Finale de la Coupe de la Ligue : pourquoi Strasbourg va l'emporter (ou pas)

Lors de leur dernière confrontation, au Roudourou en octobre dernier, le Strasbourgeois Anthony Goncalves (à gauche) et Braga Rebocho (Guingamp) avaient fait match nul (1-1). De là à dire que c'est du 50-50... / © PHOTO PQR/L'ALSACE/MAXPPP
Lors de leur dernière confrontation, au Roudourou en octobre dernier, le Strasbourgeois Anthony Goncalves (à gauche) et Braga Rebocho (Guingamp) avaient fait match nul (1-1). De là à dire que c'est du 50-50... / © PHOTO PQR/L'ALSACE/MAXPPP

Ce samedi 30 mars, le Racing club de Strasbourg et l'En Avant Guingamp vont se disputer la 25e Coupe de la Ligue. Au jeu des pronostics, Strasbourg, auteur d'une bien meilleure saison que les Bretons, est favori. Un statut qu'il faudra assumer. Pas simple dans une finale.

Par Karine Gélébart

A la simple lecture du classement de Ligue 1, une évidence: Strasbourg, 10e, réalise jusqu'ici une bien meilleure saison que Guingamp, 18e. Mais il s'agit là d'une finale de Coupe, et ça change tout. On vous explique pourquoi le Racing peut gagner. Ou perdre, évidemment.
 

Strasbourg-Guingamp, ça donne quoi?

Cette saison, les deux équipes ne se sont affrontées qu'une seule fois, le 27 octobre 2018, pour le compte de la 11e journée de Ligue 1. Les Alsaciens étaient allés arracher le nul (1-1) au stade du Roudourou. Pas trop d'enseignement à tirer de ce match-là donc, et si on veut garder le moral quand on est fan du Racing, mieux vaut ne pas trop se pencher sur l'exercice précédent: pour son retour en Ligue 1, Strasbourg s'était incliné à deux reprises. Autre saison, autre groupe, inutile de s'éterniser là-dessus... surtout que si l'on remonte encore plus dans le temps, ça ne s'arrange pas vraiment pour les Alsaciens, qui ont encaissé dix défaites contre les Bretons pour seulement trois victoires et quatre nuls.
 
© M. Ruch/France 3 Alsace
© M. Ruch/France 3 Alsace


Et en Coupe, c'est comment?

Classement de Ligue 1, bilan des confrontations, oublions pour le moment, on l'a dit, une finale de Coupe, c'est un match à part. Sur ce terrain-là, pas de précédent entre les deux équipes, mais des trophées gagnés des deux côtés : deux Coupes de la Ligue pour le Racing en 1997 et en 2005 (et une en 1964 dans une ancienne version de la compétition) auxquelles s'ajoutent trois Coupes de France (1951, 1966 et 2001). 

L'En Avant a de son côté ramené deux Coupes de France en Bretagne, en 2009 et 2014. Remporter la Coupe de la Ligue serait pour le petit club breton une grande première.
 
© M. Ruch/France 3 Alsace
© M. Ruch/France 3 Alsace

Une finale, ça ne se joue pas, ça se gagne, disent les sportifs. Mais ça se perd aussi, forcément. Des défaites, les Alsaciens en ont connues trois, en Coupe de France : en 1937, 1947 et 1995. Guingamp a perdu une seule finale, c'était en 1997, en Coupe de France. 
 

Qui est en forme?

Il faut bien l'avouer, la spirale des Guingampais est actuellement plus positive que celle des Strasbourgeois. Longtemps cantonnés à la dernière place du championnat, les Bretons sont en pleine phase de redressement de situation. Aujourd'hui 18e, une place qui leur permettrait de disputer un barrage pour espérer se maintenir en Ligue 1, ils viennent de gagner face à Dijon, concurrent direct pour le maintien, et ont ramené huit points sur les cinq derniers matchs, douze depuis janvier depuis janvier. Le rythme est bon.
 
© M. Ruch / France 3 Alsace
© M. Ruch / France 3 Alsace

Meilleur même que celui de Strasbourg, qui a marqué le pas ces deux derniers mois, ne ramenant que quatre points sur ses cinq derniers matchs. Sa dernière victoire en championnat remonte au 26 janvier, contre Bordeaux (1-0).
 

Le Racing, quels atouts pour gagner?

N'allez pas croire pour autant que tout va mal à Strasbourg. On vous l'a dit d'entrée, les Alsaciens sont favoris de cette finale. Ils s'appuient d'abord sur une formidable force de frappe offensive. Avec 45 buts inscrits cette saison en Ligue 1, le Racing partage la 3e marche du podium offensif avec Lille et Marseille, derrière le PSG (86 buts) et Lyon (50 buts)... que des cadors du championnat!
 
© M. Ruch/France 3 Alsace
© M. Ruch/France 3 Alsace

Ce qui est intéressant pour le groupe, c'est que cette force de frappe peut prendre de multiples visages: Lebo Mothiba mène la danse avec huit réalisations, mais il est suivi de près par Ludovic Ajorque (6 buts), puis Nuno Da Costa et Adrien Thomasson (5 buts).
 
© M. Ruch/France 3 Alsace
© M. Ruch/France 3 Alsace
 

Kenny Lala, l'homme-clé

Dans ce classement des buteurs strasbourgeois, Kenny Lala arrive juste derrière: le latéral droit a inscrit quatre buts en championnat, mais il a surtout réalisé huit passes décisives, ce qui le place sur le podium de Ligue 1 dans cet exercice, une preuve de son impact dans le jeu alsacien. Au point que certains observateurs le voient en équipe de France.
 
© M. Ruch/France 3 Alsace
© M. Ruch/France 3 Alsace

Défensivement, le Racing se fait moins remarquer, et c'est plutôt bon signe... La grande question restant celle du gardien: qui de Matz Sels, l'impeccable gardien belge, qui réalise une belle saison en ciel et blanc, ou de Bingourou Kamara, le jeune espoir titulaire jusque là en Coupe de la Ligue, gardera les cages strasbourgeoises samedi? Réponse une heure avant le coup d'envoi.
 

Sur le même sujet

Les + Lus