La formation médicale de la ville d'Orléans en partenariat avec l'université de Zagreb se précise

Publié le Mis à jour le
Écrit par Nathalie Tissot

Dans une vidéo publiée le 13 mai, Orléans Métropole détaille le projet de formation de 50 étudiants en médecine, en partenariat avec l'université de Zagreb en Croatie, dès la rentrée prochaine. Le concours d'entrée en première année est fixé au 7 juin et comportera un QCM de 120 questions.

Les candidats à la formation médicale croate lancée à Orléans n'ont plus qu'une semaine pour s'inscrire au concours d'entrée.  "Les dossiers d'inscription doivent être envoyés à Zagreb au plus tard le 25 mai 2022, par voie postale", peut-on lire dans une vidéo publiée par Orléans Métropole le 13 mai.

Comme le mentionne cette courte présentation, le concours d'entrée, fixé au 7 juin à 9 heures, s'effectuera en ligne après une procédure technique le 3 juin à 14 heures pour "valider l'organisation technologique" des candidats, explique Florent Montillot. Le premier adjoint en charge de la sécurité et de la santé à la mairie d'Orléans, qui assure recevoir une dizaine de demandes de renseignements par jour de la part d'étudiants, ajoute : "comme c'est un concours il faut qu'il soit réalisé dans des conditions de confidentialité et que nous nous assurions que c'est bien l'étudiant et pas le papa ou la maman qui réponde en lieu et place".

Les étudiants devront ensuite, le 7 juin 2022, répondre à 120 questions de type QCM : 1/3 en physique, 1/3 en biologie, 1/3 en chimie. Pour pouvoir espérer être qualifié, il faudra d'une part qu'ils obtiennent au moins la moitié de réponses positives c'est-à-dire 60/120 et d'autre part qu'ils cumulent un minimum de 15 bonnes réponses pour chaque catégorie. 

Les 50 premiers candidats seront admis en première année de médecine. Orléans Métropole dévoile également le déroulé de ce cursus dispensé en anglais et qui permet la délivrance d'un diplôme reconnu. Les enseignements du premier semestre, de septembre à janvier, dispensés à Zagreb, seront suivis par les étudiants en visioconférence à Orléans. Des locaux seront mis à leur disposition et leur permettront de bénéficier des cours de soutien également proposés. Mais Florent Montillot préfère pour l'instant ne pas révéler leur localisation. Le second semestre, de février à juin, s'effectuera quant à lui en présentiel à Zagreb.

"Nous sommes dans un accord de coopération. Tout est géré de A à Z par Zagreb. Il n'y a pas de succursale, d'antenne et donc pas besoin de double agréments des ministères de la santé et de l'enseignement supérieur", souligne lpremier adjoint en charge de la sécurité et de la santé. La seule obligation selon Florent Montillot est que l'association Loire&Orléans en santé dépose au rectorat "une déclaration de cours de soutien précisant le nom des professeurs, des administrateurs de l'association, les diplômes, casiers judiciaires etc. et obtienne un récépissé pour démarrer les cours de soutien".

Le coût de cette formation, hors du système universitaire français, s'élève à 12 000 € par an. La ville d'Orléans et le département du Loiret s'engagent à proposer des bourses aux étudiants dont les ressources familiales sont modestes en échange de cinq années d'exercice sur le territoire. "La bourse pourra couvrir 75% des frais d'inscription", précise la vidéo, soit un reste à charge de 3 000 € pour les étudiants concernés. 

Faire face à la désertification médicale

Ce projet, porté par le maire d'Orléans Serge Grouard (LR), a été lancé fin janvier 2022 pour faire face à la pénurie de médecins dans la région qui ne compte pour l'instant qu'une faculté de médecine à Tours (Indre-et-Loire). Le Cher et l'Indre figurent parmi les départements qui comptent la plus faible densité de médecins généralistes en France. Mais ce partenariat avec l'Université de Zagreb a suscité dès son annonce des critiques au sein du milieu universitaire et du Conseil de l'Ordre du Loiret

Parallèlement, une nouvelle faculté de médecine doit ouvrir ses portes à Orléans dès septembre 2022 et accueillir une centaine d'élèves en première année. L'objectif est d'atteindre les 500 étudiants en médecine formés dans la région en 2025, la faculté de Tours en comptant déjà 300. Une mission de préfiguration, demandée par le premier ministre Jean Castex, envisage également l'ouverture d'un parcours d'accès spécifique santé (PASS) à Bourges à la rentrée 2023. Dans son rapport, rendu le 19 avril 2022, cette mission ministérielle dénonçait le projet de partenariat avec la faculté croate qui "conduirait à tendre la situation en termes de terrains de stage, déjà critique, sans que cela puisse être piloté par l'État au niveau déconcentré"

Mais pour Serge Grouard il s'agit de former des médecins à court terme en attendant un internat autonome attachée à la nouvelle faculté de médecine d'Orléans, qui n'accueillera des étudiants en deuxième année qu'en 2023.