Vols en bande organisée dans le Haut-Rhin : des peines de 4 à 20 ans de prison pour les accusés

La cour d'assises du Haut-Rhin a condamné ce mercredi 17 mai Pierre-Antoine Davaine à 20 ans de réclusion criminelle pour des cambriolages très violents à Colmar et Mulhouse commis entre décembre 2018 et mars 2019. Les huit autres membres de son groupe écopent de peines allant de 4 à 10 ans d'emprisonnement.

Ils étaient 9 accusés à comparaitre devant la cour d'assises de Colmar pour vols en bande organisée. Après deux semaines de procès, le jury a rendu son verdict ce mercredi 17 mai : 20 ans de réclusion criminelle pour Pierre-Antoine Davaine, le cerveau du groupe et des peines allant de quatre à dix ans de réclusion.

Un verdict très attendu par les victimes, les condamnés étaient accusés de 14 faits d'agression avec violence, parfois à main armée, commis en réunion et en récidive, aux dépens de personnes âgées, domiciliées entre Colmar et Mulhouse.

Des faits commis entre décembre 2018 et mars 2019 et qui dénotent par leur violence inouie. Chaque fois, les habitants des domiciles visités étaient des personnes âgées, septuagénaires voire octogénaires. 18 victimes en tout ont été dénombrées.

L'espoir de retrouver une vie normale avec ce verdict

Les époux Halm notamment avaient surmonté leur appréhension et étaient venus témoigner à la barre du calvaire subi à deux reprises à trois mois d'intervalle. Coups, menaces de mort, arme braquée sur la tempe, le déchaînement de violence s'est poursuivi encore et encore, marquant le couple dans leur corps et leur tête.

"J’ai des crises d’angoisse régulièrement, c’est très difficile à vivre. J’espère pouvoir m’en débarrasser après le procès et avoir une vie à peu près normale", confie madame Halm à l'équipe de France 3 présente dans la salle d'audience ce jour-là. 

D'autres n'ont pas eu la force de venir témoigner et se sont faits représenter par un avocat. La difficulté de ce procès qui a duré 15 jours a été de déterminer les responsabilités de chacun. Le cœur de la bande est composé de délinquants multirécidivistes, cumulant 86 mentions au casier judiciaire pour les six principaux accusés. 

Le cerveau présumé de cette bande de malfaiteurs, Pierre-Antoine Davaine, a tenu à s'exprimer ce matin avant que les jurés ne partent délibérer. Il a notamment dit qu'il avait une pensée pour les victimes, qu'il reconnaissait sa participation aux faits reprochés et qu'il présentait ses excuses à sa maman.