VIDEO. Une balade naturaliste tente de mettre "des bâtons dans les routes" au projet de contournement Est de Rouen

Au deuxième jour du festival "Des bâtons dans les routes", ce samedi 6 mai à Léry, près de Val-de-Reuil, les militants anti-contournement Est de Rouen ont organisé une "promenade naturaliste". Objectif : mettre en avant les risques d’un tel projet pour la biodiversité.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

La journée d'hier s’est déroulée dans le calme. Le festival "Des bâtons dans les routes", se veut festif et familial. Ses organisateurs proposaient hier au millier de visiteurs une grande promenade à travers la forêt de Bord pour dénoncer l’impact du projet sur l’environnement et l’augmentation de la pollution, liée, selon eux, à une circulation accrue.

"Il est très largement à l’Est de Rouen, et puis il y a un péage de 5 à 6 euros pour les voitures, ce qui sera particulièrement dissuasif", relève Guillaume Grima, militant pour l’association "Effet de serre toi-même !". Opposé à l’autoroute A133-A134, il estime le projet archaïque et le tracé, contestable : "quand on élargit, on dézoome la carte, on s’aperçoit qu’en fait, on est face à un grand contournement Ouest de Paris."

Découvrez le sujet de S. Gérain et P. Cornily :

"Tout ça va être détruit"

Dans la forêt de Bord, certaines parcelles seront impactées par le tracé du contournement Est. L’ONF a réalisé des marquages sur les troncs concernés. "Les rouges c’est des arbres à abattre, les jaunes des arbres à préserver, qu’ils soient morts ou vivants, parce-que c’est important pour la biodiversité, et les marquages bleus avec des chevrons, c’est des corridors pour les machines", explique Nicolas en désignant les troncs. "Ils seront abattus pour les faire passer. Tout ça, ça va être détruit."

En outre, certaines espèces protégées de plantes et d’animaux, comme la violette de Rouen ou le muscardin, seraient menacées par ce projet d’ampleur, affirment les militants. Membre du collectif "Non à l’autoroute A133-A134", Thibault Cardon plaide ainsi pour fortifier la forêt, plutôt que réduire sa densité. "L’idée étant de favoriser la biodiversité patrimoniale, pour qu’elle s’installe, qu’elle se réinstalle, qu’elle prolifère dans ces espaces-là."

Pique-nique en forêt, concerts, conférences… Le festival "Des bâtons dans les routes" se poursuit jusqu’au 8 mai prochain, avec une assemblée générale prévue lundi à 10h et une action "coup de poing" au sujet de laquelle les organisateurs jouent la carte du mystère, cet après-midi même. Si le projet de contournement Est se concrétise, l’axe devrait être mis en service à partir de 2030.