Ardennes : l'appel d' un vigneron pour retrouver les vieux cépages du vignoble de l'Argonne

Publié le Mis à jour le

Depuis quelques mois, une étude de faisabilité a été lancée en Argonne Ardennaise pour relancer la filière viticole sur le territoire. Un jeune vigneron de Vouziers tente de retrouver les vieux cépages disparus il y a plus de 100 ans.

Dans sa cuverie de Boult-aux-Bois (Ardennes), Sylvain Chen ne travaille pour l'instant qu'avec une majorité de cépages venus d’Alsace. "Mon statut est celui de négociant viticole. J’achète du raisin que je transforme ensuite pour faire du vin" explique le vigneron de 29 ans. Une activité pour "se faire la main" en attendant que ses vignes plantées en 2018 produisent du raisin de qualité. Après plusieurs voyages et un master en anthropologie de l'environnement, Sylvain Chen s'est lancé il y a 5 ans dans une aventure inédite : relancer le vignoble de l'Argonne ardennaise. "J'ai toujours su que je voulais m'installer en tant qu'agriculteur. Après plusieurs expériences je me suis formé pour me tourner vers la culture de la vigne". 

La majorité des vignes des Ardennes a disparu à la fin du 19ème siècle à la faveur de l'exode rural et de la crise du phylloxera. "Avec le développement du chemin de fer, il est devenu moins cher de faire venir du vin du sud de la France. La vigne demande beaucoup de travail, et la main d'œuvre est devenue de plus en plus rare. C'est en partie ce qui explique la disparition du vignoble ardennais"  ajoute le vigneron. Au même titre qu'en Ardennes d'autres vignobles ont subit le même sort au 19ème siècle en Ile-de-France ou en Picardie, mais à la faveur du réchauffement climatique la culture de la vigne devient de plus en plus viable dans la partie nord de la France. Un projet d'avenir à l'heure ou de nombreux agriculteurs peinent à dégager des marges selon Sylvain : "Ramenée à l'hectare, la vigne est le type de culture qui rapportent le plus, c'est aussi un vrai plus pour le territoire, notamment sur le plan touristique". 

 

A la recherche des cépages disparus

L'un des objectifs de Sylvain consiste à retrouver les cépages qui étaient utilisés avant la crise du phylloxera. Pour y arriver, le vigneron lance donc un appel aux habitants de l'Argonne Ardennaise qui possède des vignes dans leurs jardins. "L'idée, c'est que les gens puissent m'envoyer des photos de leurs grappes ainsi que des feuilles, jeunes ou vieilles. Il me faut aussi le lieu ou la photo a été prise, les gens peuvent ajouter des remarques qui semblent pertinentes" explique Sylvain. Les photos doivent être envoyés à l'adresse mail : vin.d-argonne@laposte.net .

Ensuite, si le vigneron juge le cépage intéressant, il se déplace pour prélever un échantillon qui pourra ensuite être envoyé pour une analyse génétique dans un laboratoire situé dans le département de l'Hérault. A terme, l'idée serait de pouvoir fabriquer du vin d'Argonne à partir de ces cépages autochtones. Toutefois, la recherche semblent difficile : "Beaucoup de vignes ont été arrachées, en ce moment je trouve surtout des cépages hybrides, très résistants aux maladies, ils ont souvent été planté après la crise du phylloxera." 

Le vin, une filière d'avenir pour l'Argonne ? 

Autour de Vouziers, une étude de faisabilité a été lancé par la communauté de communes de l'Argonne Ardennaise. Financée en partie par l'Agence nationale de la cohésion des territoires, elle a pour but d'installer une véritable filière viticole sur le territoire. Le projet de filière vin est notamment porté par l'association "Les Amis du vignoble de l'Argonne Ardennaise", à ce jour un peu plus de 6 hectares de vignes sont plantés, l'objectif est d'en planter 25 à l'horizon 2025.

Sur la colline de Bourcq à quelques kilomètres de Vouziers, Maxime Cosson fait partie de l'association. Agriculteur céréalier il espère pouvoir planter ses vignes au printemps 2024 : "C'est un projet pour l'avenir, on plante pour nos enfants, ça va permettre de diversifier nos productions, en plus on a la chance d'avoir un sous-sol idéal et un panorama magnifique". Un projet pour l'avenir de l'agriculture qui devrait permettre de faire rayonner le territoire. 

 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité