Ruralité : en Dordogne, une charte de bon voisinage pour le vivre ensemble

Une ferme périgourdine entourée d'habitations. / © Philippe Niccolaï
Une ferme périgourdine entourée d'habitations. / © Philippe Niccolaï

Nuisances sonores ou olfactives, crainte de pollution... En zones rurales, les querelles et procès se multiplient ! Pour y faire face, la Chambre d'Agriculture de la Dordogne organise des rencontres entre élus, habitants et agriculteurs. Le but, élaborer une charte de bon voisinage. 

Par Elsa Arnould

Des poules oui, mais pas de coq ! 

"À l'école du village, nous avons quelques poules. Pour éviter tout problème, j'ai interdit à la directrice de prendre un coq !" s'amuse Eric Forgeneuf, maire de Saint-Estèphe, petite commune rurale du Périgord vert. Ici, comme ailleurs, les problèmes de voisinage liés à la ruralité sont monnaie courante.

"Certains se plaignent des aboiements des chiens ou du chant du coq ! Il y a beaucoup de monde qui vient se renseigner en mairie pour savoir à quelle heure passer la tondeuse. J'essaie de régler ça à l'amiable, avant qu'il y ai des procédures" poursuit l'édile. 
 
Chant du coq, aboiements des chiens... les bruits de la campagne sont parfois mal tolérés. / © Philippe Niccolaï
Chant du coq, aboiements des chiens... les bruits de la campagne sont parfois mal tolérés. / © Philippe Niccolaï


La faute aux néo-ruraux ? 

Ces querelles sont souvent imputées aux néo-ruraux, peu habitués aux bruits de la campagne. Né à Saint-Estèphe, l'élu temporise : "Dans tous les villages, il y a toujours eu des conflits entre voisins ! Autrefois, c'était plutôt lié aux terrains" explique-t-il.

Egalement éleveur de vaches prim'Holstein, il a vu débarquer, il y a quelques années, un couple de néo-ruraux. "Mes génisses sont à 10 mètres de chez eux et je n'ai aucun souci." Preuve que la cohabitation est possible ! "Quand on vient vivre près d'une ferme, il faut s'attendre à voir des animaux et du fumier ! On est obligé de désherber, d'épandre des engrais, de passer avec nos gros tracteurs. On fait du bruit, mais c'est obligatoire" poursuit-il. 
 
Au premier plan, les vaches d'Eric Forgeneuf. En second plan, la maison de ses voisins. / © Philippe Niccolaï
Au premier plan, les vaches d'Eric Forgeneuf. En second plan, la maison de ses voisins. / © Philippe Niccolaï


Établir un dialogue

Pourtant, il arrive que ces bruits gênent les oreilles les plus sensibles. Nous avons tous en mémoire l'histoire du coq Maurice, accusé de chanter trop fort, ou encore celle des grenouilles de Grignols, jugées trop bruyantes. Pour éviter d'en arriver à de telles procédures, la Chambre d'Agriculture de la Dordogne organise des rencontres entre élus, habitants et agriculteurs. Le but, rassembler tout le monde autour de la même table afin d'élaborer une charte de bon voisinage.

Pour Jean-Philippe Granger, éleveur et président de la Chambre d'Agriculture, ces concertations sont primordiales."Je n'aime pas le terme agribashing ! C'est à nous de faire des efforts et de communiquer sur nos métiers. Par exemple, dire aux gens que quand ils voient un pulvérisateur sur les routes, ce n'est pas forcément des produits phytosanitaires !" 
 
Jean-Philippe Granger et son troupeau de vaches laitières. / © Philippe Niccolaï
Jean-Philippe Granger et son troupeau de vaches laitières. / © Philippe Niccolaï
 

Une loi pour défendre les sons de la campagne ? 

Pour défendre les bruits caractéristiques de la campagne, certains élus souhaitent aller encore plus loin. Le maire de Gajac (Gironde) propose d'inscrire les sons ruraux au patrimoine national de l'Unesco. Dans son sillage, un député de la Lozère a déposé une proposition de loi pour que toutes ces sonorités soient répertoriées et classées. Décidemment, ce dossier n'a pas fini... de faire du bruit ! 

 
Pour éviter les conflits à la campagne, la Chambre d'Agriculture propose une charte de bon voisinage
Reportage France 3 Périgords - Philippe Niccolaï et Elsa Arnould

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus