PS : Pernelle Richardot, frondeuse anti-Masseret, siégera au Conseil régional

Elle était candidate sur la liste de Jean-Pierre Masseret a  mené la fronde, tenté de se désister, a voté Richert mais se retrouve désormais élue "malgré-elle". Doit-elle démissionner ? Le dilemme ne se pose plus à Pernelle Richardot, élue bas-rhinoise de la liste Masseret, qui a décidé de siéger.

Par Renaud Hartzer

"A l'unanimité", le conseil fédéral du PS du Bas-Rhin a tranché : les instances dirigeantes demandent à Pernelle Richardot et Emmanuel Recht de siéger dans la nouvelle Assemblée, comme l'indique ce tweet posté peu après minuit :


 


Concernant Emmanuel Recht, l'appel semble incongru, puisque le n°2 de la liste Masseret dans le Bas-Rhin n'a jamais eu de velléités de quitter la liste PS, encore moins de démissionner s'il était élu. En revanche, le cas de conscience reste posé pour,Pernelle Richardot, elle qui  avait été au coeur du psychodrame socialiste la semaine dernière, en prenant la tête de la fronde anti-Masseret (relire ici) , allant déposer à la Préfecture le désistement de 71 colisitiers.Sans succès. Hier matin, la tête de liste du Bas-Rhin confiait avoir glissé le bulletin Richert dans l'urne.

Pernelle Richardot siègera bien au conseil régional
Quelle attitude adopter pour ceux qui ont proné le retrait de la liste PS et qui ont finalement été élu grâce au maintien de Jean-Pierre Masseret. Dans le Bas-Rhin qui compte deux élus, Pernelle Richardot siègera bien au conseil régional. - France 3 Alsace - Le reportage de D. Meneu - C. Laemmel - I. Nommay. Interview : Pernelle Richardot, élue socialiste au Conseil régional


Hier en début de soirée, elle laissait pourtant entendre qu'elle pourrait tout de même siéger dans la nouvelle Assemblée. A l'issue de la réunion tardive d'hier du conseil fédéral, il  est désormais certain que les 2 élus PS anti-Masseret n'abandonneront pas leur mandat.
Une décision qui semble faire grincer quelques dents chez certains membres du PS, qui dénoncent  "le cynisme" de ceux qui voulaient faire tomber Masseret. Les sarcasmes et critiques sont assez nombreux sur Twitter, comme ce compte d'un socialiste de Moselle :


A voir ensuite si Pernelle Richardot, ainsi que les "frondeurs" d'autres départements de l'ACAL, siégera dans un groupe socialiste aux côtés de Jean Pierre Masseret. Quelle sera la décision notamment de Julien Vaillant, tête de liste en Meurthe-et-Moselle qui, la semaine dernière, déclarait "avoir envie de démissionner" s'il était élu, ?
Hier soir, sur France 3 Alsace-Lorraine-Champagne Ardenne, Jean-Pierre Masseret indiquait qu'il s'agissait d'un choix « philosophique » que devait faire individuellement chaque ex-candidat et qu’il les accueillerait « volontiers » dans son futur groupe d’opposition politique.

Ce lundi 14, à l'occasion de l'émission spéciale commune à France 3 Lorraine, Alsace et Champagne-Ardenne consacrée au bilan du second tour des régionales, Pernelle Richardot, était confrontée à sa colistière, fidèle et proche de Masseret, la député de la Moselle Paola Zanetti. Derrière les déclarations et postures de façade, la hache de guerre ne semble pas vraiment enterrée.
A revoir ici :

Pernelle Richardot devrait rencontrer l'ex-président du Conseil régional de Lorraine dans la semaine. Peut être s'en remettra-t-elle aux propos de sa camarade Victorine Valentin, ex-candidate PS dans le Haut-Rhin, dans un tweet ce matin :

* débilité : n.f, du latin classique. debilitas « faiblesse, infirmité ».


Sur le même sujet

Les + Lus