Témoignage. VIDÉO. "L'ours est derrière vous !" le face-à-face inattendu avec un plantigrade venu terminer son festin de miel

Publié le Écrit par Sylvain Duchampt

Jean-François Denjean ne s'attendait pas à faire face à un ours si près de chez lui à Auzat. Mardi 21 mai 2024, cet habitant de l'Ariège a vu à quelques mètres de lui un plantigrade venu se nourrir des ruches qu'il avait lui-même détruites. L'évènement témoigne des préoccupations croissantes quant à la cohabitation entre les humains et la faune sauvage dans les régions montagneuses des Pyrénées.

Jean-François Denjean ne s'attendait pas, mardi 21 mai 2024, à une telle rencontre. Un ours à une petite dizaine de mètres de lui, au hameau du Ranet sur la commune d'Auzat, en Haute-Ariège.  

"Le matin, vers 8 heures, nous avions vu qu'un rucher avait été attaqué par une bête. Les ruches avaient été renversées. Il ne restait que des débris de bois. Nous nous doutions bien que c'était un ours. Nous avons appelé l'équipe de suivi de l'OFB. Ils sont venus sur place pour faire des relevés d'empreintes et de poils. Alors qu'ils faisaient leurs constatations et qu'ils n'avaient pas de doutes sur la responsabilité de l'ours, ils étaient sur le point de repartir vers 15 h lorsque la propriétaire des ruches nous a dit "L'ours est derrière vous !" " Ce n'est pas une mauvaise blague. Le plantigrade est bien là. Devant eux comme on peut le voir sur cette vidéo partagée sur Facebook par la compagne de Jean-François Denjean.

L'ours ne s'enfuit pas face aux habitants 

Un animal, "un jeune d'un an et demi" selon l'OFB, probablement pour venir terminer son festin de miel. "Il n'a pas eu peur, raconte Jean-François Denjean. On dit en général que l'ours, quand il voit l'humain, ou qu'il le sent, il s'échappe. Lui, non. Tout au contraire. Nous avons tenté de le chasser en faisant du bruit par trois fois. Il est revenu à chaque fois."

À aucun moment, l'ours ne s'est montré agressif, mais la rencontre provoque de l'inquiétude. "Cela prouve que nous ne pourrons plus avoir des ruches, des bêtes, en zone de montagne, assure l'Ariégeois. Actuellement, il n'y a pas de bêtes dans les estives. L'ours descend de plus en plus bas pour chercher de la nourriture. Maintenant, il se raconte qu'ils vont descendre de plus en plus dans les villages."

Au mois de mars précédent, deux ruches ont déjà été détruites par un ours à Ustou dans le département.

Alain Reynes, directeur de Pays de l'ours-Adet, interrogé par France 3 Occitanie reconnaissait que "Le miel, c'est bon. L'ours aime ça" mais il engloutit au passage l'ensemble des abeilles et leurs larves qui sont une source de protéines. 

À lire : "En ce moment, l'ours broute comme une vache" mais pour autant raffole-t-il vraiment du miel ?

L'ours de plus ne plus présent dans les Pyrénées

Mais le spécialiste souligne que l'ours est avant tout opportuniste. Il mange ce qu'il trouve dans son environnement. En particulier, lorsqu'il sort affamé de sa période d'hivernation. En fin d'hiver, les ressources comestibles sont plutôt rares. Il mange donc ce qu'il a à sa disposition. "S'il tombe sur un rucher, il en saisit l'opportunité. Mais si les ruches sont protégées, il n'y touchera pas", affirme Alain Reynes.

83 plantigrades ont été recensés en 2023 dans les Pyrénées. L'Ariège – et le Couserans en particulier - est le secteur pyrénéen français où l'ours est le plus présent.

À lire : Pyrénées. Un habitant croise un ours sur le chemin d'un village en Ariège, "on réapprend à vivre avec" selon un défenseur des plantigrades

En septembre 2023, Alain Reynes expliquait que "ce n’est pas un animal montagnard, mais il lui faut de l’espace, de la nourriture et de la tranquillité. La montagne est le seul endroit où il trouve ça, mais il pourrait très bien vivre ailleurs comme c'est le cas dans d'autres pays." Les humains et les ours sont en train de réapprendre à cohabiter ? Mais en sont-ils capables ?

Qu’avez-vous pensé de ce témoignage ?
Cela pourrait vous intéresser :
L'actualité "Nature" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Nature" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité