RÉTRO 2023. Féminicide, agression du jeune Kenzo, figure du grand banditisme assassinée : retour sur une année judiciaire très chargée en Corse

Des figures du grand banditisme devant la justice, des violences contre un enfant de 8 ans, plusieurs membres du banditisme assassinées : retour sur les affaires judiciaires qui ont marqué l'année 2023 en Corse.

"Il m'a tué" avait chuchoté Julie Douib avant de succomber...Un procès emblématique des violences faites aux femmes s'est ouvert devant le palais de justice d'Ajaccio en janvier 2023. Bruno Garcia, comparait pour la deuxième fois devant la justice, accusé d'avoir tiré plusieurs coups de feu sur son ex-compagne en mars 2019.

Julie Douib, 34 ans, avait été tuée par balle à L’Île-Rousse. Mère de deux enfants, âgés aujourd’hui de 12 et 14 ans, elle avait déposé plusieurs plaintes pour violences. Toutes ont été classées sans suite. 

Bruno Garcia faisait face pour la deuxième fois à la famille de la victime. Bruno Garcia a de nouveau été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité assortie d'une peine de sûreté de 22 ans. Une peine équivalente à sa condamnation en première instance.

Concernant la partie civile de la condamnation, Bruno Garcia- Cruciani a été déchu de son autorité parentale sur ses deux enfants. Depuis le procès en première instance du quarantenaire, cette autorité parentale a été déléguée aux grands-parents maternels des enfants.

Agression du "petit Kenzo"

26 août 2023. L'affaire avait fait grand bruit. Trois supporters de l'ACA, club de foot ajaccien, comparaissent pour avoir agressé une famille dont un enfant de 8 ans, Kenzo atteint d'un cancer lors d'un match ACA-OM.

Pendant le procès, les trois prévenus ont reconnu être entrés dans la loge où se trouvait la famille de Kenzo pour récupérer le maillot de l’OM que portait le père, mais ils ont nié toute violence.

Trois mois après les faits, les trois hommes ont été condamnés à douze mois de prison avec sursis. Le jugement du tribunal d'Ajaccio restait néanmoins de nature à "apaiser" la famille, "et surtout leur permettre de passer à autre chose", selon Me Frédéric Pourrière, l'avocat de la partie civile. 

Manifestations de soutien à Yvan Colonna : des arrestations

Mise en examen, procès... Les incidents survenus en mars 2022 après l'assassinat d'Yvan Colonna en prison reviennent plusieurs fois devant la justice.

Récemment, début décembre, le tribunal correctionnel d'Ajaccio a condamné trois hommes pour des dégradations survenues à la caserne d'Aspretto lors d'une manifestation organisée fin mars 2022, six jours après la mort d'Yvan Colonna. Parmi eux, un militant de Core in Fronte a écopé de 18 mois de prison avec sursis.

Fin novembre, un homme de 22 ans a été mis en examen et placé en détention provisoire à Marseille, pour l'incendie du palais de justice d'Ajaccio le 9 mars 2022. Ces dégradations s'étaient produites en marge d'une manifestation organisée après l'agression d'Yvan Colonna à la prison d'Arles.

Militants, jeunes inconnus... En 2023, toutes les personnes arrêtées dans le cadre des manifestations après la mort d'Yvan Colonna ont été condamnées à de la prison avec sursis, des peines avec bracelets électroniques, des amendes ou relaxées.

Plusieurs figures du banditisme devant la justice 

En mars 2023, Christophe Guazzelli, présenté comme un héritier du gang de la Brise de Mer et 7 autres personnes comparaissent devant le tribunal correctionnel d'appel d'Aix en Provence. Ils sont accusés d'avoir organisé un trafic de stupéfiants entre l'Espagne, Marseille et la Corse pour financer une vengeance, un double assassinat, dont le procès débutera le 6 mai 2024.

Ils sont condamnés à des peines à allant de la relaxe à 10 ans de prison.

A Paris, au mois d'octobre, un autre héritier de la Brise de mer, Jacques Mariani, personnage au long passé criminel, est condamné à 2 ans de prison devant la cour d'Assises de Paris. Il est reconnu coupable d'avoir aidé Redoine Faid, braqueur multirécidiviste de Creil à tenter de s'évader de la prison de Fresnes en 2017. Au procès, le visage d'un repenti, qui a incriminé plusieurs coaccusés, apparaît sur les écrans de la salle. Il fallait pourtant assurer son anonymat. Un faux pas qui vient s'ajouter aux nombreuses défaillances du statut de repenti à la française dont la réforme est annoncée par le Ministre de la Justice.

7 assassinats en 6 mois

Un rabattement des cartes au sein du crime organisé est-il en train de s'opérer ? La guerre entre les différents clans criminels a repris. Le 21 décembre Jean-Baptiste Ottavi, proche de David Taddei assassiné quelques mois plus tôt, est retrouvé mort atteint de deux balles de fusil de chasse alors qu'il coupait du bois. Depuis le mois de juillet, 7 personnes présentées comme des membres du banditisme ont été assassinées en Corse.

Retour sur cette année sociale avec Marie-Françoise Stefani :

durée de la vidéo : 00h03mn08s
Reportage de France 3 Corse sur la rétrospective justice de 2023. ©Marie-Françoise Stefani / France Televisions