TEMOIGNAGE. Dimitri, 21 ans, aide à domicile et étudiant

Publié le
Écrit par Elina Weil

En Seine-Maritime, le réseau associatif national ADMR (Aide à Domicile en Milieu Rural) propose le service d'aide à domicile. A Rouen, nous avons rencontré Dimitri, aide à domicile pour l’AMDR 76 lors de son passage matinal chez Viviane, l’une des bénéficiaires qu’il accompagne.

Nous retrouvons Dimitri dans la résidence autonomie (nouvelle appellation des résidences pour personnes âgées) « Saint-Filleul » de Rouen où réside Viviane. Il est 8h et comme chaque jour, 365 jours par an, un(e) aide à domicile de l’ADMR fait étape chez Viviane pour l’aider à bien démarrer sa journée. 

Aujourd’hui, c’est Dimitri, 21 ans, étudiant en fac d’histoire. A côté de ses cours, pour subvenir à ses besoins, il s’est engagé comme aide à domicile à l’ADMR 76, association d’aide à la personne installée sur tout le territoire, dont Rouen.

 

« Voulez-vous que je fasse quelque chose de spécial aujourd’hui ? »

Une phrase que Dimitri prononce lors de chaque tournée auprès des cinq bénéficiaires qu’il accompagne régulièrement, lors de ses 44 heures d’interventions mensuelles. Ce jour-là, Viviane, 75 ans, répond « Pas grand-chose aujourd’hui ». Dimitri partira donc sur un service et des soins classiques mais nécessaires, ces choses qu’il devient difficile d’accomplir en prenant de l’âge ou en situation de maladie ou de handicap. Petit ménage, toilette, application de crème, enfilage des bas de contention…

Une heure passe vite. Dimitri a un petit chronomètre pour être sûr de bien assurer une heure complète pour son intervention. Celles-ci durent généralement de 45 minutes à une heure. Cela peut aller jusqu’à trois heures en fonction des besoins personnalisés des personnes aidées.

 

Des visites précieuses

Viviane habite dans sa résidence depuis cinq ans. C’est une vie courageuse qui l’a fatiguée et des problèmes de santé qui l’y ont amenée. Cette dame a travaillé dans les mines du Nord de ses 14 à 17 ans. Elle a ensuite été ouvrière agricole, puis eu cinq enfants.

Aujourd’hui, elle vit sous oxygène médical et ne peut pas sortir de chez elle. Elle passe l’entièreté de son temps dans son studio d’une vingtaine de mètres carrés et n’a que très peu de visites. Le livreur de courses, un personnel de santé ou un(e) des aides à domicile de l’ADMR. Des visites très précieuses, donc.

« Ca représente beaucoup de choses que je ne peux pas vous définir, parce que pour moi qui suis toute seule, c’est important, une personne qui vient chez moi et qui apporte ce dont on a besoin, ça compte beaucoup… » (Viviane, bénéficiaire de l’aide à domicile de l’ADMR)

 

« Ces plaisanteries amènent le soleil dans l’appartement »

De son côté, Dimitri trouve beaucoup de sens à cette activité. Il aurait pu faire autre chose mais a entendu parler de l’ADMR par l’intermédiaire de sa mère. Et il y est allé. Le jeune homme rêve d’être professeur ou anthropologue et cette expérience lui apporte des compétences utiles dans ces métiers.

« Pour le côté professeur, il faut du social, de la pédagogie, être capable de prendre sur soi et en tant qu’aide à domicile, les personnes âgées apportent leur expérience, moi, je suis un petit bébé, elles ont beaucoup d’anecdotes à me raconter et c’est intéressant de rencontrer toujours de nouvelles personnes qui sont très amicales et gentilles ».

Dimitri parle de ce qu’il fait avec sérieux et profondeur, il est attentif à ses gestes et prévenant dans ses mots. Viviane ne manque pas de le taquiner et il ne manque pas de lui répondre avec humour, toujours respectueusement et avec en tête que « ces plaisanteries amènent le soleil dans l’appartement », comme le dit Viviane avec le sourire.

 

Anthropologue, historien ou aide à domicile ?

Deux ans maintenant que Dimitri exerce. Malgré les professions envisagées, il n’exclut pas de poursuivre comme aide à domicile et qui sait, de passer à temps plein.

En attendant, l’heure a tourné. « Je vous laisse piocher ? » Allez, il y a encore le temps pour une partie de Triominos, un jeu que Viviane affectionne. « Qui gagne ? », osons-nous. « Pour l’instant, c’est moi ! », s’exclame Viviane, contente.

Il est neuf heures, déjà. Dimitri reprend sa tenue d’étudiant et salue Viviane, qui répond par un « Gros bisous ! ». « Je l’appelle mon gamin parfois », conclut-elle, émue.

 

Pour faire ce que fait Dimitri, contacter l’ADMR 76 par téléphone au 02.32.93.90.90 ou envoyer sa candidature par mail à : recrutement@fede76.admr.org. Commerciaux, fleuristes, les postulants viennent de tous horizons. 70% d’entre eux sont en reconversion. Cette année, 350 recrutements sont prévus, tous services confondus. Formé ou non, on peut postuler à tout âge pour intégrer l’académie de l’ADMR et effectuer la formation d’aide à domicile d’une durée de deux mois et demi, alternant théorie et pratique.

La Fédération départementale des associations ADMR en Seine-Maritime en 2022, c’est :

  • 43 services à domicile différents
  • 2 services de soins infirmiers à domicile (SSIAD)
  • 1 centre de santé
  • 1 service de portage de repas à domicile, 1 service de bricolage / jardinage
  • 250 bénévoles
  • 1436 salariés en CDI
  • 411 salariés en CDD
  • 6737 bénéficiaires.

Plus d'informations : 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité