Affaire Anaïs Guillaume : "La présomption d'innocence, c'est vous inviter à vous faire violence en permanence"

L'audience reprendra jeudi, avec une dernière parole de l'accusé avant les délibérations.

Philippe Gillet à la barre des assises de la Marne, le 19 avril 2021
Philippe Gillet à la barre des assises de la Marne, le 19 avril 2021 © Thierry Doudoux / FTV

"Si vous n'avez pas d'éléments qui prouvent sa culpabilité, il ne faut pas y aller." C'est ainsi qu'Hugues Vigier, second conseil de Philippe Gillet, a conclu les trois heures de plaidoieries de la défense, ce mercredi 21 avril, à la cour d'appel de Reims. Les deux avocats de Philippe Gillet, dans des styles très différents, ont plaidé l'acquittement de Philippe Gillet, par absence de preuves évidentes. "Je savais que la tâche allait être rude", a introduit Ghislain Fay, qui défend Philippe Gillet depuis le début de la procédure. "La première fois que j'ai assisté monsieur Philippe Gillet, c'était à sa demande, car il était interviewé par des journalistes", s'est-il souvenu, d'un ton mesuré.

Lui et son confrère, plus volubile et théâtral, ont tenté de convaincre les jurés qu'il n'y a pas de preuves accablantes contre leur client. "Je pense qu’il y a un doute raisonnable, a conclu maître Fay. Vous n’avez pas d'éléments objectifs, concrets qui vous permettent d’entrer en voie de condamnation." De son côté, Hugues Vigier a fait appel à la raison des jurés, citant tour à tour des philosophes comme Vladimir Jankélévitch, André Gide ou encore le romancier Antoine Bello. "La présomption d'innocence, c'est vous inviter à vous faire violence en permanence", a-t-il rappelé, avant de souligner : "Nous n'avons pas d'éléments objectifs. Nous n'avons pas d'éléments qui montrent une volonté d'homicide. Nous n'avons pas d'éléments médicaux qui montrent qu'il y aurait eu une forme d'acharnement." Jeudi matin, Philippe Gillet aura une dernière fois la parole avant que les jurés aillent délibérer. 

>> L'article à lire pour suivre le procès de Philippe Gillet

 

 

 

 

 

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société