Nancy : des repas bio, locaux et zéro déchet livrés à vélo

Ils veulent décarboner les livraisons de repas, les rendre plus humaines et surtout utiliser des produits d'agriculteurs locaux. Un trio de jeunes entrepreneurs nancéiens vient de lancer un service de livraisons à vélo de plateaux-repas bio, locaux et sans déchets.

Des repas issus de produits locaux sans contenant à jeter.
Des repas issus de produits locaux sans contenant à jeter. © Les fermiers d'ici

Zéro carbone consommé pour effectuer la livraison, zéro déchets une fois les plats mangés mais de l’humain et de la viande et des légumes locaux et bio. Depuis début mai 2021, des jeunes nancéiens dynamiques tentent de révolutionner les livraisons de repas.

L'équipe qui a créé le système de livraisons.
L'équipe qui a créé le système de livraisons. © Les fermiers d'ici

Traiteur bio et local

L’histoire a débuté en 2016. Franck Magot termine ses études à l’ENSAIA, l’école d’ingénieurs en agronomie de Nancy. Plutôt que de travailler dans un bureau, il se lance dans la création d’un food-truck un peu particulier. Chaque matin, pour fabriquer ses burgers, il part sur les routes de Meurthe-et-Moselle pour acheter des produits aux agriculteurs locaux.

Les premiers pas en food-truck des Fermiers d'ici en 2016.
Les premiers pas en food-truck des Fermiers d'ici en 2016. © Francetv

Depuis, sa petite entreprise baptisée Les fermiers d’ici, s’est étoffée. Il emploie quatre cuisiniers et s’est tourné vers des activités de traiteur pour cocktails d’entreprises ou cérémonies de mariage. Mais toujours à base de produits bio et locaux.

Il vient de s’associer avec Dynamo location, jeune start-up spécialisée dans les vélos électriques et les Coursiers nancéiens pour proposer un nouveau service. Des plateaux-repas pour les entreprises et les particuliers (bientôt directement sur le site internet des coursiers nancéiens), livrés à domicile en vélo électrique sans surcharger l’empreinte carbone de la course. Des plats proposés entre 6,50 euros et 9,50 euros avec 5 euros de livraison en dessous de 50 euros de commande.

Et surtout sans déchet. Quand vous commandez un repas livré, vous finissez souvent avec une montagne de barquettes en plastique dans votre poubelle. Tous leurs plats sont conditionnés dans des bocaux en verre consignables ou récupérés par les coursiers dans leur tournée.

Traçabilité

Du sauté de veau aux pleurotes de Remiremont ou un tajine d’agneau de Meuse aux légumes de la ferme de Romé et aux pois chiches de la ferme des terres froides : tous les produits viennent de coopératives bio de Lorraine et parfois d’Alsace et de Champagne-Ardenne. Franck détaille la farine du Moulin du petit poucet à Royaumeix, près de Toul, le fromage de la ferme de la Fontenelle dans les Vosges,...

Un lien plus direct entre producteurs et consommateurs.
Un lien plus direct entre producteurs et consommateurs. © Les fermiers d'ici

"C’est clairement mes études qui m’ont amené à me demander comment penser la souveraineté alimentaire d’un territoire et comment on le rend résilient. Le bio permet de préserver la biodiversité et les ressources en eau. Et le vélo de décarboner notre chaîne logistique.", raconte-t-il.

Des livreurs à vélo indépendants

C’est la crise sanitaire qui a poussé les cinq livreurs à vélo des Coursiers nancéiens à créer leur association indépendante pour ne plus être à la merci des grosses plateformes de livraison de repas. Ils proposent leurs services aux restaurants. Après cinq mois d’existence, la structure associative va devenir une coopérative.

"On vient tous de ces plateformes. On a vu nos conditions de travail se dégrader d’année en année. Il y a d’autres coopératives de livreurs qui se montent partout en France. Au moins, avec nous, il y a le côté humain", explique Mehdi Davouse. "Avec Les fermiers d’ici, on partage des valeurs communes, sociales, locales et écologiques. C’est important de travailler avec des acteurs qui prennent eux même leurs décisions."

Les repas sont livrés par des vélos cargo électriques.
Les repas sont livrés par des vélos cargo électriques. © Les coursiers nancéiens.

Tous les repas sont donc livrés au départ de Houdemont à bord de vélos cargo électriques. RTE, le gestionnaire des réseaux électriques, fait partie des entreprises clientes. Depuis la fermeture du restaurant d'entreprise suite à la crise sanitaire, la direction propose aux salariés de commander des plats plutôt que d'apporter leur Tupperware ou d'aller chercher un sandwich à la boulangerie. Tout en prenant en charge une partie du coût.

Thomas Loyot explique : "ça fait partie de la politique d'entreprise que de favoriser les sociétés qui s'engagent dans un processus de développement durable mais aussi de travailler avec des gens en local."

Si vous cherchez du travail, les Fermiers d'ici recrutent un second de cuisine en CDI.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
écologie environnement agriculture bio agriculture économie agro-alimentaire déchets ménagers