VIDEO. Harcèlement scolaire : avec le Yalla Tour, "maintenant je sais quoi faire si je suis témoin ou victime'"

durée de la vidéo : 00h02mn03s
Le Yalla Tour a fait escale dans une école de Roncq pour sensibiliser les élèves au harcèlement scolaire ©L.Colinet/S.Hasnaoui/A.Valerio/FTV

Dans le cadre de la journée nationale de lutte contre le harcèlement scolaire du 9 novembre, les établissements scolaires de la région se mobilisent. Le collège Paul Eluard de Roncq a accueilli le Yalla Tour, une initiative de l'Association Soeur Emmanuelle (Asmae), qui sensibilise et donne les clés aux élèves pour réagir face aux cas de harcèlement.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Comment réagir face au harcèlement scolaire ? C'est une question que se posent toujours plus d'établissements scolaires alors qu’un élève sur dix a déjà été victime de harcèlement en France. Dans le cadre de la journée nationale de lutte contre le harcèlement scolaire, qui a lieu tous les ans le 9 novembre, le Yalla Tour a entamé son tour de France des établissements scolaires pour sensibiliser les élèves aux problématiques du harcèlement. 

À l'initiative de l'Association Soeur Emmanuelle (Asmae), cette campagne de sensibilisation a fait escale au collège Paul Eluard de Roncq. L'occasion de s'adresser aux principaux concernés : les élèves.

Adopter les bons réflexes

Plume Praux, chargée de mission du projet Yalla a fait le déplacement jusqu'au collège Paul Eluard. Avec son intervention, elle espère donner aux élèves "un maximum de billes pour qu’ils soient conscients des situations, capables d’adopter les bons réflexes et aussi être conscients du rôle qu’ils peuvent jouer.

Au programme, présentation des différentes formes de harcèlement et temps d'échange avec les élèves. Un moment privilégié où les langues se délient. Lolan, 12 ans, en a profité pour se confier sur son expérience : "Moi en primaire j’avais de la phobie scolaire. Vu que je me faisais harceler je ne voulais pas aller à l’école. Je faisais semblant d’avoir mal au ventre ou d’être malade." Son témoignage précieux permet aux autres de comprendre que le harcèlement ne concerne pas que les autres.  

Manon, collégienne 12 ans, est sortie grandie de cette intervention : "moi je ne connaissais pas tout. Et du coup maintenant je sais quoi faire en cas où je suis témoin ou victime".

Mettre en place des actions concrètes

L'intervention du Yalla Tour, est aussi un moyen d'aborder les actions concrètes à mettre en place. Comment faire la différence entre une relation respectueuse et une relation dangereuse ? Pas toujours simple. Pour guider les élèves, l'Asmae a développé le harcélomètre, un outil "pour aider les enfants et jeunes à identifier les potentiels signes de harcèlement dans leurs relations" explique l'association.

Il n'y a pas qu'au collège Paul Eluard que des solutions concrètes se mettent en place.  Au Collège Simone Signoret, les élèves victimes de harcèlement, ainsi que leur famille, peuvent compter sur des parents médiateurs. Formés par des professionnels, ces parents forment "une cellule d'écoute" à qui on peut exposer ses problématiques qu'elles soient internes ou externes à l'établissement, explique Valérie Kornobis, proviseure de l'établissement. L'objectif est de libérer la parole pour "désamorcer les situations".

Des questionnaires d'auto-évaluation distribués aux élèves de CE2 jusqu'en terminale

L'Education Nationale a aussi développé un outil pour libérer la parole des élèves. Dans le cadre du plan gouvernemental contre le harcèlement scolaire, des questionnaires d'auto-évaluation seront distribués à tous les élèves du CE2 à la terminale.

"Manges-tu seul(e) à la cantine ?", "As-tu peur d'aller au collège à cause d'un ou plusieurs élèves ?", "Es-tu exclu(e) des autres groupes de travail par un ou plusieurs élèves ?"... les élèves pourront répondre à toute une série de questions de manière anonyme et non-obligatoire. Avec ces réponses, les établissements scolaires espèrent recueillir de précieuses informations pour améliorer leur détection des cas de harcèlement. 

Manges-tu seul(e) à la cantine ?, As-tu peur d'aller au collège à cause d'un ou plusieurs élèves ?, Es-tu exclu(e) des autres groupes de travail par un ou plusieurs élèves ?

Grille d'auto-évaluation distribuée par le Ministère de l'Education nationale et de la Jeunesse

Philippe Montagne, directeur du collège Paul Eluard de Roncq, espère avec ces dispositifs que le harcèlement ne soit plus quelque chose de "subi, mais quelque chose qui puisse être combattu, et surtout prévenu."