Coronavirus : l'incompréhension des producteurs du marché bio de Vandoeuvre qui demandent sa réouverture à la préfecture

Malgré les négociations, et l'intervention de l'organisme Biograndest, le marché bio de Vandoeuvre les Nancy reste fermé, alors que d'autres ont déjà réouvert, notamment dans l'agglomération. Les agriculteurs ne comprennent pas les arguments du préfet qui craint le non-respect des règles sanitaires.

Les agriculteurs du marché bio de Vandoeuvre les Nancy se sont réorganisés en drive les vendredis au parc des expositions
Les agriculteurs du marché bio de Vandoeuvre les Nancy se sont réorganisés en drive les vendredis au parc des expositions © Biograndest
Les producteurs présents habituellement sur le marché bio de Vandoeuvre-lès-Nancy sont en colère. Le marché reste fermé par la préfecture, à la différence d'autres dans l'agglomération du Grand Nancy.
Les agriculteurs pensaient déjà ré-ouvrir leur marché vendredi dernier le 24 avril. Mais la dérogation a été refusée par la préfecture au motif que "l'offre alimentaire à Vandoeuvre les Nancy est satisfaisante" et que '"la densité de la population ne permet pas de garantir les gestes barrière". Même refus essuyé ce jeudi 30 avril par Nicolas Herbert, de l'organisme Biograndest. Le préfet campe sur ses positions.

C'est donc sur le parking du parc des Expositions de la métropole qu'une partie des agriculteurs bio vont organiser, pour la 6e fois, un drive fermier ce vendredi 1er mai. Contrairement aux marchés, les drives sont autorisés. Ainsi ce sont près de 200 voitures qui vont se succéder en deux lignes pour venir chercher leurs commandes, qui seront déposées sans contact et sans sortir du véhicule, directement dans leur coffre.
Les sacs sont déposés dans les coffres par les agriculteurs bio, les clients ne sortent pas de la voiture
Les sacs sont déposés dans les coffres par les agriculteurs bio, les clients ne sortent pas de la voiture © Biograndest

Organisation compliquée

Pour la plupart d'entre, eux, cette solution, organisée dans la foulée de l'interdiction en mars, est très compliquée à mettre en place, et particulièrement chronophage. Les agriculteurs ont de petites structures, et doivent s'occuper de réceptionner les mails ou les sms, et de préparer souvent plus d'une centaine de paniers ou de sacs.

Je ne m'en sors pas, je perds 30% de mon temps à organiser les paniers, au lieu de faire les semis dans les champs et pour gagner 30% en moins.
-Emmanuel Thiebaut, maraîcher

"Je prends les commandes pour plus de 80 clients, je confirme, je prépare et je dois renvoyer le tarif pour qu'ils préparent leurs chèques et que le contact soit limité", explique Muriel Moinard.

La veille du drive, je ne dors que deux heures la nuit pour tout finir, c'est épuisant.
- Muriel Moinard, éleveuse bio

Pour la plupart, c'est un pis-aller qui ne permet pas de retrouver le chiffre d'affaire du marché. De nombreux clients ne viennent pas au drive, soit parce qu'ils ne sont pas au courant, soit parce qu'il ne se déplacent pas pour faire de petites courses mais les concentrent en un endroit, vu le confinement.

Sentiment de discrimination

Les agriculteurs ne comprennent pas cette décision, d'autant plus que de nombreux marchés ont ré-ouvert récemment, ou sont restés ouverts. C'est le cas de celui de Villers-les Nancy, ville voisine, réorganisé dans une cour d'école, ou ceux de Lunéville, qui s'organisent trois fois par semaine place Léopold.
Les agriculteurs et l'organisme Biograndest demandent la réouverture de leur marché pour préserver leurs exploitations
Les agriculteurs et l'organisme Biograndest demandent la réouverture de leur marché pour préserver leurs exploitations © Biograndest
Certains le vivent comme une injustice, car n'ayant pas les moyens de s'organiser pour un drive, ils sont de fait exclus du rendez-vous du vendredi. C'est le cas de Sandrine, sa structure est trop petite et sa production n'est pas adaptée. Elle ne se verse plus de salaire depuis la fermeture du marché. "On nous a suggéré de vendre notre production aux grandes surfaces, mais cela n'a rien à voir avec les circuits-courts", s'indigne-t-elle.

On pousse les consommateurs vers les supermarchés.
- Sandrine, agricultrice bio dans les Vosges

Une pensée qui revient souvent dans les échanges avec les agriculteurs. En fait, seuls une dizaine d'entre eux sont présents au drive fermier bio du vendredi, moins de la moitié.

Des signes de bonne volonté

Pourtant lors du dernier marché organisé le 20 mars dernier, les agriculteurs avaient tous respecté les gestes barrières, en portant des masques, des gants, et en espaçant les étales d'au moins 3 mètres pour éviter que les clients ne se croisent ou soient trop proches et en se lavant les mains entre chaque client.

On avait même proposé un plan d'espacement du marché avec de nombreuses mesures sanitaires et de sécurité pour réorganiser le marché aux normes Covid-19.
- François Thiery, producteur laitier, membre du GAB Vosges


Le plan imaginé par les producteurs pour respecter les normes sanitaires et les distances de sécurité / © Biograndest

Un appel soutenu par les consommateurs

L’organisation professionnelle Biograndest a lancé ce jeudi une lettre d’appel à la souplesse aux autorités compétentes, avec une demande de garantie de reprise pour 15 mai. Elle est co-signée par de nombreux consommateurs.

C’est une sorte de concurrence déloyale qui met en péril la pérennité de certaines exploitations écologiques et de proximité.
- Nicolas Herbert, Biograndest

A l'heure où l'on parle de transition écologique, ce serait bien que les décisions politiques aillent dans le même sens que les paroles. Il faut soutenir ceux qui se battent pour préserver les circuits-courts.
- Fabien Thomas, client du marché de Vandoeuvre depuis 30 ans.

Le sort du marché bio du vendredi est-il lié à celui du dimanche matin ? Difficile de le dire. Les derniers marchés du dimanche se sont déroulés dans les règles sanitaires avec uniquement les commerces alimentaires.
Du côté de la mairie on se retranche derrière la décision du Préfet. Contactés, les services de la Préfecture nous annoncent un retour à la normale dès la semaine du 11 mai. Le marché bio du vendredi à Vandoeuvre les Nancy devrait donc réouvrir le 15 mai. Deux semaines de patience supplémentaire que les agriculteurs devront encore gérer.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société alimentation agriculture bio agriculture économie agro-alimentaire
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter