Nouveau séisme de magnitude 3,4 à Strasbourg : conséquence des procédures d'arrêt de la centrale géothermique Fonroche

La terre a de nouveau tremblé à Strasbourg et ses environs. D'après le réseau national de surveillance sismique (Rénass), la secousse a atteint 3,4 de magnitude sur l'échelle de Richter. Conséquence logique mais peu rassurante des procédures d'arrêt de la centrale géothermique Fonroche.

Le 4 décembre, la centrale de géothermie profonde Fonroche avait reconnu son implication dans les secousses ressenties à Strasbourg.
Le 4 décembre, la centrale de géothermie profonde Fonroche avait reconnu son implication dans les secousses ressenties à Strasbourg. © France Télévisions

Un nouveau séisme a été ressenti ce vendredi 22 janvier à 19h33 à Strasbourg et dans de nombreuses communes alentours, comme à Schiltigheim et à Bischheim. Selon le réseau national de surveillance sismique (Rénass), la magnitude a atteint de 3,4 sur l'échelle de Richter, soit l'une des plus importantes depuis la série de séismes enregistrée ces derniers mois. D'après les premières informations, l'épicentre se situerait autour de la Wantzenau et de Reichstett.

Précédée d’un grondement sourd, la secousse a duré entre 2 et 3 secondes. Le séisme, fortement ressenti, a déclenché une série de réactions sur les réseaux sociaux. Contacté par téléphone, un habitant d’Eckwersheim décrit avoir vu "les meubles bouger" et confie sa "peur" face à la répétition des tremblements de terre.

La secousse de 19h33 a été suivie par deux autres séismes, d'une magnitude de 1,9 (à 19h34), puis 2,2 (à 20h34), dans le même périmètre géographique. Ces deux derniers événements sismiques ont été peu ou pas ressentis.

Des secousses induites par les procédures d'arrêt de la centrale géothermique

La société Fonroche explique dans un communiqué qu'en effet, " l’événement a été localisé à proximité du puits injecteur de la centrale en cours d’arrêt".

Cet événement est lié au relâchement du réservoir impliqué par la procédure d’arrêt

Communiqué Fonroche

Cette dernière précise que "cet événement est lié au relâchement du réservoir impliqué par la procédure d’arrêt. La circulation d’eau dans le doublet a été arrêtée le 2 janvier 2021. Les puits sont en observation. Le réservoir revient lentement vers sa pression naturelle et ce relâchement s’accompagne de sismicité."

Communiqué de presse Fonroche

De son côté, Michèle Kannengieser, maire de la Wantzenau où les secousses ont été particulièrement fortes, ne cache pas son inquiétude.

"Il y aura d'autres secousses c'est dans le procédé même de retour et de réduction de la pression mais là on a vraiment l'impression que plus rien n'est maîtrisé. On dépasse systématiquement une magnitude de 2 or dans le modèle industriel on nous parlait tout le temps d'une sismicité inférieure à 2. Cette incapacité à gérer le retrait de la pression est vraiment très inquiétante."

Cette incapacité à gérer le retrait de la pression est vraiment très inquiétante.

Michèle Kannengieser, maire de La Wantzenau

 

Le 4 décembre 2020, le séisme avait atteint une magnitude de 3,5 sur l'échelle de Richter, réveillant une bonne partie de la population de l'agglomération strasbourgeoise. Le 7 décembre, la société de géothermie profonde de Reichstett Fonroche était sommée par la préfecture d'arrêter définitivement ses tests préparatoires. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
séisme faits divers