Alsace : comment le personnel non-vacciné impacte le fonctionnement des hôpitaux

Alors que les hôpitaux de Mulhouse ont activé le plan blanc, qu’en est-il de la situation dans les autres établissements hospitaliers d’Alsace ? On fait le point.

L’hôpital de Mulhouse a déclenché ce mardi 21 septembre son plan blanc, qui consiste à déprogrammer les opérations non urgentes et à solliciter du personnel en renfort, pour gérer au mieux l’hospitalisation des patients alors que près de 170 salariés sur les 6.000 ont été suspendus à cause de l’obligation vaccinale. Est-ce que la situation est tendue dans les autres hôpitaux de la région ? 

Une tension due à la pénurie de soignants

Le délégué territorial de l’ARS du Haut-Rhin, Pierre Lespinasse, l’a d’ailleurs précisé ce matin : « le groupe hospitalier de Mulhouse n’est pas dans une situation de crise catastrophique, si le plan blanc a été déclenché c’est seulement à cause de la pénurie des soignants et non parce que l’épidémie reprend. » Car plus de 170 personnes sur 6.000 salariés, dont de nombreux soignants (66 infirmières, 40 aides soignantes, 19 secrétaires et 1 médecin), ont été suspendus dans les hôpitaux de Mulhouse. Près d'un tiers des opérations considerées comme non urgentes, a été déprogrammé.

Les Hôpitaux Civils de Colmar souffrent également d'un manque de personnel soignant et administratif à la suite de l'obligation vaccinale, 27 personnes suspendues : "Cette situation a donc engendré la fermeture de 15 lits de chirurgie et de 15 lits d'hôpital de semaine au sein de l'établissement. Un service a dû être fermé et certains services se sont réorganisés en conséquence", indique le service de communication de l'établissement. 

En revanche, à l’hôpital de Strasbourg les suspensions liées à l’obligation vaccinale sont moindres : 78 sur 12.000 salariés, dont 46 concernent les soignants.     

« Ici à l’hôpital de Strasbourg, ces suspensions n’ont pas remis en question la prise en charge des patients et des soins comme à Mulhouse. Je ne dis pas que c’est facile mais pour l’instant on limite le plus possible l’impact sur les patients »,  nous dit Hélène Braeuner, en charge de la communication à l’hôpital de Strasbourg.

Situation tendue dans les hôpitaux de la région ?

Si on se penche sur les chiffres concernant les hospitalisations dans la région (Haut-Rhin et Bas-Rhin), la situation est, pour l’instant, loin d’être tendue. En effet, quasiment autant de personnes sont hospitalisées dans le Bas-Rhin que dans le Haut-Rhin pour covid-19, 73 dans le Bas-Rhin contre 71 dans le Haut-Rhin. Ces chiffres étaient largement plus élevés il y a encore quelques mois avec plus de 500 hospitalisations dans le Haut-Rhin et plus de 600 dans le Bas-Rhin.

Idem en ce qui concerne la tension hospitalière, pour l’instant le personnel hospitalier est loin de revivre la situation au pic de l'épidémie. 

Aujourd’hui dans le Bas-Rhin,  29% des lits de réanimation sont occupés par des patients atteints du covid-19, 15% à Strasbourg.

Où en est la vaccination ?  

Quant à la vaccination en France, près de 50 millions de personnes se sont fait vacciner soit près de 74.4% de la population. Si dans le Bas-Rhin ce taux (75.5%) se situe au-dessus de la moyenne nationale, dans le Haut-Rhin il est inférieur (69.30%). Ce qui peut paraître paradoxal car le département fut l'un des plus touchés par l’épidémie de covid-19 lors de la première vague.

L'ARS précisera qu'en fin de semaine le détail du personnel vacciné dans chaque service hospitalier de la région. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société vaccins - covid-19