Handicap : malgré la crise, "l'Extra" un restaurant inclusif devrait ouvrir fin 2020 dans le centre-ville de Reims

Le projet de restaurant inclusif avec l'emploi de personnes handicapées en cuisine et en salle, entre dans sa phase concrète à Reims. Le nom du restaurant "L'ExtrA, goûtez la différence" a été dévoilé ce mardi 5 mai. L'ouverture est prévue fin 2020. 

Le restaurant inclusif, "l'Extra goûtez la différence" doit ouvrir fin 2020 à Reims.
Le restaurant inclusif, "l'Extra goûtez la différence" doit ouvrir fin 2020 à Reims. © Document remis
Même en pleine crise du coronavirus, même avec les incertitudes sur l'économie du pays, ils sont dans les starting-blocks. Leurs sourires, à travers l'écran de visioconférence, en dit long sur la gourmandise qu'ils ont à présenter leur projet mûri de longue date. Un restaurant inclusif à Reims. Inclusif, comprenez, qui inclut des personnes avec un handicap, en salle et en cuisine. Ce projet avait été annoncé il y a quelques semaines, dix jours avant le confinement. Ce 5 mai 2020, une nouvelle étape a été franchie avec l'annonce du nom du futur établissement : "l'ExtrA, goûtez la différence". La date espérée de l'ouverture au centre de Reims, a été fixée à fin 2020. Malgré le contexte incertain pour de nombreux restaurants en pleine crise de covid 19, Gonzague Peugnet, ancien directeur d'Ehpad et Matthieu Saint Guilhem, directeur de la Maison Saint-Sixte, y croient dur comme fer. Ils ont à coeur de porter et d'annoncer "un projet positif, face aux nouvelles anxiogènes".
 
Gonzague Peugnet & Matthieu Saint Guilhem, les deux porteurs du projet
Gonzague Peugnet & Matthieu Saint Guilhem, les deux porteurs du projet © Document remis


Confinement oblige, les deux fondateurs ont organisé la présentation du futur restaurant sur la pateforme Zoom, ce mardi 5 mai. Sans attendre d'éventuels jours meilleurs. Comme un défi à l'actualité morose du covid. Une confiance inébranlable en l'avenir. "On a souhaité faire cette annonce malgré le contexte, face aux infos qui stressent les lecteurs et télespectateurs, on veut aussi dire qu'on est solidaire des restaurants qui souffrent, et des personnes handicapées confinées dans des contextes compliqués. Donner du positif car en ce moment tout est anxiogène. Notre restaurant répond à des besoins économiques, sociaux et sociétaux.

La vie professionnelle reste peu accessible aux personnes handicapées, on va les faire monter en compétence et leur donner une reconnaissance à travers le travail. 
- Matthieu Saint Guilhem, directeur de la Maison Saint Sixte à Reims

 

Un projet humain et culinaire

Vaste ambition qui passe d'abord par la recherche d'un local de minimum 100 mètres carré pour accueillir 50 couverts. Et le recrutement d'employés à la fois compétents et avec un handicap. Ils seront 6 au total, encadrés par des professionnels sans handicap. "Sur le regard par rapport au handicap ou sur les personnes fragiles, affirme Gonzague Peugnet, ex directeur d'Ehpad, il y a encore du chemin à faire. Le projet est inclusif, il va donner aux personnes en milieu ordinaire une activité professionnelle. On veut faire de la différence une force, un atout, vers le succès professionnel et humain". Les clients seront servis par des personnes en situation de handicap. Le projet repose sur deux piliers : "humain, car une majorité de personnes sera en situation de handicap. En cuisine et en salle. Et culinaire car on sera attentif à la cuisine de qualité maison, gourmande et qui valorisera le territoire en préservant notre terre". 
 

Plusieurs expériences menées récemment les ont conforté dans le projet. Dont l'une le 22 septembre 2019, un salon de thé éphémère à la maison Saint Sixte à Reims. Où l'ambiance était "extraordinaire". C'est là que les deux amis ont eu envie d'aller plus loin. face à la joie de ces personnes handicapées, après quelques heures d’activité. L'autre expérience à laquelle ils se sont frottées, c'est le succès des cafés Joyeux, installés dans plusieurs villes de France. Des cafés qui emploient du personnel handicapé. Dont l'un est d'ailleurs installé sur les Champs-Elysées à Paris. "Le café joyeux est en effet un exemple, confirme Gonzague Peugnet. Je connais par coeur ce genre d'établissement, j’ai fait le tour de France de ces initiatives qui se répandent : les cafés joyeux et le restaurant le reflet. L’origine du projet est là. Je suis sorti du café joyeux à l'Opéra  à Paris en 2018. je me suis dit : il y a une richesse qu’il faut répandre. J’avais reçu plus que ce que j’avais donné.  On vit dans ces endroits une expérience différente, qui sort de l’ordinaire".
 
VIDEO - Christopher explique son envie de rejoindre le projet à Reims. 
Christopher, à Bétheny, est intéressé par le projet.


En ce début mai 2020, alors que la France appréhende la sortie du confinement, eux assemblent, lentement mais sûrement, les pièces du puzzle. Une association forte de 50 personnes s'est montée pour entourer la création du restaurant à Reims. Et que les gastronomes se rassurent, on devrait bien manger à l'Extra. "Un menu simple, local, et de saison. Où le steak frite ne sera sans doute pas le plat principal. La cuisine sera de qualité, mais ne doit pas générer de stress en cuisine avec des plats minute", précisent les fondateurs. Ils comptent lever 300.000 euros pour commencer, grâce au mécénat. Mais Gonzague Peugnet et Matthieu Saint Guilhem le répètent, ce projet n'est pas à but capitalistique. Il est avant tout humain et devra vivre de sa clientèle. Les annonces de recrutement vont être publiées sous peu. Cuisiniers, et amateurs d'expériences fortes sont recherchés. Tout comme une bonne idée de local. La page Facebook de ce projet a été dévoilée ce 5 mai à 18h. Car l'aventure s'annonce aussi digitale. 
 

Alors que certains restaurateurs se demandent s'ils vont passer l'année à cause de la fermeture liée au coronavirus. Les deux amis expliquent que pendant la crise, le handicap ne disparaît pas. Comme s'il était trop tard pour faire machine arrière.

En temps de crise, que fait on des plus faibles ? On l’enfonce encore plus ou on l’inclus dans la société ? On a besoin de tous. 
- Gonzague Peugnet, porteur du projet de restaurant inclusif à Reims. 


Selon eux, les projets qui donnent du sens seront peut-être favorisés dans le monde qui s'ouvre. "On a cette espérance". Les nombreuses réactions positives suite à l'annonce du projet de restaurant inclusif leur font espérer que bientôt, ils pourront accueillir les premiers clients autour d'un plat ordinaire, bon et local, à l'Extra. 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
handicap société économie
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter