Législatives 2022. La gauche peut-elle reconquérir l'Aquitaine ?

Publié le Mis à jour le
Écrit par MK

La question se pose au lendemain de ce premier tour des élections législatives en Aquitaine. Dans cette région historiquement socialiste, plusieurs circonscriptions ayant voté pour la majorité présidentielle en 2017 pourraient revenir dans l'escarcelle de la gauche, version NUPES.

En 2017, la vague LREM avait porté 24 députés aquitains macronistes à l'Assemblée. Cinq ans plus tard, dans une région plutôt traditionnellement ancrée à gauche, va-t-on assister à un retour aux sources ?

Des candidats de gauche, principalement de la Nupes, sont qualifiés  pour le second tour dans 23 des 28 circonscriptions d'Aquitaine. Et ils se retrouvent en ballottage favorable dans dix circonscriptions.

En Dordogne, des socialistes dissidents en ordre dispersé

En Dordogne, département socialiste, les quatre circonscriptions avaient porté un élu LaREM à l'Assemblée en 2017. Ce dimanche, ce sont trois candidats de la Nupes qui sont qualifiés pour le second tour. Seule la 2e circonscription, celle de Bergerac, a choisi un duel entre le RN de Serge Muller et le député Renaissance sortant, Michel Delpon.

Dans les trois autres circonscriptions du département, la gauche arrive en tête. Elle peut même, par endroits, bénéficier d'un report de voix. En effet, partout dans le département, des candidats socialistes avaient présenté une candidature dissidente. 

Ainsi, Pascale Martin, la candidate LFI Nupes de la première circonscription de Dordogne pourrait envisager bénéficier au 2e tour d'une partie des 4 360 voix du dissident Floran Vadillo.   "Pas une voix ne doit aller à la droite", a affirmé ce dernier, interrogé ce lundi par France 3 Périgords. 

Je l'ai dit pendant toute la campagne : mon adversaire ne sera jamais à gauche.  Il est dans la droite d'Emmanuel Macron, la droite d'Elizabeth Marty et l'extrême-droite évidemment.

Floran Vadillo, candidat PS dissident battu dans la 1ere circonscription de la Dordogne

Source : France 3 Périgords

Dans la troisième circonscription, l'Insoumis Nupes Cyril Girardeau, arrivé en tête d'une triangulaire avec le candidat Ensemble ! Jean-Pierre Cubertafond et la candidate RN Florence Joubert, doit également lorgner sur les 9,6% obtenus par le dissident PS Martial Peyrouny. 



De son côté, Christian Teillac, le dissident PS du Sarladais qui a recueilli 13,6% des votes, a déjà annoncé qu'il n'appelait pas à voter pour Sébastien Peytavie, le candidat Nupes arrivé en tête le 12 juin, et qui affrontera la députée sortante Jacqueline Dubois.

"Lorsque, avant le premier tour, on a posé à Sébastien Peytavie la question de savoir s'il se désisterait en faveur de Christian Teillac (...) il a répondu qu'il ne donnerait pas de consignes de vote en ma faveur. Donc, moi non plus, je ne donne pas de consigne de vote en sa faveur", a rétorqué Christian Teillac, au micro de France 3 Périgords.

Voir la réaction de Christian Teillac, candidat PS dissident de la 4e circonscription de la Dordogne. 

Le candidat PS dissident de la 4e circonscription de la Dordogne se refuse à appeler ses électeurs à voter pour la Nupes au 2e tour ©France 3 Périgords

Sanctionner les représentants du gouvernement

Peut-on alors imaginer que certaines des circonscriptions du département de Germinal Peyro rebasculent à gauche ? Pas impossible, selon le politologue Ludovic Renard.  "La Dordogne est, avec le Lot-et-Garonne un des départements qui avait fait le grand chelem pour Macron en 2017, analyse-t-il.  Un rendez-vous a été pris pour sanctionner les représentants du gouvernement"

Bordeaux-centre va-t-elle virer à gauche ?

Si le très bon résultat de l'Insoumis - Nupes Loïc Prud'homme - près de 45% des votes et  près de 7 000 voix d'avance sur son concurrent Ensemble !, Fabien Robert-  est à souligner dans la 3e circonscription de la Gironde (Bègles, Talence, Villenave d'Ornon), Nicolas Thierry s'est également illustré dans la 2e circonscription de la Gironde.

Le candidat EELV - Nupes, également conseiller régional, a obtenu 45,12 % des suffrages, devançant de loin la députée sortante, investie par la majorité présidentielle, Catherine Fabre.

Cette dernière pourrait bien voir son mandat lui échapper dès ce dimanche. Dans la circonscription, la participation s’établissait à 52,9%. Avec, selon Ludovic Renard, un mot d’ordre qui est bien passé auprès des électeurs.

C'est une circonscription dans laquelle Michèle Delaunay (PS) avait viré Alain Juppé (UMP).  Ses électeurs savent se mobiliser pour faire tomber des têtes. 

Ludovic Renard, politologue Sciences PO Bordeaux

Source : France 3 Aquitaine

La circonscription, qui englobe les quartiers de la Bastide, de Saint-Michel, Saint Augustin ou encore Saint-Seurin, a accueilli près de 3 000 nouveaux habitants ces six dernières années.

Dans certains quartiers, c'est la physionomie de la population qui est en train de changer.  "Cette circonscription est représentative des nouvelles bourgeoisies urbaines qui se sont écologisées", estime Ludovic Renard, tout en saluant la "bonne campagne", de Nicolas Thierry.  

Duel serré entre Ensemble ! et la Nupes dans la deuxième circonscription des Landes

Dans les Landes, la Nupes se retrouve au second tour dans toutes les circonscriptions. 

Dans la troisième circonscription, le député sortant PS - Nupes, Boris Vallaud, se retrouve en ballottage très favorable, face à l'ancien socialiste, devenu macroniste, Jean-François Broquères. 

Dans la deuxième circonscription du département, autour de Dax, en revanche, les paris sont ouverts. C'est le député sortant Ensemble ! Lionel Causse  qui est en tête, avec 3,5 points d'avance sur Jean-Marc Lespades, le maire communiste de Tarnos et candidat Nupes. Mais ici aussi, la question du report de voix se pose.

En campagne sur le marché de Soustons en ce lendemain de premier tour, Jean-Marc Lespades,  veut croire en une nouvelle dynamique. "Le député sortant a subi un cuisant revers, il a régressé de plus de 10 points, se réjouit-il. Le candidat appelle les abstentionnistes - ils sont plus de 47 % à ne pas s'être déplacés pour aller voter le 12 juin- à se mobiliser pour la victoire de la Nupes. "Nous sommes très enthousiastes, très mobilisés et nous jouons la gagne dimanche prochain", assure-t-il.

Duel à gauche dans les Pyrénées-Atlantiques

Une chose est sûre, c'est un député de gauche qui remportera la 3e circonscription des Pyrénées-Atlantiques. Le duel se jouera entre le député sortant, le socialiste dissident David Habib, et le candidat de la Nupes, issus des rangs de la France Insoumise Jean-François Baby.



Mais la bascule pourrait tout aussi bien survenir dans les circonscriptions basques. Les députés sortant Ensemble ! sont, certes, en tête, mais on retrouve les candidats de la Nupes au second tour. Et leur sort dépendra aussi du report, ou non,  des voix des candidats de la gauche abertzale Eh Bai, dont certains, à l'instar de Peio Dufau dans la 6e circonscription, disposent d'un solide socle électoral. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité