Gratuité des transports en commun, RER métropolitains, le nouveau ministre des Transports Patrice Vergriete évoque ses gros dossiers

Après le ministère du Logement, Patrice Vergriete va découvrir celui des Transports. Au lendemain de sa nomination, l'ancien maire de Dunkerque a esquissé les missions qu'il compte mener, lui qui a instauré la gratuité des bus dans sa ville.

Nommé ministre des Transports dans le second acte du remaniement le 8 février 2024, Patrice Vergriete a donné quelques indices sur les objectifs qu'il veut atteindre dans son nouveau poste. L'ancien maire de Dunkerque s'est exprimé sur la gratuité des transports en commun et les RER métropolitains.

Patrice Vergriete maîtrise bien le sujet des transports et des mobilités. En 2018, il a instauré la gratuité des transports en commun à Dunkerque, faisant de la ville du Nord la plus grande de France à mettre en place cette mesure.

France 3 : Comment avez-vous réagi à votre nomination au ministère des Transports ?

Patrice Vergriete : "Je suis forcément honoré d'avoir été choisi pour une mission importante pour les Français, puisque la mobilité, c'est déjà le pouvoir d'achat. Il suffit de regarder l'augmentation des prix des carburants et les enjeux autour du ferroviaire.

C'est aussi un investissement d'avenir essentiel pour la transition écologique : on parle de décarbonation des mobilités. C'est le quotidien des Français, c'est une mission importante."

Est-ce que vous avez des priorités sur la marche à suivre pour les prochains mois dans votre mission ?

"Il y a plusieurs enjeux qui apparaissent. D'abord, répondre aux enjeux de la mobilité du quotidien pour l'ensemble des Français. On sait que parfois, un certain nombre de nos concitoyens habitent à une heure de leur travail. En termes de déplacement, c'est complexe. Donc le but, c'est évidemment de faciliter la vie des Français.

Après, il y a des enjeux plus spécifiques comme les Jeux Olympiques qui vont arriver assez rapidement avec un enjeu de transports qui va être considérable. Ensuite, ce qu'on appelle la décarbonation, c'est-à-dire réussir à adapter la transition écologique au transport. Il faut réussir à privilégier par exemple le trafic ferroviaire par rapport à la voiture. Ce sont des questions qui sont nécessaires et à penser dans le temps, qui nécessiteront beaucoup d'investissement sur un certain nombre d'années."

Voulez-vous développer la gratuité des transports à l'échelle nationale, comme vous l'avez fait dans la communauté urbaine de Dunkerque ?

"C'est un exemple de développement de la fréquentation du transport collectif. À Dunkerque, nous avons permis à un certain nombre de nos concitoyens de se déplacer plus avec un gain de pouvoir d'achat, et aussi, pour un certain nombre, de laisser la voiture sur le côté, de pouvoir prendre le bus et donc quelque part, de faire un geste pour la planète et pour leur porte-monnaie.

Il ne faut pas forcément répondre par la gratuité des transports partout

Patrice Vergriete

Ministre des Transports

Peut-être que ça peut se faire ailleurs mais de manière différente. Il ne faut pas forcément répondre par la gratuité des transports partout. Par contre, l'objectif qui était derrière la gratuité des transports à Dunkerque peut être poursuivi. Comment on permet à nos concitoyens de davantage prendre les transports collectifs, donc faire des gains de pouvoir d'achat et en même temps faire un geste pour la planète ? La réponse n'est pas toujours la même suivant les territoires.

À Dunkerque, c'est passé par la gratuité et le développement de l'offre. Ailleurs, à Paris, à Lille, ça peut être une autre réponse. Le but, c'est de trouver la réponse adaptée. À Dunkerque, on l'a trouvée puisqu’on a plus que doublé la fréquentation du transport collectif avec cette mesure.

Donc aux autres territoires aussi de trouver la bonne mesure qui permet de développer le transport collectif et l'État sera là pour les soutenir."

Le développement des RER métropolitains est un des grands projets de transport du Président. Comment comptez-vous les mettre en œuvre en tant que ministre ?

"C'est un enjeu extrêmement important parce que ça doit permettre de retrouver une vision du développement des mobilités à l'échelle régionale. La philosophie qui est derrière ces RER métropolitains est très importante. Parce qu'il ne s'agit pas simplement de relier les grandes métropoles françaises à leur banlieue, ce qui s'est passé à un moment donné autour de Paris.

Il faut réussir à davantage relier les métropoles aux pôles secondaires régionaux, développer les fréquences et améliorer la mobilité de manière à pouvoir rééquilibrer les régions. On voit que les métropoles se développent et que des villes moyennes et des petites villes perdent des habitants. Elles voient par exemple de la vacance dans les commerces de centre-ville parce qu'il y a un manque d'habitants ou des logements vides.

Il faut s'appuyer sur ce RER métropolitain à condition qu'il soit pensé intelligemment

Patrice Vergriete

Ministre des Transports

Pour pouvoir rééquilibrer à l'échelle régionale la circulation des personnes ou le logement, il faut s'appuyer sur ce RER métropolitain à condition qu'il soit pensé intelligemment, dans une bonne relation entre la métropole et les pôles secondaires régionaux."

Vous êtes resté quelques mois au ministère du Logement. Est-ce un regret de ne pas avoir pu développer un peu plus ce passage ?

"C'est un sujet que je connaissais bien aussi. On a mis sur les rails un certain nombre de chantiers qui me paraissent importants. En ce moment est votée au Parlement la loi qui vise à lutter contre les copropriétés dégradées et l'habitat indigne. On a initié une loi logement avec notamment la décentralisation qui est une mesure très importante pour répondre à la crise. Guillaume Kasbarian prend le relais. Je lui souhaite bonne chance et moi, j'ai un beau sujet avec les transports. Je suis déjà bien gâté !"

L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Hauts-de-France
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité