Coronavirus : trois idées de sortie en famille sans le masque en Champagne-Ardenne

La lutte contre le coronavirus (Covid-19) a un prix : le masque. Quand il devient trop difficile à supporter, rien de mieux que de sortir s'aérer en l'enlevant... si c'est autorisé. Ça tombe bien : voici trois idées de sortie, en famille ou solitaire, pouvant se faire en extérieur, loin des villes.

Parmi les sorties en famille pouvant être faites sans le masque : observer l'envol des grues cendrées au lac du Der.
Parmi les sorties en famille pouvant être faites sans le masque : observer l'envol des grues cendrées au lac du Der. © Christine Tomasson, Ligue de protection des oiseaux (LPO)
Protéger les autres du coronavirus (Covid-19) passe par le port du masque. Mais celui-ci peut devenir lourd à porter. On ne peut que comprendre l'envie de vouloir l'enlever dehors pour pouvoir respirer (à nouveau). 

Pour ce faire, et dans le respect de la légalité et des consignes sanitaires, France 3 Champagne-Ardenne vous propose trois idées de sortie en famille, ou bien solitaire, à l'extérieur. Comme il s'agit de lieux en plein air éloignés des villes et peu fréquentés (voir sur la carte ci-dessous), vous pourrez tomber le masque.
  

Vols de grues cendrées, lac du Der

Aurélien Deschatres est chargé de mission à la Ligue de protection des oiseaux (LPO) de Champagne-Ardenne. Pour lui, il ne faut surtout pas rater les vols des grues cendrées, visibles à l'aube et au crépuscule au lac du Der (Haute-Marne). "C'est le site principal d'Europe où les observer. C'est là où elles ont leur record de fréquentation." Pour les voir, rendez-vous dès la mi-octobre 2020, jusqu'à la fin novembre. C'est la période de leur grande migration.

"Le lac du Der est un dortoir. Les grues y dorment le soir. En journée, elles vont se nourrir dans les prés et les champs. C'est à leur départ, ou retour, qu'on peut voir leurs vols spectaculaires, en V. Plus particulièrement en se positionnant sur les digues nord, ouest, et sud - mais pas celle à l'est car il n'y a pas de visibilité à cause de la forêt. Ce sont des zones accessibles." Il n'y a pas besoin de jumelles, sauf si l'on veut apercevoir des jeunes (le terme de "bébé" est impropre dans le lexique aviaire), reconnaissables à leur sifflements.
 
Un vol de grues cendrées, entre jour et nuit...
Un vol de grues cendrées, entre jour et nuit... © Christine Tomasson, Ligue de protection des oiseaux (LPO)
 

Vignes aux couleurs d'automne, Marne (et pas que)

Cela ne vous aura pas échappé : l'automne est là (et sa pluie aussi). Avec son arrivée, la verdure a revêtu sa parure jaune. De quoi colorer les vastes étendues de vignes champenoises, pour des balades enchanteresses. Michel Jolyot se plait à s'y rendre pour photographier ce spectacle dont il ne se lasse jamais. "Il y a des choses intéressantes dans tous les secteurs. La côte des Blancs, la vallée de la Marne, la montagne de Reims..." Il cite aussi la côte des Bar, dans l'Aube. 

"Chaque année est différente. Tout dépend de la sécheresse de l'été, du climat de l'automne, de l'action du vent... On peut avoir ces couleurs rouges et jaunes pendant une longue période, ou vite avoir du kaki avant que les feuilles ne tombent." Pensez à prendre la météo et l'heure en compte pour votre balade. "Selon l'orientation des rayons, le soleil passera à travers les feuilles comme un vitrail. C'est comme pour la cathédrale : si je viens devant le matin, le fronton est à contre-jour et on ne voit rien." 
 
En automne, les vignes champenoises se parent de douces couleurs jaunes.
En automne, les vignes champenoises se parent de douces couleurs jaunes. © Matthieu Mercier, France Télévisions (France 3 Champagne-Ardenne)
 

Cueillir les champignons, Ardennes (et ailleurs) 

Guy Christelle préside la Société mycologique du Sedanais (SMS). Il a dû annuler toutes les sorties collectives et le salon du mois d'octobre proposés par son association. "Les gens peuvent aller où ils le souhaitent : on cherche des champignons dans les bois... et on les cueille. Attention, si on ne sait pas ce qu'on voit : on demande. Car si on veut consommer, il faut savoir ce que c'est. Il y en a trop qui se ressemblent. Et ceux comestibles autrefois ne le sont plus forcément selon nos standards." En clair, si vous êtes un ou une novice, privilégiez les girolles et cèpes.

N'utilisez pas un sac plastique pour entreposer votre cueillette : ça fait fermenter. Privilégiez plutôt un (joli) panier, en évitant de les mélanger. Et pensez à emporter un couteau pour ramasser les champignons. Il s'agit de l'utiliser comme levier sous le champignon pour l'extraire de la terre : le couper au ras du sol n'est pas recommandé. Ne ramassez pas ceux au bord de la route. Petit avertissement de Guy Christelle au passage : "La Haute-Autorité de santé déconseille d'utiliser des applications pour reconnaître les champignons. Un cas d'intoxication a eu lieu, il a fallu faire une greffe de foie. C'est mieux de rechercher sur notre site."
 
La cueillette des champignons accueille petits et grands. Mais attention à ne pas en ramasser un vénéneux.
La cueillette des champignons accueille petits et grands. Mais attention à ne pas en ramasser un vénéneux. © Matthieu Mercier, France Télévisions (France 3 Champagne-Ardenne)

Quel que soit votre choix d'activité, promis : vous aurez droit à une belle bolée d'air frais.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sorties et loisirs coronavirus/covid-19 santé société famille champagne culture gastronomie forêt nature animaux