Trop de nitrates dans l'eau potable : des mesures de restriction mises en place pour les plus fragiles

Des taux de nitrates supérieurs au seuil limite ont été constatés dans l'eau du robinet de quelques communes de l'agglomération de Châlons-en-Champagne, dans la Marne. À Thibie, il est donc conseillé aux femmes enceintes et aux personnes âgées de ne pas boire l'eau du robinet.

À Thibie, tout près de Châlons-en-Champagne dans la Marne, les femmes enceintes et les personnes âgées sont invitées à ne plus consommer l'eau du robinet pour l'instant. C'est également le cas des bébés.

Les dernières analyses menées en ce mois d'avril 2024 montrent une concentration trop importante de nitrates dans l'eau potable. "On a été informés par la commune que l'eau était consommable par les personnes en bonne santé, mais que les personnes enceintes ou les nourrissons ne pouvaient pas la boire", explique Mickael Dominguez, un habitant de la commune rencontré par notre équipe vendredi 19 avril.

La concentration de nitrates dépasse le seuil de 50 milligrammes par litre, qui déclenche cette recommandation de restreindre la consommation pour les plus fragiles. Les pluies incessantes de ces derniers mois ont introduit des nitrates, utilisés dans l'agriculture, jusque dans la nappe phréatique déjà saturée d'eau. Le point de captage d'eau potable se situe dans la nappe, et les nitrates se retrouvent donc au robinet en trop grande quantité.

"Deux dépassements en 22 ans"

Il existe des solutions pour chaque niveau d'alerte et Thibie n'en est qu'au premier niveau. "Il y a des solutions curatives où il faut mettre en place un traitement au niveau de la commune pour retenir ces nitrates. Ou apporter une deuxième ressource en eau pour diluer ou substituer la ressource qui est touchée", détaille Pascal Lefort, vice-président de la Communauté d'agglomération de Châlons-en-Champagne, en charge de la politique de l'eau.

L'agglomération gère l'eau potable de 46 communes. L'élu rappelle qu'aucune ne dépasse en permanence le seuil de 50 mg/L. "Pour Thibie, on a eu deux dépassements très épisodiques en 22 ans. Donc il n'y a pas de quoi s'affoler outre mesure puisque c'est très bien surveillé par l'ARS et par les maires qui sont très vigilants concernant la distribution de l'eau potable dans leur commune", ajoute Pascal Lefort.

L'agglomération de Châlons-en-Champagne travaille aussi avec la Chambre d'agriculture pour réduire l'utilisation des nitrates et produits phytosanitaires dans les aires d'alimentation de captage.

Dans le Grand Reims, la responsable de la cellule protection de la ressource en eau de la collectivité nous avait expliqué en 2023 comment ce travail de longue haleine, mené en commun avec les agriculteurs, avait permis de constater une amélioration sensible du niveau de nitrates mesuré dans les captages d'eau potable.

Une situation dégradée dans quelques secteurs du Grand Est

Dans le dernier bilan concernant les nitrates mis en ligne sur le site de l'Agence régionale de santé, basé sur des analyses d'eau réalisées en 2022, on apprend que 0,3 % de la population avait au robinet de l'eau dont la concentration moyenne en nitrates dépassait le seuil limite de 50 mg/L.

Selon la cartographie partagée par l'Agence régionale de santé, toujours basée sur des analyses de 2022, c'est notamment dans l'Aube, autour de Nogent-sur-Seine que des communes dépassent la limite des 50 mg/L. C'est également le cas dans le secteur de Langres, en Haute-Marne, ou encore dans la Marne autour de Vitry-le-François.