Les maitres laitiers condamnés à payer 22,9 millions d'euros par l'autorité de la concurrence

L'autorité de la concurrence a condamné à 192 millions et 700 mille euros d'amende le "cartel du yaourt". Un ensemble de 11 industriels et fabricants de produits laitiers, convaincus d'entente illicite sur les prix. Parmi lesquels, les maîtres laitiers condamnés à 22,9 millions d'euros. 

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Onze fabricants de produits laitiers frais, dont Senagral (Senoble), Novandis (Andros), Lactalis, ont été épinglés dans le cadre d'une entente sur les prix et les appels d'offres sur les marques distributeur, écopant d'amendes d'un montant total de 192,7 millions d'euros, a annoncé jeudi l'Autorité de la concurrence. "Il s'agit de l'une des plus grosses décisions", en termes de montant d'amende, pris par l'Autorité depuis sa création, a déclaré Thierry Dahan, vice-président de l'Autorité, jeudi lors d'une conférence de presse, parlant d'un "cartel très organisé". Pour la coopérative des Maîtres Laitiers du Cotentin, la facture s'élève à 22,9 millions d'euros. 


L'amende la plus importante est pour Lactalis

L'amende la plus importante a été attribuée à Lactalis Nestlé avec 56,1 millions d'euros. L'industriel a immédiatement annoncé qu'il allait faire appel de cette décision, jugeant la sanction "d'une sévérité extrême". Yoplait a lui été exempté d'amende pour avoir le premier dénoncé le cartel dans le cadre de la procédure de clémence. Seul La Laiterie de Saint-Malo a contesté les faits qui lui était reprochés, a indiqué l'Autorité de la concurrence. La société a tout de même écopé d'une amende de 300.000 euros.

Yoplait a dénoncé l'entente

Selon nos confrères du Monde, c'est Yoplait et General Mills qui ont transmis à l'autorité de la concurrence le "carnet secret". Selon Laurence Girard, auteure de l'article "Un document dans lequel un salarié de Yoplait Monsieur X consignait précieusement les notes prises lors des réunions ou des échanges téléphoniques avec ses concurrents. " Les échanges s'échelonneraient entre 2006 et 2012. Au total, sept réunions, auraient été organisées dans des hôtels, cafés ou bureaux de la capitale selon le quotidien national. "Lors de ces échanges, les concurrents s'informaient des hausses prix passées et se mettaient d'accord sur les augmentations qu'ils souhaitaient annoncer aux distributeurs et sur la manière de les justifier."  


Reportage Thierry Cléon et Xavier Gérard