Recette : le haddock, un poisson aux vertus antioxydantes en vedette dans "Ça roule en cuisine"

Pauvre en graisses, riche en protéines et en minéraux, le haddock présente de nombreuses vertus diététiques que nous vous proposons, ainsi qu'une recette de cuisine avec Sophie Menut dans l'émission "Ça roule en cuisine" sur France 3.

Il est recommandé de consommer au moins, deux portions de poisson par semaine. Le haddock peut être un bon choix pour apporter à son organisme des protéines, des oméga-3, de minéraux et de vitamines, tout en conservant un apport calorique raisonnable.
Il est recommandé de consommer au moins, deux portions de poisson par semaine. Le haddock peut être un bon choix pour apporter à son organisme des protéines, des oméga-3, de minéraux et de vitamines, tout en conservant un apport calorique raisonnable. © SEPPIA

L’aiglefin ou églefin, est un poisson de la même famille que le cabillaud. C’est un poisson qu’on retrouve le plus souvent sous sa forme fumée et on l’appelle alors sous son appellation anglaise : haddock. C'est un poisson blanc fumé, sa couleur orangée caractéristique du haddock n’est pas liée au fumage, comme on pourrait le croire, mais à un colorant naturel, le rocou. Il est recommandé de consommer au moins, deux portions de poisson par semaine. Le haddock peut être un bon choix pour apporter à son organisme des protéines, des oméga-3, de minéraux et de vitamines, tout en conservant un apport calorique raisonnable.

Le haddock est une bonne source de vitamine A et de vitamine B, qui agissent comme des antioxydants. La vitamine A et la vitamine B réduisent les dommages causés par les radicaux libres sur les cellules, les protègent et préservent leur jeunesse. Introduire le haddock dans son alimentation permet donc de nourrir sa peau et ses cheveux, et également de prendre soin de ses yeux. Le sélénium du haddock agit aussi comme un antioxydant.

Le haddock (fumé) ou églefin fumé contient pour 100 g d’importantes quantités de protéines et peu de lipides. Le macro-nutriment qu’il présente peut permettre de développer et d’entretenir les tissus musculaires et osseux.

 

C’est un met riche en protéines, pour la croissance ou l’entretien de la masse musculaire 19 %, de qualité équivalente à celles de la viande. Très maigre, car il contient moins de 1 % de lipides, et très faiblement énergétique, avec 80 calories pour 100 g, le haddock est un poisson de choix en cas d’hypercholestérolémie ou de surpoids. Contrairement au thon, au saumon ou à la sardine, le haddock n’est pas un poisson gras, mais un poisson maigre. Sa concentration en oméga-3 est moins importante que dans les poissons gras, mais le haddock contient très peu d’omégas-6 qui peuvent, à haute dose, provoquer des maladies inflammatoires. Dans une alimentation équilibrée, il est également important de varier les sources d’oméga-3. Les acides gras du haddock permettent à l’organisme d’avoir un cœur en bonne santé, grâce à l’action des antioxydants sur les artères.

Le haddock présente un indice PRAL (Potential Renal Acid Load, c'est une manière d'indiquer la charge acide rénale potentielle d'un aliment, à savoir son effet acidifiant ou alcalinisant sur l'organisme) de 9.6 mEq, il a donc un effet acidifiant sur l’équilibre acido-basique de notre corps.

Le haddock peut être introduit dans l’alimentation à partir de 3 ans (il est trop salé pour les moins de 3 ans). Comptez :

Le programme national nutrition santé recommande de consommer du poisson deux fois par semaine : un gras et un maigre.

Sans plus attendre, nous vous proposons une recette à réaliser chez vous, du chef Joris Lasalle Les Petites Cocottes : croustillant au crottin de Chavignol, crème de topinambour, noisette torréfiée et haddock virtuel.

Ingrédients :

Préparation :

  1. Récupérer la peau d'un haddock
  2. Couper en tranches
  3. Tailler un oignon et 200 g de topinambour en petits dés
  4. Laisser fondre du beurre dans une casserole
  5. Ajouter l'oignon et les topinambours
  6. Mélanger avec la peau de haddock
  7. Verser du bouillon de volaille et de l'eau
  8. Compléter avec 200 g de crème fraîche
  9. Mixer sans la peau de haddock et réserver
  10. Battre un jaune d'œuf
  11. Étaler de la mie de pain à l'aide d'un rouleau à pâtisserie
  12. Couper des lamelles de la largeur du crottin
  13. Entourer le crotin en utilisant le jaune d'œuf pour coller à la mie de pain
  14. Tailler des ronds du diamètre du crottin
  15. Coller à l'aide du jaune d'œuf
  16. Tremper le croustillant dans du beurre clarifié
  17. Réserver 15 minutes au réfrigérateur
  18. Cuire au four 8 minutes à 180°C
  19. Présenter avec la crème de topinambour
  20. Concasser des noisettes torréfiées
  21. Parsemer dans l'assiette

Bon appétit, retrouvez la recette en images :

Ne manquez pas votre émission Ça roule en cuisine, présentée par Sophie Menut, samedi 22 mai à 11h25, sur les antennes de France 3 Grand Est, France 3 Bourgogne-Franche-Comté et France 3 Hauts-de-France.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
terroir culture culture régionale cuisine gastronomie