Entre incertitudes et ambitions, le Limoges CSP à l'aube de sa nouvelle saison

Après plus de six mois sans compétition officielle, le Limoges CSP s'apprête à retrouver les parquets du championnats et de la Coupe d'Europe. Avec pour une fois, une grande stabilité, comme toujours des ambitions, mais aussi des incertitudes liées au Coronavirus.

© André Abalo - France Télévisions
7 mars-26 septembre... 203 jours, exactement entre le dernier match officiel du Limoges CSP, version 2019-2020, et le premier de cette nouvelle saison !
Le dernier était à Beaublanc, ce premier le sera aussi. Avec le même résultat ?
Souvenez-vous, à un peu plus d'une semaine du confinement, le CSP s'était imposé face à Cholet, 79 à 74. On espère bien sûr pareil résultat, la réception de Nanterre...

Mais si le chaudron limougeaud a été privé de la saveur des joutes officielles durant plus de six mois, il ne s'est pour autant pas rien passé à Limoges, durant cette période.
Normale, si l'on considère qu'il se passe toujours quelque chose au CSP, à tel point qu'il y a gagné ses surnoms de « Dallas-sur-Vienne », ou de « Samaritaine ».

Pourtant, et faut-il y voir un signe, rarement la stabilité n'aura été mise autant en avant dans et par le club limougeaud.
Ce CSP « new look », nous y reviendrons plus tard, a été en effet imaginé, pensé, voulu et construit dès la fin du dernier championnat.


Le Limoges CSP en confinement

Dès le mois de mars, s'il se consacrait le matin à ses enfants, Mehdy Mary, l'entraîneur de Limoges, nous avait confié passer des après-midi « basket, basket, basket », à visionner des tonnes de vidéos et à penser sa future équipe, en liaison avec son staff et ses dirigeants.
 
Portrait de Mehdy Mary


Très vite, à la fois convaincu par des joueurs qu'il dirigeait seul depuis le mois de décembre précédent, mais également contraint par les limites financières du club, rendues plus incertaines encore par les conséquences de la crise sanitaire, sa priorité a été de refaire signer plusieurs cadres, volonté suivie par le directeur sportif du club, Crawford Palmer.

Au passage, il aura d'ailleurs été, début avril, le premier à faire de même, prolongeant son contrat de deux ans avec le club.
À cette occasion, il élargissait son staff, faisant venir de Chalon Romain Chenaud en tant qu'assistant.

Une semaine plus tard, c'était toutefois un recrutement qui été annoncé : celui de l’intérieur cubain Grimsay Paumier, 31 ans, 2,04m, en provenance de Saint-Chamon, en Pro B.
Peut-être pas le profil le plus ronflant, mais le club le voulait en rotation sur le poste 5, derrière Jerry Boutsiele, toujours présent.

Dans la foulée, les prolongations attendues de Ludovic Beyhurst et de Marcus Ginyard étaient annoncées.


Les bonnes nouvelles du déconfinement

Puis, alors qu'on apprenait sans surprise le départ de Vee Sanford, au mois de mai, celles de Nicolas Lang et d'Hugo Invernizzi étaient également acquises.
On espérait alors, mais sans trop y croire, que DeMarcus Nelson, rentré aux États-Unis durant le confinement, ferait de même. L'excellente nouvelle tomberait pourtant le 1er juillet...

Entre temps, le 1er juin, c'est le départ de Bryan Conklin pour Nanterre qui avait été acté.

Un mois de juin qui aura également vu la seule nouvelle estampillée « Dallas-sur-Vienne » : le départ de Stéphane Ostrowski du club, officiellement d'un commun accord, après un passé limougeaud de 7 ans sur le parquet, et de 13 ans dans l'organigramme limougeaud.

Enfin, à une semaine de la reprise de l’entraînement, le CSP annonçait la signature de Phil Scrubb au poste d'arrière.


La reprise et ses premiers enseignements

Avec trois départs (à ceux de Sanford et de Conklin s'était en effet ajouté celui d'Atoumané Diagne, juste « prêté » par Barcelone) et deux arrivées, rarement une intersaison du CSP n'avait été aussi calme.
On l'a dit, il y avait une réelle volonté de stabilité et des contraintes financières ne permettant pas de folies.

Cette volonté était née dans l'esprit du coach et des dirigeants lors du redressement opéré après le départ d'Alfred Julbe, en décembre 2019, et l’avènement de Mehdy Mary.
Avec sa base, le coach voyait en effet une équipe solide, défensivement et offensivement, peut-être pas capable de jouer les tous premiers rôles du championnat, mais au moins les play-offs.

Surtout, qui dit stabilité peut dire automatismes, entre des joueurs qui se connaissent et ont déjà joué ensemble. Pas faux, mais pas totalement vrai non plus, dans le sens où ce fameux dernier match remonte au début du mois de mars. Et que, même s'ils se sont entretenus via des protocoles mis en place par le club, les joueurs sont en manque de ballons, de terrain, de repères et justement d'automatismes.

Cela va se ressentir dès le premier match amical, le 30 août, lors d'une laborieuse victoire du CSP face à Vichy-Clermont, équipe de pro B.

Mais loin d'inquiéter Medhy Mary, ce constat lui offre au contraire de nombreuses pistes de travail. Et si tout ne fut pas parfait, loin de là, et si certains se sont parfois montrés peu à leur avantage, mais le match d'après-brillants, cette campagne de matchs de préparation a tourné à l'avantage de Limoges, avec 4 victoires pour une défaite (81-78 face à Vichy, 78-68 contre Boulazac, , 94-70 contre Poitiers, 93-65 face à Cholet, contre 74-80 contre Levallois).


Qu'attendre de cette saison 2020-2021 ?

On l'a dit, le Limoges CSP ne fait pas figure de favori, au même titre que l'ASVEL. ogre annoncé du championnat, ou Monaco à un échelon en-dessous

Néanmoins, avec le 5e budget annoncé, 2.26 millions d'euros, et la 5e masse salariale, il peut tout de même, doit, jouer normalement les play-offs, sachant que par ailleurs, Limoges sera également engagé en BCL, pour les joutes européennes. Là aussi, passer le premier tour et atteindre les phases finales semble possible pour les hommes de Mehdy Mary

Attention cependant à la rotation, Limoges ne disposant que de 10 joueurs cette saison.


Les incertitudes liées au Coronavirus

Elles restent bien sûr très nombreuses, à commencer par la tenue intégrale des saisons, domestiques et européennes. Il n'y a qu'à voir l'annulation du dernier match amical prévu le 19 septembre au Mans.

Autre incertitude : la jauge de Beaublanc
Elle n'a pas encore été officiellement fixée. Seule assurance, elle sera inférieure à la capacité maximale du Palais des sports, au-delà des 5 000.
Pour le premier match, le club espérait pouvoir accueillir jusqu'à 4620 personnes, avec un protocole et des règles très strictes. Mais en cas d'aggravation des conditions sanitaires, ce chiffre pourrait être revu à la baisse.
Les nouvelles mesures gouvernementales ne placent pas (encore) la Haute-Vienne dans le seuil des 1000 personnes.

On attend également des informations sur la campagne d'abonnements. Mais selon nos sources, les groupes de supporters eux-mêmes (Phénix, Eagles et Ultra-Green) semblent voir perdus des adhérents.
Tout cela aura bien sûr un impact, sur les encouragements de l'équipe en premier lieu, mais plus encore sur les finances du club. Ce dernier a par ailleurs perdu quelques « gros » partenaires, mais semble avoir compensé avec plus de « petits ».

Enfin, reste à voir dans ce contexte particulier comment va se passer la "cohabitation" à Beaublanc entre le CSP et le LH...


Le new look, ou old fashioned of glory !

Le CSP a présenté les maillots que porteront ses joueurs cette saison. Blancs et verts pour le championnats, sans surprise, mais surtout, JAUNES et GRENATS pour la Coupe d'Europe... Comme aux plus grandes heures du CSP !
 
Maillot CSP Europe 2020-2021.
Maillot CSP Europe 2020-2021. © Limoges csp


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
limoges csp basket-ball sport coronavirus/covid-19 santé société