Na petra ‘ta : al labour-douar e Breizh / l’agriculture en Bretagne

Erell ha Tudu a glask respont d’ar goulenn bet degemeret ganto : « Peseurt legumaj a vez gounezet e Breizh ? » Erell et Tudu mènent l’enquête sur le terrain pour en savoir plus sur le maraîchage en Bretagne

Da gentañ, Erell ha Tudu  a glask kompren mont-en-dro al labour-douar er vro.

60% eus an douaroù a vez implijet evit ar gennad labourerezh-mañ evit ur sapre pouez ekonomikel : 4 miliard euro a broduioù a vez ezporzhiet bep bloaz.

Met ne vez ket implijet an douaroù-se evit ar gounid legumaj da gentañ met an darn vrasañ eus outo a servij d’ar sevel loened. Hag ouzhpenn an hanter eus an tachennoù az a da broduiñ maiz pe geot da vagañ anezho.

Ar gounid legumaj a servij da fardañ boued a vez debret diouzhtu pe treuzfurmet, skornet pe lakaet e boestoù-mir.

Ar Gouriz alaouret

Evit ar pezh a sell ouzh al legumaj fresk ez a ar maout gant Bro-Leon ha Bro-Dreger. A-hed an aod e vez kavet un takad anvet « ar Gouriz alaouret ».

Tudu a glask kompren gwelloc’h en ur vont da g/Kastell-Paol en un ti-feurm bio pedagogel.

Eus he zu, Erell az a da Rosko evit gweladenniñ ti ar Joniged, Bretoned az ae da Vreizh-Veur evit gwerzhañ onion etre an 19vet hag an 20vet kantved.

Kendalc’het e vo da zizoloiñ an natur, al loened koulz hag ar plant, gant heuliadoù gouestlet dezho, Louzaoueg Anna, PokeGwel ha Loened ar vro. Heuliet e vo ivez troioù-kaer Bihanañ den ar bed.

L’agriculture : un poids économique conséquent en Bretagne

Erell et Tudu commencent leur enquête en posant un regard général sur cette activité dans la région.

60% des terres sont utilisées pour des productions agricoles diverses et variées, d’une grande importance financière puisque 4 milliards d’euros de produits sont exportés chaque année.

Mais ces terres ne sont pas utilisées essentiellement pour la culture maraîchère puisqu’une grande partie de la surface sert à élever des animaux et plus de la moitié est utilisée pour cultiver du maïs ou de l’herbe afin de les nourrir.

La production légumière, elle, sert aussi bien à la consommation de produits frais, transformés, surgelés ou sous forme de boîtes de conserve.

La Ceinture dorée

En ce qui concerne, la production de légumes frais, le Léon et le Trégor sont les deux pays champions dans le domaine. De l’un à l’autre, tout le long de la côte, se trouve une zone de culture appelée « la Ceinture dorée ».

Tudu cherche à en savoir davantage en allant à Saint-Pol-de-Léon, visiter une ferme bio pédagogique.

De son côté, Erell part à Roscoff, découvrir la maison des Johnnies, ces marchands bretons qui traversaient la Manche pour vendre leurs oignons en Grande-Bretagne, entre le 19e et le 20e siècle.

Les jeunes téléspectateurs continueront de découvrir la nature, la faune aussi bien que la flore, avec trois séries : «Louzaoueg Anna », (L’herbier d’Anna), « PokeGwel » et « Loened ar vro » (Les animaux du pays).

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture bretonne culture culture régionale agriculture bio agriculture économie agro-alimentaire nature