Vosges: quelles perspectives pour les thermes de Plombières-les-Bains après leur réouverture

Publié le
Écrit par Yoann Rodier .

Après plus de deux ans de fermeture, le thermes Napoléon de Plombières-les-Bains (Vosges) accueillent de nouveau quelques curistes depuis ce jeudi 1er décembre. Une réouverture repoussée depuis des mois et qui a valeur de test, sur fond de bras de fer entre la mairie et la Compagnie des thermes.

Les thermes de Plombières-les-Bains (Vosges), fermés depuis mars 2020, ont rouvert ce jeudi 1er décembre. Une vingtaine de curistes a été accueilli dans l'établissement pour une période de trois semaines. Après cette phase de test, la groupe Avec, le propriétaire des lieux qui est en conflit ouvert avec la mairie, table sur une vraie reprise de son activité en mars prochain. 

Il y a eu le Covid, d'importants travaux, des traces de légionellose et de matières fécales dans l'eau. Après moultes reports, les thermes Napoléon sont de nouveau autorisés à recevoir du public par l'Agence régionale de santé (ARS) du Grand Est. On est encore loin des 450 curistes qui fréquentaient l'établissement avant sa fermeture, mais pour le groupe Avec, le propriétaire des thermes, cela reste un soulagement.

"C'est un cadeau de Noël avant l'heure, réagit Sandrine Thomas, la responsable de la communication du groupe. On est très satisfaits à la fois pour notre groupe qui même dans les difficultés à toujours tenu ses promesses, mais aussi pour pour les curistes, pour les élus, pour les institutionnels. Pour tous ceux qui se sont mobilisés pour permettre cette réouverture ".

Relations tendues avec la mairie

Le groupe Avec a été contraint par la préfecture des Vosges à investir 2 millions d'euros pour moderniser le réseau d'eau et d'air qui relie les sources aux thermes. 300.000 euros devraient encore être injectés prochainement pour renouveler les baignoires de la station. Le groupe espère retrouver son rythme de croisière en 2023, ce qui constituerait aussi une bouffée d'air pour les commerçants de Plombières, qui sont privés de touristes depuis deux ans et demi. 

Pour autant, les relations entre l'exploitant et la municipalité restent tendues. Lydie Barbaux la maire de Plombières, estime que le groupe Avec n'en a pas fait assez depuis son arrivée en 2011. En juin dernier, elle avait même proposé de racheter les thermes avec un pôle de partenaires pour pérenniser cette activité vitale pour sa commune et son économie. Le groupe Avec, qui avait fait l'acquisition des installations thermales (mais aussi de quatre hôtels et d'un restaurant) pour environ 250.000 euros, en demanderait dix millions d'euros. Un montant exorbitant jugé exorbitant.

L'heure est à l'apaisement

Sandrine Thomas, responsable de la communication du groupe Avec

En juillet, Lydie Bardeaux a rencontré Elisabeth Borne, la Première Ministre, puis Emmanuel Macron le 23 novembre, au Congrès des maires à Paris. "Je lui ai dit qu'on avait besoin d'un exploitant thermal, moteur de cette reconquête de la ville, et que pour l'instant, malheureusement, ça n'était pas le cas et qu'il pourrait, peut-être, nous aider sur ce dossier-là" avait-elle alors expliqué à France Bleu Sud Lorraine. 

En attendant, la mairie, qui reste propriétaire des sources, attend toujours le paiement des 280.000 euros de redevances et de taxe d'assainissement que la Compagnie lui doit. L'affaire doit repasser devant le tribunal la semaine prochaine. 

"L'heure est à l'apaisement, assure Sandrine Thomas. Au sujet des 280.000 euros à payer, des discussions sur des échéanciers ont été lancées. Nous avons Patrick François l'ancien directeur Grand-Est de la Banque des territoires, a été désigné ambassadeur de bonnes volonté et il a permis une médiation pour remettre tout le monde autour de la table. On a tous à cœur de faire revivre ces thermes Napoléon durablement et tout le monde a intérêt à travailler dans le même sens".

De son côté, la mairie préférerait trouver un "vrai partenaire thermal" pour l'avenir. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité