TEMOIGNAGES. Coronavirus et fermetures d'écoles : le casse-tête des parents à Reims

Si l'annonce a fait le bonheur de la plupart des élèves, l'annonce de la fermeture des écoles pour prévenir la propagation du coronavirus inquiète de nombreux parents, pris de cours par cette situation inédite. Comment comptent-ils s'organiser ? Témoignages à Reims. 

Devant une école du Grand Est.
Devant une école du Grand Est. © Thierry Gachon, MaxPPP
L'attente...

Pour les parents d'élèves joints ce vendredi matin par téléphone, le mot revient, automatiquement, lorsqu'on évoque leur état d'esprit après l'annonce par Emmanuel Macron de la fermeture de tous les établissements scolaires à partir de lundi, pour freiner la propagation du Covid-19 en France. 

Arrêts maladie, chômage partiel, télétravail ... Hier soir, le chef de l'Etat a évoqué plusieurs pistes pour aménager l'emploi du temps des parents contraints de rester à leur domicile pour garder leurs enfants. 

Jean-Claude, salarié d'une entreprise privée et père de deux enfants scolarisés en maternelle et en primaire, ne pourra a priori pas bénéficier de l'un des ces dispositifs. "Nous disposons d'un service RH assez peu développé et peu de salariés ont des enfants au sein de l'entreprise, explique t-il. Je pense faire appel au frère de ma compagne, salarié dans un lycée et donc au chômage technique à partir de lundi, pour nous aider. Heureusement, il a moins de 70 ans, sourit-il".

Autre option pour Jean-Claude, recourir à sa baby-sitter, une jeune femme qui récupère déjà toute l'année ses deux enfants après le périscolaire. Mais la question du coût va vite devenir problématique avoue t-il, aucunes aides financières n'ayant été évoquée hier soir par Emmanuel Macron pour financer les heures supplémentaires des assistantes maternelles. 

Comment faire du télétravail avec des enfants à gérer ? 
- Pauline


Pauline, la compagne de Jean-Claude, profession libérale, a évoqué la mise en place du télétravail avec son employeur. "Mais comment faire du télétravail et être productif avec deux enfants en bas âge à gérer dans le même temps, s'interroge t-elle. Ce sera tout sauf évident... Je vais quand même devoir revenir au bureau un jour sur deux..."
 

Faire quand même appel aux grands-parents

Perrine, graphiste indépendante et maman de deux garçons également scolarisés en maternelle et primaire, va faire appel à sa mère, domiciliée à Troyes, pour garder ses enfants. "Ma mère est médecin scolaire donc sans activité à partir de lundi... Mais elle sera peut-être réquisitionnée. En attendant d'être fixée, elle pourra accueillir nos deux fils avec tous leurs cousins et cousines : elle dispose d'un grand jardin pour aérer tout ce beau monde, sourit-elle."

Reste que la mère de Perrine aura 70 ans cette année et que son mari a été victime d'un infarctus ... " Ma seule angoisse est que la situation finisse par fatiguer mes parents. Je recherche donc en parallèle une nounou pour les aider. Elle serait probablement payée au black et on se partagerait les frais avec mes frères et soeurs".

Je vais appeller mon comptable 
- Perrine 


En entreprise individuelle pour son activité, Perrine ne sait pas encore si elle pourra bénéficier d'un arrêt ou d'un chômage technique : "Je vais appeller mon comptable pour faire le point, explique t-elle". Pour son mari, François, salarié d'une maison de Champagne, la priorité sera d'aller au bureau le plus longtemps possible, en respectant scrupuleusement les gestes-barrières pour lutter contre le Coronavirus. 
 

Dans l'incertitude

Amandine, professeur des écoles à Reims, a eu confirmation de la fermeture de son établissement pour un minimum de deux semaines. A partir de lundi, elle sera donc chez elle pour garder sa fille de 4 ans, en moyenne section de maternelle, et son fils de 2 ans, habituellement chez une nounou. 

Son compagon, Vincent, salarié de La Poste, avoue ne pas avoir d'informations pour le moment : " Je ne sais pas du tout comment ça va se passer mais je pense qu'une forme de télétravail va être organisée, explique t-il. Le problème est que ce sera un travail forcément dégradé...Je vais avoir accès à mes courriels mais pas à mes serveurs sécurisés..."

On va s'adapter
- Maxime 


Maxime, lui, est chef d'entreprise mais également papa d'un petit garçon. "J'ai la chance de gérer mon emplois du temps et mes horaires un peu comme je veux mais mon activité va forcément tourner au ralenti à partir de lundi, mais tant que je ne suis pas obligé de fermer, je vais rester ouvert, assure t-il. Pour mes salariés, le choix est libre et je mettrai en place un maximum de télétravail pour ceux qui le souhaitent." 

Concernant son fils, Maxime envisage de l'emmener avec lui sur son lieu de travail et de l'occuper aussi bien que possible. "On va s'adapter, souffle t-il, et si il faut garder les enfants des copains, j'organiserai une espèce de garderie avec des activités, de la peinture..."

Conséquences inattendues du coronavirus : certains parents pourraient se découvrir de nouvelles vocations professionnelles ! 




 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société éducation région grand est