc apprendre à naviguer auprès des anciens, qui ont à cœur de transmettre les valeurs de cette marine traditionnelle.

"On apprend beaucoup d’eux mais ils apprennent de nous aussi vu qu'on arrive avec des yeux neufs. Il y a aussi une passation de savoir-faire, de technique que j'ai à coeur de protéger et qui est toujours très excitante", explique Thibaut Marty, également équipier Yole 27.

Pour cet équipage, rendez-vous donc en 2024 dans l'état américain du Maine, pour participer à la 18e édition de l'Atlantic Challenge.

Pour ceux qui préférent ne pas traverser l'Atlantique, vous pourrez certainement apercevoir une yole de Bantry lors de la prochaine Semaine du Golfe, ou alors vous rapprocher d'une association comme Yole 27 ou Yole Mor Bihan

 

(Avec Gwennaëlle Bron et Stéphane Soviller)