Reims : un nouveau "frigo solidaire" contre la misère et le gaspillage, "ça profite à tous ceux qui en ont besoin"

Après une première installation en 2019, un deuxième "frigo solidaire" vient d'être installé à Reims. L'idée est de proposer à ceux qui en ont besoin, gratuitement et en libre-service, des produits alimentaires consommables en passe d'être jetés à la poubelle.

Un deuxième frigo solidaire a été ouvert à Reims devant la fromagerie de Brice Debray
Un deuxième frigo solidaire a été ouvert à Reims devant la fromagerie de Brice Debray © Frigos solidaires de Reims

Le frigo sera désormais installé devant la fromagerie Brice Délice au 63, avenue de Laon à Reims. À l'intérieur, des produits frais, des fruits et légumes ou toutes sortes de denrées alimentaires encore consommables que leurs propriétaires souhaitent donner plutôt que jeter. Des produits offerts gratuitement à tous ceux qui en ont besoin. Brice Debray a accepté de bon cœur de s'occuper de ce "frigo solidaire". Le gérant de la fromagerie y a tout de suite vu un excellent moyen d'éviter le gaspillage.

"J'en parle déjà à mes clients : quand on a des produits à date limite de consommation courtes, il vaut mieux les mettre dans le frigo que de les mettre à la poubelle. À la fromagerie, quand on a des talons de fromage, on sait qu'ils seront invendables, on les met tout de suite dans le frigo solidaire comme ça les gens peuvent en profiter et se servir. Certains yaourts aussi, qui ont dépassé la date de quelques jours seulement, je préfère les mettre dans le frigo plutôt que les jeter."
 

Solidaire et anti-gaspi

Ce projet est le résultat d'une collaboration entre des étudiants de Sciences Po Reims et la Société Saint-Vincent-de-Paul. Durant leur cursus, les étudiants doivent mettre en œuvre une initiative citoyenne et civique. En 2018, ils ont fait appel à l'association caritative pour trouver un projet utile. L'idée des "frigos solidaires" est alors apparue. Créé à l'étranger, le concept est arrivé en France en région parisienne en 2017 avant de se répandre dans tout le pays.

Il existe aujourd'hui une soixantaine de "frigos solidaires" en France


Marie Gazet a participé cette année, avec d'autres de ses amis de Sciences Po Reims, à l'installation du frigo de l'avenue de Laon. Pour elle, ce projet présente l'avantage d'être à la fois solidaire et respectueux de l'environnement. "Chacun peut donner et prendre librement dans le frigo. C'est un projet qui implique les habitants d'un même quartier. Ça crée une vraie solidarité entre ceux qui donnent et ceux qui reçoivent. Les gens peuvent se servir sans passer par l'intermédiaire d'une association ou d'une banque alimentaire. L'autre intérêt, c'est aussi d'éviter du gaspillage."
 

"Ça fonctionne à merveille"

Un premier frigo a été installé à Reims en juin 2019 devant l'épicerie de Khalid El Mergaoui, au 84 de la rue Chanzy. Ce matin, il y a déposé une laitue un peu flétrie, des fruits amochés par endroits et des légumes pour faire une ratatouille. Il rajoute parfois aussi des boîtes de conserve dont l'étiquette est déchirée. Autant de produits parfaitement consommables mais que l'épicier aurait eu du mal à vendre.

Pour lui, ce frigo solidaire est une réussite. "Ça fonctionne à merveille, quand il y a des produits à l'intérieur, des gens viennent se servir, je le remplis, ils le vident...Ça marche très bien. Je mets ce qui est en fin de vie et puis il n'y a pas que moi qui alimente le frigo. Il y a des voisins, des jeunes, des étudiants, les deux boulangeries aussi... Tout le monde met un petit peu. Des fois, je sors et il est plein, ça fait une bonne surprise. Ça peut être quelqu'un qui part en vacances et qui fait un petit geste, c'est bien."
 

Un premier frigo solidaire avait été installé à Reims en 2019 devant l'épice de Khalid El Mergaoui
Un premier frigo solidaire avait été installé à Reims en 2019 devant l'épice de Khalid El Mergaoui © Isabelle Griffon / France 3 Champagne-Ardenne


Sur place, Marie Gazet a déjà rencontré des gens qui remplissent le frigo et d'autres qui le vident. La preuve selon que cette initiative est utile et qu'elle peut profiter à tous.

"On a croisé une étudiante qui vidait son appartement parce que l'année universitaire se termine. Et du coup elle a mis dans le frigo solidaire toute la nourriture qui lui restait. Sans ça, elle l'aurait jetée. De l'autre côté, on peut trouver un autre étudiant qui a du mal financièrement à finir le mois et qui peut venir trouver quelque chose à manger dans le frigo. Ça peut être des étudiants, des retraités, des sans domicile fixe... Ça profite à toux ceux qui en ont besoin."
 

Une aide complémentaire

Hervé Augustin, président de la Société Saint-Vincent-de-Paul dans la Marne, supervise avec les étudiants l'installation de ces frigos depuis 2018. Il y trouve une réelle utilité.

"C'est une solution de complément. Ce n'est pas une solution définitive. Pour les familles, il y a les Restos du Coeur, le Secours populaire et également par exemple l'épicerie sociale et solidaire qui permet un approvisionnement régulier avec des prix très abordables. Les frigos, c'est plus un dépannage individuel. On vient juste y chercher une boite de conserve, un bout de fromage ou un morceau de pain, mais on ne prend pas tout."

C'est une des solutions pour aider les personnes en difficulté. L'avantage, c'est que c'est ouvert à tout moment, il n'y a pas besoin d'être inscrit. C'est totalement en libre-service

Hervé Augustin, président de la Société Saint-Vincent-de-Paul dans la Marne


Pour Hervé Augustin, il est aujourd'hui important de faire connaître ce dispositif pour que les habitants et les commerçants d'un quartier donnent plus régulièrement. L'autre objectif est de poursuivre cet effort. Marie Gazet et ses amis vont maintenant tenter de convaincre les futurs étudiants de Sciences Po de prendre la relève, pour installer un frigo solidaire dans tous les quartiers défavorisés de Reims.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
solidarité société cuisine environnement université