Affaire Sophie Le Tan : Jean-Marc Reiser continue de nier malgré la découverte des ossements

Jean-Marc Reiser, principal suspect dans l'affaire Sophie Le Tan, est interrogé pour la première fois le 6 décembre 2019 sur la découverte du corps. / © Catherine Munsch, France Télévisions
Jean-Marc Reiser, principal suspect dans l'affaire Sophie Le Tan, est interrogé pour la première fois le 6 décembre 2019 sur la découverte du corps. / © Catherine Munsch, France Télévisions

Jean-Marc Reiser a été interrogé à Strasbourg le vendredi 6 décembre, pour la première fois sur la découverte des ossements de Sophie Le Tan, et pour la quatrième fois depuis son arrestation. C'est le principal suspect dans la mort de la jeune étudiante, disparue à Schiltigheim le 7 septembre 2018.

Par Vincent Ballester

Jean-Marc Reiser, principal suspect dans la disparition de Sophie Le Tan, a été interrogé pour la première fois depuis la découverte du corps de la jeune étudiante. C'est sa quatrième audition au total depuis qu'il a été arrêté. L'audience a eu lieu au palais de justice de Strasbourg, le vendredi 6 décembre 2019. 

L'avocat Pierre Giuriato, qui défend Reiser, a déclaré à l'issue de l'audience : "Il continue de clamer son innocence. Qu'il n'est pas en lien avec le décès de Sophie Le Tan. Un temps important a été consacré à la découverte du corps, mais il n'y a pas de lien probant. On va voir ce que la science peut apporter comme réponse."
 

Présent sur place, Laurent, le cousin de Sophie Le Tan, ne cache pas son émotion : "L'attente a été longue, ce qui est difficile comme pour chaque audition. Mais évidemment, on s'attendait à ce que monsieur Reiser reste toujours dans sa même version des faits. C'est à dire un déni total, il n'avoue rien. Absolument rien. Et ce n'est pas surprenant. C'est encore une déception pour la famille qui cherche la vérité. Une audition de plus, et toujours rien. C'est la seule chose qu'attend la famille pour pouvoir clôturer cette tragédie. Mais vu sa personnalité, on doute : on ne saura peut-être jamais."
 

Aucun lien prouvé

Pierre Giuriato déclarait déjà au matin, avant le début de l'audience : "Il garde toujours la même position, la même défense. Il y a de nouveaux éléments très importants, et c'est un soulagement pour la famille d'avoir retrouvé le corps de Sophie. Après, il n'y a pas de lien avéré entre le corps de Sophie et Jean-Marc Reiser à ce stade de l'instruction. Peut-être que des éléments vont nous être donnés par la magistrate au cours de l'interrogatoire, ce qui est possible vu les derniers éléments qui viennent d'arriver."
 

Un fémur de Sophie Le Tan avait été retrouvé sectionné avec un instrument. Et une scie couverte de son sang avait été trouvée dans la cave de Jean-Marc Reiser. À ce sujet, son conseil expliquait le matin : "Il y a plein de scénarios qu'on peut envisager. Après, il y a la présomption d'innocence, il faut établir les choses de manière stricte, avérée, de manière probante : le lien n'est pas établi de manière certaine. Il y a des présomptions, des suppositions, mais ce lien n'est pas établi."

L'affaire, née de la disparition de la jeune étudiante en allant visiter l'appartement mis en location par le suspect à Schiltigheim, le 7 septembre 2018, a été relancée par la découverte de son corps à Grendelbruch le 23 octobre 2019. Le nom de Jean-Marc Reiser est aussi cité dans l'affaire de la disparition de Françoise Hohmann, qui était venue vendre des aspirateurs chez le suspect le 8 septembre 1987.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus