Ce photographe capture des taches solaires, 3 à 4 fois plus grandes que la Terre

Thierry Michel, photographe amateur dans les Ardennes, a capturé des taches solaires alors qu’il prenait le soleil couchant en photo. De petites mouchetures noires en réalité 3 à 4 fois plus grandes que la Terre.

"J’ai d’abord soufflé sur l’objectif : je pensais que c’était de la poussière ". Thierry Michel, photographe amateur, ne s’attendait pas à une telle découverte en pointant son viseur vers le Soleil, le 29 août au soir, à Charleville-Mézières, dans les Ardennes.

Il est 20 heures passées, l’étoile est sur le point de disparaître derrière l’horizon quand le cinquantenaire décide de capturer toutes ses variations de couleur. "Le disque devenait orangé, rosé, rouge ", raconte cet agent SNCF qui ne sort jamais sans son appareil photo. 

"C'est une grande première pour moi !"

Au fil de ses prises, une cinquantaine au total en trente minutes, de petites tâches noires se dessinent sur l’astre. " J’en ai d’abord vu trois ", poursuit ce passionné. " J’ai vérifié, mais ce n’était pas de la poussière : même en soufflant sur l’objectif et en changeant le cadre des photos, les points noirs étaient toujours là ! " s’exalte cet Ardennais.

À ce moment-là, il pense aux taches solaires. " Mais c’est tellement rare. Je n’y croyais pas. C’est une grande première pour moi ! " , rapporte-t-il avec engouement. Pour être certain, il poste ses photos sur sa page Facebook aux 39 000 abonnés. " C’était un appel à témoin. Je voulais savoir si d’autres amateurs avaient vécu la même chose ", continue Thierry Michel, originaire de Sedan. Après plus de 200 commentaires et 100 partages, il a confirmation : il vient de capturer des taches solaires.

Une tache solaire correspond à 3 ou 4 fois la Terre

" Pour réussir à les voir comme cela, sans filtre, sans rien, c’est qu’elles doivent être bien grandes ", se dit alors le photographe. Dès lors, il se documente davantage sur les taches solaires. " Elles paraissent toutes petites ! Mais en réalité, les deux aperçues au centre en bas du soleil, on peut y glisser deux fois la Terre dedans ", illustre le passionné d’astres solaires et lunaires.

Des dimensions confirmées et étayées par le directeur adjoint du Planétarium de Reims. " Les taches observées hier correspondent à 3 ou 4 fois la Terre ", explique Benjamin Poupard. Tout en précisant que le soleil équivaut à 109 fois sa taille.


Si ces taches sont plus sombres, c’est parce qu’elles correspondent à des régions plus froides donc moins brillantes. " Environ 4 500 degrés contre 6 000 degrés pour le reste de la surface du Soleil ", explicite le directeur adjoint. " Elles sont généralement associées à des régions de forte activité magnétique. C’est une matière chargée électriquement : le siège d’éruptions solaires", détaille-t-il.


L’activité des taches solaires suit un cycle d’environ 11 ans : " plus l’activité est faible, moins il y a de tâches ; plus elle est forte, plus il y a de tâches ", conclut-il. Selon lui, la plus forte activité aura lieu l’année prochaine." Il n’y aura presque aucune journée sans tache !" , affirme-t-il. Pour l’instant, celles capturées par Thierry Michel peuvent encore s’observer une dizaine de jours " mais le Soleil va tourner et, elles, passer de l’autre côté ", termine Benjamin Poupard.