"Il faut regarder si tout le monde peut s’entendre" : l’avenir du CSP se joue ce mardi soir à Limoges

Une réunion entre dirigeants et investisseurs est organisée ce mardi 30 avril. L’objectif est de savoir qui peut travailler ensemble, et sous quelle gouvernance.

"On verra s'il y a une fumée blanche..." Si le président du Limoges CSP Didier Jamot utilise l'image d'un conclave, c’est que la réunion organisée ce mardi soir à Limoges semble importante.

Ouvrir les enveloppes

Toutes les parties prenantes de l’épais dossier vont se réunir autour d’une même table. Le président explique : "On ouvre les enveloppes, et on voit ce qu’il y a dedans". C'est en fait l'avenir du club qui sera au cœur des échanges, une institution mise en péril par ses déficits successifs et sa communication.

D’un côté, l'actuelle propriétaire, Céline Forte, devrait annoncer le nom de nouveaux investisseurs. Jusqu’ici, le secret est bien gardé : même le président du club dit ignorer leur identité. De l’autre côté, Lionel Peluhet, dirigeant d’Intermarché et amoureux du club, devrait présenter son offre.

Habemus Papam ?

Il faudra ensuite négocier, et les questions sont nombreuses : les investisseurs sont-ils d’accord pour travailler ensemble ? À quel niveau ? Qui dirigera le club ? Didier Jamot espère, en tout cas, pouvoir avancer : "Il faut regarder si tout le monde peut s’entendre, si 1+1 peut faire 2. On fait les additions, et en avant... "

Le président demande encore du temps pour s’organiser et communiquer, mais les échéances approchent : la Direction nationale du conseil et du contrôle de gestion a donné au CSP jusqu’au 15 mai pour présenter un budget fiable qui lui permettrait de conserver sa place dans l’élite du basket. Côté sportif, la construction d'une future équipe est aussi en attente...

L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité