Résultats législatives 2024 : Face à la vague "bleu marine", les figures de la macronie font de la résistance

Si en Centre-Val de Loire Guillaume Kasbarian et Marc Fesneau - devancés par le RN - ne règnent plus en maîtres sur leurs territoires, les deux ministres n'ont pour autant pas été balayés par la vague de défiance à l'égard du gouvernement. De faibles écarts et le report des voix leur permettent même encore d'espérer être élus.

Sur la 1ere circonscription du Loir-et-Cher, la vague RN est historique. Sur ce territoire habituellement ancré à gauche et centre-droit, c'est la première fois que le Rassemblement national arrive en tête, affichant 13 points de plus que lors du précédent scrutin des législatives en 2022.

Pour le second tour, les Loir-et-chériens devront donc choisir entre Marine Bardet (RN) qui récolte plus de 35% des suffrages exprimés et Marc Fesneau, au coude à coude avec 34,56%. Le vent semble donc avoir tourné, en témoignent les résultats des européennes où la liste de Jordan Bardella a récolté 32,07% des suffrages, loin devant la majorité présidentielle (15,53%).

Avec seulement 358 voix qui le séparent de sa rivale, le ministre de l'Agriculture plie, mais ne rompt pas. Comme les 24 autres ministres-candidats, il n'a pas été écarté dès le premier tour malgré l'impopularité du gouvernement Macron et quatre mois seulement après les intenses révoltes agricoles qui ont marqué l'hiver et le Salon de l'agriculture. "C'est peut-être le fruit de mon ancrage, c'est peut-être le fruit, par les uns et les autres, d'un vote utile dès le premier tour", analyse à chaud Marc Fesneau à l'annonce des résultats définitifs.

L'ancrage territorial fort de Marc Fesneau

Marc Fesneau jouit en effet d'une belle notoriété sur ce territoire, et c'est certainement ce qui le maintient en bonne posture pour ce second tour. Pourtant, celui qui se réclame de la ruralité s'est largement fait devancer par la moins populaire conseillère régionale et candidate du Rassemblement national dans les campagnes. Marine Bardet affiche, en outre, 40,26% des suffrages à Montrichard et 46,12% au Controis-en-Sologne. A contrario, le ministre de l'Agriculture est largement en tête à Blois (36%) et à la Chaussée-Saint-Victor (45,22%), fief historique MoDem de Jacqueline Gourault.

Parisien d'origine, c'est dans le Loir-et-Cher que Marc Fesneau commence sa carrière en politique. En 1995, il est élu maire de Marchenoir, un village de 700 habitants. Un poste qu'il occupera presque 10 ans avant de laisser sa place à sa première adjointe, Sylvie Gagnier. Élu pour la première fois député de la première circonscription du Loir-et-Cher en 2017 puis une seconde fois en 2022, il avait alors dû céder son siège à ses suppléants successifs pour occuper chronologiquement les postes de Chargé des relations avec le Parlement puis de ministre de l'Agriculture.

C'est malgré tout une petite désillusion pour le ministre, habitué à se retrouver en tête des scrutins sur cette 1e circonscription, et qui pouvait même s'imaginer être élu dès le premier tour. Car son principal opposant, Reda Belkadi, venait de se voir retirer son investiture par LFI après l'exhumation de tweets à caractère antisémite. Un report des voix de la gauche était donc tout à fait envisageable, d'autant qu'en réaction au scandale, Marc Fesneau avait aussi réussi à obtenir un "report de soutien" de poids : celui du populaire Maire PS de Blois, Marc Gricourt.

"Probablement que certains se disent : " En fait Kasba, on l'aime bien, il bosse bien!"

Dans la 1ʳᵉ circonscription d'Eure-et-Loir, le ministre du logement Guillaume Kasbarian est en meilleure posture. S'il se retrouve lui aussi en 2ᵉ position derrière la candidate du Rassemblement national Emma Minot (33,66%), il peut se targuer d'un écart de seulement 471 voix avec sa rivale. Il est même arrivé en tête à Chartres où il bénéficiait du soutien du maire LR Jean-Pierre Gorges: "C'est un score qui m'honore dans un contexte national tout à fait difficile", a déclaré le candidat de la majorité présidentielle et député sortant.

Macroniste de la première heure, Guillaume Kasbarian a finalement vu ses efforts et sa loi antisquatteurs récompensés par sa nomination au ministère du Logement début février 2024. Son siège à l'Assemblée nationale est depuis occupé par sa suppléante Véronique de Montchalin et c'est en embuscade plus que confortable qu'il aborde désormais ce second tour. Une situation qu'il explique par "le fruit d'un investissement personnel depuis 7 ans sur le terrain". "Que ce soit à vélo, que ce soit à pied, que ce soit en roulotte, j'ai toujours été un député de terrain au service des habitants d'Eure-et-Loir", se targue le ministre, expliquant aussi avoir fait remonter tour à tour des problématiques locales au niveau national telles que "la question des gendarmeries, les investissements étrangers, la cosmétique, la pharma..."

Cette 1ʳᵉ circonscription d'Eure-et-Loir regroupe Chartres et une bonne partie de l'Est du département, aux mains de Guillaume Kasbarian depuis 2017. Avant cela, elle avait été dominée par la gauche dans les années 90, puis la droite depuis 2002. Mais jamais, sur cette circonscription historiquement modérée à droite ou à gauche, un candidat du Rassemblement national n'avait accédé au second tour. "Il y avait une lame de fond dégagiste extrêmement forte et probablement que notre circonscription a mieux résisté parce que j'ai la chance d'avoir autant de soutien et d'électeurs et je les remercie infiniment. (…) Mais aussi, je l'espère, parce que le travail de 7 ans paye et que quand on bosse, quand on fait le travail, probablement que certains se disent, indépendamment des étiquettes nationales, indépendamment des combats à l'assemblée, indépendamment de nos divergences, bah en fait Kasba, on l'aime bien et il bosse bien avec nous donc pourquoi s'arrêter en si bon chemin ?"

Les projections pour le second tour

Mais rien n'est joué puisque Guillaume Kasbarian peut espérer récupérer les voix du candidat du Front de Gauche, Christophe Bridet, qualifié avec 24,05% des voix et qui s'est retiré du scrutin pour "faire en sorte qu'il y ait le moins possible de bulletins RN dans les urnes" au second tour.

Dans le Loir-et-Cher, les 8311 voix de Reda Belkadi vont-elles profiter à Marc Fesneau ? Le candidat NFP déchu a en tout cas appelé à ce "qu'aucune voix n'aille au RN" sans pour autant donner de consigne de vote. Mais le ministre de l'Agriculture pourra une nouvelle fois compter sur le soutien de Marc Gricourt qui a réitéré son appel à faire barrage au Rassemblement national en votant pour Marc Fesneau. "Je sais qu'en conscience, il a fait ce choix. C'est un choix pas facile il y a un certain nombre de sujets sur lesquels nous ne sommes pas d'accord. Mais c'est un choix que je partage au fond des républicains et des démocrates. Ce qui nous rassemble est plus fort que ce qui nous sépare dans les circonstances qui sont les nôtres", a déclaré le ministre de l'Agriculture.

L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Centre-Val de Loire
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité